Entretien avec Monique Atlan

par

Dans quelle étagère

Aujourd’hui sera diffusé sur France 2 un entretien réalisé par Monique Atlan à propos du livre Le Mythe climatique, dans l’émission « Dans quel éta-gère ». C’est court, certes, mais l’enregistrement (court aussi) fut un vrai plaisir, car l’intervieweuse avait des questions précises et bien ciblées.

L’entretien sera diffusé aujourd’hui sur France 2 à 9h05, puis rediffusé avant le journal de la nuit (vers 23h30) ainsi que demain 25 février au matin à 5h50. On peut le visionner ici (en prenant son mal en patience pendant 30 secondes).

Pour la petite histoire, dans la loge de la maquilleuse, j’ai croisé Élisabeth Badinter, elle aussi invitée à un entretien pour son nouvel ouvrage. Apprenant le sujet de mon livre, elle s’est exclamée : « Si nous n’avions pas tout ce maquillage sur la figure, je vous prendrais dans mes bras ! » J’ai raté le coche, donc.

About these ads

37 Réponses to “Entretien avec Monique Atlan”

  1. Murps Says:

    Ca ne m’étonne pas de Mme Badinter, personnalité pour laquelle j’ai toujours eu le plus grand respect.
    Par contre, je ne partage pas ses analyses féministes de son dernier livre, mais c’est une autres histoire).

    (PS si on peut modérer le message précédent, faute de frappe).

  2. INGARAO Says:

    Impossible de voir la vidéo de Ben alors que j’ai pu voir celle de mme Badinter sans problème. ???

  3. Murps Says:

    Je croyais avoir un problème de navigateur.
    Moi non plus je n’ai pas pu voir.

  4. araucan Says:

    Emission programmée le 24 : je pense que ce sera visible une fois la diffusion télé faite …

  5. Myke Says:

    J’ai très bien visionné cette courte séquence. Vous lancez le débat avec clarté, précision… et vigueur. L’ana(stro)logie que vous utilisez ne va pas faire plaisir à tout le monde.
    Pour rire un peu : l’avant-propos publicitaire nettoyant (décapant) n’est pas si mal choisi, au fond…
    Vous pouvez me compter parmi vos premiers lecteurs (en date); je profite de cette occasion pour vous remercier d’avoir repris le flambeau de Skyfall ; tous les habitués du site s’y retrouvent les uns après les autres.

  6. RDEURO Says:

    Si vous n’arrivez pas à lire, vous pouvez y accéder directement par ce lien:
    http://programmes.france2.fr/dans-quelle-etagere/data/php/asx.php?video=HD_etagere_20100224.wmv
    Où alors, vous pouvez aussi utiliser VLC, ouvrir flux réseau et ajoutez le lien ci-dessus.

  7. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    Ca ne marchait pas tout à l’heure et ça marche maintenant, il fallait être patient ! Je connais des astrologues qui sont climato-sceptiques ! Ca va grincer des dents. Quant à Mme Badinter, "on" se demande où elle a pris qu’"on" voulait "forcer les femmes à allaiter" ?? Dans Biocontact ?? Par contre, "on" a encouragé les laits industriels, les couches jetables et les petits pots pour enrichir leurs fabricants et leurs vendeurs : c’est qui "on" ?

  8. Vital Says:

    je suit votre blog discrétement
    Je cherche à comprendre, vous nous apportez beaucoup.
    Je vous Félicite pour votre courage, le point de vue que vous défendez ne vous apportera que peu de considération chez les gens bien en vue et bien placés.
    je vais me procurer votre livre et en faire la pub autour de moi.
    Meric
    Georges

  9. Manu95 Says:

    @rdeuro
    Merci pour le lien et l’explication pour voir cette vidéo directement avec VLC.

    Avec Firefox 3.6 (et mes protections) pas moyen de la voir. Ça bloque sur un écran noir "Waiting video"
    Avec Opera 10, ça a marché après moult essais et beaucoup de patience.
    Je n’ai pas testé avec IE, ma "religion" me l’interdisant ;)
    Il semblerait d’après le code source de la page que le site utilise un activex et le VMPLayer de M$, choses que bien sûr FF ne connaît pas.

  10. scaletrans Says:

    Même problème que Manu. En principe, Real Player permet d’enregistrer, mais normalement l’option est proposée automatiquement.
    Pour le bouquin, j’espère qu’il est en rayon à Rennes où je me rends demain (j’habite en campagne).

  11. MichelLN35 Says:

    Je pars demain de Rennes pour Dole faire une causerie autour d’un diaporama de mon cru, je suis passé chez Virgin pour voir si le livre de Ben s’y trouvait, oui, j’ai acheté l’exemplaire unique pour lire dans le train.

    Il n’y en aura pas d’autre d’ici demain mais je pense que chez Le Failler (j’en avais déjà parlé) ou au Forum ou à la Fnac, il en reste probablement.

    Nous nous retrouverons sans doute le 17 mars à la fac de droit, pour le faire dédicacer. Le 2 mars il y a aussi Valérie Masson-Delmotte qui vient à l’espace des sciences à 20h30, j’irai peut-être lui poser quelques questions sur la mesure du CO2 dans les carottes de glace.

    Cordialement
    Michel

  12. RDEURO Says:

    Manu95

    FF connait mais il te faut installer Windows media player 11 qui lui installera le plugin. C’est lui qui a donné le lien direct de la vidéo

    Autrement, VLC permet l’enregistrement de vidéo en streaming (http ou mms etc..)
    (mode opératoire standard pour WMV)
    Click sur le petit icon à coté de lire puis convertir.
    Fichier de sortie en *.WMV
    cocher la case "affiche le flux de sortie" pour voir la vidéo
    Au niveau du profil, click sur modifier et choisir ASF/WMV + Video
    WMV et audio WMA ou créer un nouveau profil.
    Puis [démarrer]
    En cas d’une succession de vidéos, il faut arrêter VLC à la fin dde la première afin de ne pas écraser le fichier par la vidéo suivante (ex: arrêt à 1’47)

  13. RDEURO Says:

    *Attention à respecter la réglementation en vigueur*

  14. scaletrans Says:

    J’ai VLC mais je n’ai rien compris…

  15. RDEURO Says:

    Scaletrans:
    Sous VLC – click sur media puis sur ouvrir un flux réseau
    Mettre l’adresse internet direct dans le champ "adresse" et suivre les infos ci-dessus.

  16. Gilles des Landes Says:

    J’espère pouvoir me procurer l’ouvrage dans les Landes (ou sur Internet?).
    En attendant, je suis tombé sur le dernier Science et Vie (pas de pb, il est dans tous les kiosques!) consacré au climat, et…devinez…en particulier au réchauffement. J’ai pris quelques notes en vitesse, je vous les livre en vrac :

    "Science et Vie vient de sortir un numéro spécial « réchauffement climatique » ; absolument pas engagé, comme on pourrait s’en douter. Aucune allusion (ou si peu…) aux « courants contraires », sinon de façon péjorative, surtout de la part de YS (Yves Sciama). Ce dernier a déjà commis, semble-t-il, pas mal d’articles et autres blogs « réchauffistes » (cf site de SC&vie, avec le "calculateur des risques climatiques"…)
    Premier dossier, la température s’est-elle élevée ? réponse : oui (pour chaque dossier, il y a en haut de la page une barre de texte avec plusieurs items dont celui correspondant à la réponse qui apparaît en clair). Jusque là, ce n’est pas faux, mais la certitude est affirmée par des phrases comme « les biais ont mécaniquement tendance à se compenser lorsque les mesures sont nombreuses », ce qui est le cas depuis 1860, date à laquelle les "mesures fiables " ont débuté… Plus loin il est dit que l’optimum médiéval (« 800 et 1300 environ ») était moins chaud que la période actuelle sur l’ensemble de l’hémisphère Nord, même si certaines régions, notamment "autour de l’Atlantique Nord, connaissaient des températures voisines, voire plus hautes de celles d’aujourd’hui » : aucune source citée… Mais par contre, on a droit à une courbe de températures qui, telle qu’elle est présentée, ressemble à s’y méprendre à une « crosse de Hockey ». Et pour conclure, « au final, la période 1970-2010 semble donc sans équivalent thermique pour les deux derniers millénaires ». Ben, voyons !
    Au chapitre « les glaces fondent-elles ? (réponse oui), on indique que l’indicateur fiable de l’augmentation des températures, c’est la fonte des glaces. Alea jacta est…On observe une fonte accélérée de 30% depuis les années 1990. Des chiffres sont cités, mais sans sources précises, et pour conclure « Reste que la régression des glaces est avérée aux deux pôles, ainsi que sur les cinq continents ». Dont acte.
    Chapitre « le vivant est-il perturbé » (réponse : plutôt oui), des sources GIEC sont annoncées, mais la conclusion précise que les données disponibles ne permettent pas une bonne lisibilité. Honnête…
    Sur « les évènements extrêmes sont-ils plus fréquents » (réponse : possible), les propos sont assez modérés au départ, et il est reconnu que « pour les tempêtes de haute latitude, aucune véritable tendance statistique n’est apparue ». Bien, et pas de prise de parti non plus pour les cyclones, qui « font l’objet d’un débat scientifique animé » (ah, bon ?, animé par qui ?). Surprise à la conclusion : le nombre des victimes de catastrophes météo sont citées par « bien des experts » comme une signature fiable du changement climatique. Là, je ne m’y attendais pas!
    Au chapitre « la mer monte-t-elle » (réponse : oui, mais), on ressort les 3,3 mm/an en indiquant que les données satellitaires sont plus fiables que celles des marégraphes… Toutefois, il est signalé une baisse du niveau marin dans l’Atlantique Nord (?). En conclusion : cette accélération de la hausse depuis 1970 est bien le signe du réchauffement…Suivant…
    La faute de l’homme (réponse : probable) Là c’est CB (Cécile Bonneau) qui prend la plume (le clavier, quoi…). Les arguments habituels sont ressortis (CO2 et autres GES…) mais une certaine prudence est de mise, car on ne peut « mettre la terre entière sous contrôle pour prouver l’origine du réchauffement». Ceci étant l’auteur constate que les courbes températures/CO2 « s’épousent remarquablement ». Elle fait entrer un autre acteur que l’on a pas l’habitude de voir cité : le soleil ! Mais la conclusion ramène à la (sa) réalité : « le soleil ne participe très probablement qu’à hauteur de 10% du réchauffement total ». Limpide…
    Chapitre « a-t-on bien compris la machine climatique » (réponse : pas totalement), CB insiste beaucoup sur l’importance et la méconnaissance du soleil ; elle évoque plus loin l’expérimentation menée par le CERN (projet Cloud, je suppose ?), ainsi que le manque de connaissance des océans, dont le rôle en matière climatique semble majeur. Bon, on reste sur sa faim!
    Les modèles sont-ils crédibles (réponse : plutôt oui) : elle montre que la modélisation rend fidèlement l’évolution du climat, et qu’elle a été testée avec une grande fiabilité sur la base des observations passées… Nulle part il n’est dit que les modèles sont des outils de prédiction et non de prévision.
    Enfin : est-ce que ça va continuer (réponse : probable) il s’agit bien sûr du réchauffement (et non pas, comme pourraient le penser certains de la désinformation… ).Tout les scénarios décrivent une courbe de température croissante (vous les avez reconnus, les trois scénarios du GIEC ?). En conclusion, un point positif est toutefois montré du doigt : le reverdissement du Sahel…mais en contrepartie de la disparition de la forêt Amazonienne because sécheresse…
    Bon, voilà pour cette lecture rapide, en tout cas l’article n’a pas été « peer-reviewed » par les « climato-réalistes » tant dénoncés.

  17. JG2433 Says:

    J’ai noté, depuis pas mal de temps déjà, la date de sortie du livre "Le Mythe Climatique" de Benoît Rittaud (soit le 25 février 2010). je ne doute pas un seul instant du service que me réservera la librairie de ma commune, auprès de qui j’ai mes habitudes.
    Je serai très vite en mesure de me procurer cet opus. Ce qui me réjouit !

    N’ayant pas eu le temps d’ouvrir le blog avant 17 h ce soir, j’ai donc tardivement cherché à lire la vidéo. Résultat : pas de souci pour moi – sur Mac et avec Safari !

    P.S. : Ayant précisé cela, pas de sous-entendu de ma part ni de dénigrement des PC-Windows, comme le font assez facilement les "Mac maniaques" vis-à-vis du « côté obscur de la Force ». Quoique, pour certains contributeurs, il semblerait que Microsoft ne soit pas leur "tasse de thé"…

  18. the fritz Says:

    Gilles, faut pas acheter ce genre de littérature, mais le feuilleter chez le libraire ou l’emprunter ; surtout pas le voler, cela lui ferait de la pub; mais il faut arriver à censurer ces revues à sensation et catastrophisme qui influencent grandement les jeunes générations; mon prof de cristallo disait qu’il était plus facile de répandre une nouvelle théorie que de la détruire en disant qu’on s’est trompé

  19. Murps Says:

    Ton Prof a raison. Il est même dit que les théories fausses disparaissent avec la mort de leurs créateurs, surtout s’ils sont prestigieux.

    Pourtant, paradoxe, il est théoriquement très facile de démolir une théorie fausse par le contre-exemple ou la contre-expérience.
    Quand elle est réfutable, justement, c’est à dire réellement scientifique.
    Ce qui n’est pas le cas de la "réchauffation", ou rien n’est franchement vérifiable.

  20. Gilles des Landes Says:

    En fait, on me l’a prêté, et je me suis lavé les mains (because grippe A … autre sujet intéressant…) après l’avoir lu !
    En tout cas, je suis effectivement inquiet quant à la rigueur que la revue devrait afficher: insuffisance de sources, absence ou quasi absence de débat (présentation de thèses ou hypothèses allant dans un autre sens), sophismes récurrents, etc…La Science n’a décidément pas de porte parole (ou "porte-écrit") qui puisse montrer sa diversité, sa rigueur, et non pas seulement le coté "force obscure" !
    Je ne suis pas scientifique, mais j’ai un grand respect pour les scientifiques, et je regrette vivement que certains d’entre eux (‘pas la majorité heureusement) puissent avoir tant d’influence sur les politiques, les médias, le peuple…
    Bon, faut positiver, on a quand même des blogs et sites Internet de grande qualité, et parmi leurs "maitres de la toile" des écrivains (cf le sujet de ce forum) qui feront mieux, j’en suis sût que le Sieur Pachauri (là, je ne place pas la barre très haute!)

  21. Manu95 Says:

    Il m’a fallu faire une recherche pour vérifier si j’avais encore un Windows Media Player sur ma bécane. Oui, mais c’est le Win Media Player 9, la dernière version que j’ai pu/dû installer sur mon brave Windows 2000 Pro.
    Je ne m’en sers jamais et il est interdit de sortie sur le Net.

    Comme je suis juré de ne jamais laisser Win XP polluer ma bécane, je devrai me rabattre sur VLC qui me suffit amplement.

    Comme alternative à Windoze, j’ai installé Ubuntu, mais je n’accroche pas…

  22. scaletrans Says:

    Ce qui est surprenant, c’est qu’il y en ait qui croient encore que S & V véhicule de la vraie science. A une époque, j’ai voulu prendre Science & Avenir, et sur certains sujets j’ai pu constater que ça ne valait pas mieux.

  23. Manu95 Says:

    " Les théories fausses disparaissent avec la mort de leurs créateurs", sauf quand il s’agit de religions… et le Culte du réchauffisme en a toutes les caractéristiques.

  24. Antonio San Says:

    Bravo pour votre livre et la chance de pouvoir le défendre sur un plateau télé. Je viens aussi d’apprendre mais peut-être le saviez-vous déjà, que le dernier livre du regretté Professeur Leroux est enfin paru et finalement disponible en France sur amazon. Il s’agit de la version en anglais de la troisième édition de la Dynamique du Temps et du Climat, parce que l’éditeur français s’était curieusement défilé d’après ce que qui avait été affiché sur skyfal à l’époque… J’attends mon exemplaire avec impatience.

  25. williams Says:

    Suivant ce que tu ils commencent a peine a comprendre que le Soleil a plus d’effets sur le climat que les 0.10% qu’ils disaient tout le temps.

    Par contre comme on voit sur les effets des oceans sur le climat ils ne semblent pas voir encore que les oceans influencent bp le climat comme ils contribuent pour environ 30 % au transport de la chaleur, de l"équateur vers les pôles, réalisé par le système climatique. Pourtant les années avec de forts El Nino ou La Nina nous le montre tout de meme.

    Puis si la courbe est en crosse de Hockey cela n’a pas de sens et faux comme ces 11 dernieres annees on a eu des annees avec une anomalies tres proches les unes des autres et pas d’augmentation de temperatures de 0.20°C comme ce fut le cas les 2 precedentes decennies. Donc on a en realité une stabilite des temperatures depuis 11 ans et non encore un rechauffement comme ils tentent de nous dire et redire.

  26. Eviv Bulgroz Says:

    En même temps Mme Badinter ne me semble pas être particulièrement une "scientifique", elle n’exprime qu’un avis de citoyen ordinaire sur une question complexe. Ce qui est bien entendu parfaitement respectable mais ne fait pas avancer le schimblick. En passant, pour ce que j’en ai compris l’apprécie particulièrement la thèse de son dernier livre (oui il y a bien une tentative ecolo de remettre la femme à sa juste et naturelle place). Elle fait par contre erreur à s’acharner sur la question de l’instinct maternel. Qu’il existe (ocytocine et tout le pataquès) ou pas n’est pas la question. L’homme est capable de comprendre ou du moins d’évaluer ses chaines. De les accepter ou de les rejeter. Sans qu’il n’y est à redire. Le libre arbitre signifie précisément qu’on n’a pas à accepter ce qui est pre-écrit. En d’autres mots le discours de Mme Badinter revient à admettre que si on "démontre" l’existence de l’instinct maternel la libéralisation de la condition féminine n’a plus d’objet. Au contraire !

    Sinon, Benoit, que nous apporte de plus votre bouquin par rapport à vos (le plus souvent) excellent texte ici ?

  27. Benoît Rittaud Says:

    Je dirais que le blog est écrit pour être dans l’action, alors que le livre essaie d’avoir plus de hauteur. En un mot, c’est la différence entre l’instant présent et le temps de l’histoire.
    NB : Intéressante, mais vacharde, votre question ! J’ai cherché pendant un quart d’heure comment y répondre de façon à la fois claire et sans prétention (sans grand succès, je le crains). J’y réfléchirai encore.

  28. RDEURO Says:

    J’ai installé windows7 pour certaines applications mais pour tout le reste, j’utilise ecomstation sur le site du même nom. Concernant windwos7, La NSA a participé à son élaboration avec microsoft ! tout est dit…

    Encore bravo pour avoir sorti ce livre.

  29. araucan Says:

    Ordinaire façon de parler ! De non spécialiste du sujet scientifique peut-être (encore que je me méfierais), mais habituée des médias et des mouvements d’opinion ou politiques certainement … :).

  30. DODO Says:

    J’ajouterai, habituée, par formation et par discipline, à poser les termes d’une problématique… et par là, a sentir les prémisses d’un "déraillement" dans la manière de poser et de traiter les dits problémes. L’épistémologie est un domaine que manie le philosophe…

  31. jean l Says:

    Dans ce cas, il s’agit de croyances. Les théories (scientifiques) fausses disparaissent bien avec le temps, même si c’est pour certaines un peu long à venir. Un peu de patience…

  32. INGARAO Says:

    Je ne peux toujours pas voir la video. Est-ce normal ?

  33. rageous Says:

    J’ai raté la diffusion d’hier soir, mais ai pu visionner par le lien auourd’hui, ce qui n’était pas possible hier…
    C’est clair, concis et sans bavure, bonne prestation pour une première (?), elle est réussie, le temps imparti étant très court. Vous verra-t-on à d’autres promotions de votre ouvrage radiophoniques ou télévisuelles?

  34. Benoît Rittaud Says:

    Merci rageous. Je serai demain matin sur France Inter (courte interview en différé), puis sur @rrêt sur images. Pour toutes ces infos, voir la page "Agenda du livre".

  35. Gilles des Landes Says:

    Tant qu’on parle de littérature, voici un autre ouvrage que j’ai trouvé fort intéressant :

    Le débat actuel sur le climat (mais y a-t-il réellement débat ?) se traduit dans la littérature par des ouvrages bien souvent guidés par la certitude de ce que l’on nomme le “ réchauffement climatique anthropique ”. Et pour une fois, un scientifique – Emmanuel Garnier, en l’occurrence historien du climat – se permet de faire remarquer que le passé a connu sont lot de “ dérèglements du temps ” sans que l’homme n’ait pu, à l’époque, contribuer à ces aléas climatiques, mais plutôt les subir. L’auteur, que j’ai eu la chance de rencontrer lors d’un récent colloque sur “ un an près Klaus ” (Rion des Landes, 24/1/2010) mène des recherches au sein des organismes et structures chargées d’étudier le climat. J’imagine que dans ses écrits, il doit être attentif aux citations qu’il peut effectuer ! (d’ailleurs, il a cité très intelligemment Jean Jouzel; en rapportant ses propos « Ce que l’on regarde dans le passé nous apprend quelque chose de pertinent sur les climats du futur »). L’historien décortique les archives et autres sources pour essayer de reconstituer le climat passé, et montre fort bien que ces “ dérèglements ” que nous connaissons aujourd’hui, nos ancêtres les ont connus.
    Agrégé d’histoire et maître de conférences, Emmanuel Garnier consacre depuis quatre ans ses recherches à l’histoire du climat au sein du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (UMR CEA-CNRS, Saclay) et du CRHQ, UMR CNRS-Université de Caen. Il intervient comme responsable ou collaborateur de plusieurs programmes nationaux pour le GIS “Climat¬Environnement-Société”, le CNRS et le ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire.
    Enfin un ouvrage objectif, qui se garde autant que faire se peut, de tirer des conclusions sur l’avenir (sinon en rapportant quelques références issues des conclusions des organismes pour lesquels il travaille…) ; mais il est vrai que l’auteur, professeur de “ sciences molles ” ne peut se permettre de s’opposer aux tenants des “ sciences dures ” qui sont hélas parfois trop sûrs de leurs…certitudes. J’ai beaucoup apprécié sa théorie de la “ vulnérabilisation ” de notre société, qui montre – grosso modo – que les aménagements réalisés par l’homme moderne tendent à exacerber les effets météorologiques (cas des crues dévastatrices, de la froidure, des tempêtes également…). Je vous laisse avec la présentation faire en 4° de couverture ; précisons qu’Emmanuel Garnier peut être considéré comme un successeur de Le Roy Ladurie (un autre Emmanuel…), qui, quant à lui, sort aujourd’hui de ses compétences incontestées en histoire (cf son “ histoire du climat depuis l’an Mil ”) pour s’aventurer dans le huis clos des tenants du RCA.
    "La certitude qu’ont nos contemporains de vivre un “ changement ” climatique ne date pas d’aujourd’hui. Tiré d’archives inédites, le présent ouvrage souhaite offrir une autre réalité des fluctuations climatiques et des perceptions que celle que les Européens en ont eue au cours des 500 dernières années.
    La première constatation concerne le caractère neuf du réchauffement observé depuis 30 ans. La réponse de l’historien est sans appel. Bien avant le Global Warning, nos ancêtres connurent des épisodes parfois très chauds dont l’intensité fit reculer les glaciers alpins à des niveaux inférieurs à ceux d’aujourd’hui. Plus tard, au beau milieu du fameux Petit âge glaciaire, l’Europe fut même confrontée à de véritables … vagues de chaleurs doublées de sécheresses mettant en péril la survie des populations.
    L’histoire ne serait-elle alors qu’un éternel recommencement ?
    Si la réponse apparaît difficile à formuler en matière de climat, il est en revanche certain que les événements extrêmes qui focalisent tant l’attention de l’opinion publique aujourd’hui faisaient déjà partie du quotidien des sociétés anciennes. La sévérité des catastrophes observées sur cinq siècles démontre qu’elles n’eurent rien à envier à nos désastres récents.
    Confrontées à l’adversité climatique, nos sociétés, croit-on, passent d’une interprétation religieuse, avec son cortège de processions, à une sécularisation du fait météorologique dans le sillage de la pensée rationaliste et de l’intervention croissante des Etats. Une nouvelle fois, le verdict de l’histoire détonne et étonne. La notion d’Etat providence mérite une ré interprétation totale quand les archives révèlent, dès le XVIIIe siècle, les premières mesures d’indemnisation massive au profit des sinistrés ou encore la mobilisation mise en œuvre par les monarchies européennes en faveur des régions victimes des caprices de la nature.
    D’une actualité “ brûlante ", cet ouvrage ne prétend pas livrer un nouveau récit linéaire accumulant des événements mais plutôt répondre, à l’aune de recherches récentes, à des questions concrètes que les scientifiques mais plus encore nos concitoyens et les médias se posent.
    GARNIER Emmanuel, Les dérangements du temps – 500 ans de chaud et de froid en Europe, Plon, 2010, 244 p."

    Bon, je sais bien qu’il n’est pas habituel ni souhaité de faire de la pub sur un blog, mais je considère que si on veut réellement inciter à un débat objectif, la bibliographie doit tenir une place haute dans les sources instituant ce débat ; après le livre de Benoît Rittaud (que je n’ai pas encore acquis, je ne sais pas s’il est arrivé dans nos librairies landaises…je vais plutôt regarder sur le Net), celui de Allègre, il est agréable, me semble-t-il, de trouver des auteurs qui ne soient pas engagés dans le débat, et qui apportent une contribution riche à la réflexion. Bonne lecture !

  36. araucan Says:

    Liste utile de publications pour sortir du discours habituel

    http://www.amazon.fr/%C3%89cologiquement-Incorrect/lm/R3KA0V1HK3PWOM/ref=cm_lmt_dtpa_f_1_rdssss1

  37. the fritz Says:

    Gilles a ecrit
    mais il est vrai que l’auteur, professeur de “ sciences molles ” ne peut se permettre de s’opposer aux tenants des “ sciences dures ” qui sont hélas parfois trop sûrs de leurs…certitudes
    ———————————
    Moi je n’attends qu’une chose, c’est que les sciences dures me calculent l’impact du CO2 sur la température moyenne de la surface terrestre;Je pense que ce n’est pas pour demain

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: