Discussion avec Jonathan Brun

par

Jonathan Brun est l’un des cofondateurs de la société canadienne Nimonik, spécialisée en droit de l’environnement. Il était présent lors du débat organisé par le WWF dans le cadre de la “Climateweek“, et m’a proposé une discussion au sujet de mon livre. Lisez la suite de ce billet sur Skyfall.

About these ads

2 Réponses to “Discussion avec Jonathan Brun”

  1. dodo Says:

    Après avoir regardé les deux videos suggérées, plusieurs réflexions me viennent à l’esprit;
    d’abord un grand bravo; ce n’est pas évident de garder une rigueur dans la démarche, garante de la cohérence et de l’efficacité du message, quand le jeux des interlocuteur est justement de vous faire tomber dans le "bruit" (au sens physique du terme, ambiant… Il faut donc maîtriser sa matière, et la science du débat!!
    Un deuxième point sur lequel j’aimerai insister, c’est mon regret que le Mythe climatique soit en sommeil… (sauf si c’est pour des raisons personnelles, bien sur). En effet, au delà du fait que je trouve qu’il y a un peu d’ingratitude a laisser ce site somnoler, après qu’il a été si utile, il y a une autre raison; Je perçois en effet deux niveau dans le débat. Un niveau factuel, qui rassemble les informations, les précise et en débat, apportant force point de vues techniques, s’il le faut.. Mais il y a un deuxième niveau de débat, très bien souligné par Benoit Rittaud, et remarquablement débrouillé, qui est l’interface entre la connaissance, l’usage qui en est fait, (voire l’exploitation), différence entre savoir et connaissance, et la place des mécanismes de la pensée dans une société, du rapport de la société à ses dogmes, fonctionnement de cette société en fonction de ses déterminants de son état; bref toute sorte de déterminants, bien plus importants que la connaissance, sur la manière dont cette connaissance est reçue, et interagit avec le fonctionnement social… d’ou beaucoup de plumes qui font d’étranges paons qui s’ignorent…
    D’ou la nécessité de replacer les sciences dans leur rôle (le rôle de la science n’a jamais été de prédire, mais d’interroger le champ de la connaissance), et la connaissance de la science sociale, de gustave le Bon à Attali (même si ce n’est pas un sociologue mais sa remarque "la société moderne fonctionne sur le principe de panique"…!)
    C’est cette dimension que Bemoit Rittaud (comme quoi mathématiques et phuilosophie ont toujours fait bon ménage…), a eu la brillante intuition (?) d’explorer, et qu’il importe de continuer à développer. C’est lui qui me semble-t-il a insisté sur la pauvreté épistémologique de la pensée actuelle (il est d’ailleurs nécessaire que ce constat fasse l’objet d’une réflexion spécifique: quid de l’ouverture à la philosophie des chercheurs en formation…)
    C’est pourquoi je trouverai utile que ce blog, serve à développer spécifiquement cette dimension de la réflexion qu’entraîne l’étrange aventure du fonctionnement des sciences dans le monde moderne…
    Merci à vous, Benoit Rittaud pour ce travail essentiel, et probablement parfois rude!

  2. Benoît Rittaud Says:

    @ dodo, merci beaucoup de votre mot, qui donne à réfléchir – même si j’ai un peu moins de temps ces jours-ci pour ce blog et pour Skyfall.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: