Rétroaction positive du CO2 plus faible qu’attendue.

by

La rétroaction liée à l’augmentation du CO2 dans l’atmosphère, c’est à dire l’effet amplificateur du CO2 sur la température, est au cœur de la question du changement climatique : l’augmentation  de la teneur en CO2 de l’atmosphère conduirait à augmenter la température, qui elle-même conduirait à faciliter le déstockage du carbone biologique (ou à empêcher sa fixation, principalement dans les océans et les forêts) donc à accroître encore le CO2 dans l’atmosphère et donc la température. Si cet effet est fort, le réchauffement sera d’autant plus important. Si cet effet est faible, le barbecue sera retardé …

•••••••

27 janvier 2010

Planète Terre

Des chercheurs en Suisse et en Allemagne ont analysé des données remontant à 1000 ans pour évaluer l’effet des variations de la température mondiale sur la capacité de la biosphère à absorber le dioxyde de carbone. L’équipe a constaté que ce coefficient de rétroaction est environ cinq fois plus faible qu’attendu – ce qui suggère que l’amplification du réchauffement climatique d’origine humaine par la rétroaction du cycle du carbone serait moins grande qu’on ne le pensait. En outre, une incertitude  moindre sur ce résultat pourrait conduire à de meilleures prévisions du changement climatique dû aux quantités croissantes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère.

Pour comprendre le changement climatique, les scientifiques ont besoin de savoir comment les changements de la température mondiale influencent la quantité de dioxyde de carbone présente dans l’atmosphère. La hausse des températures pourrait, par exemple, transformer un paysage verdoyant en un désert, ce qui réduirait la capacité de cette région à absorber le dioxyde de carbone. À l’inverse, un climat plus chaud allongerait la saison de croissance aux latitudes moyennes et élevées, en augmentant la fixation du dioxyde de carbone dans ces zones. Les changements de température influeraient également sur la quantité de dioxyde de carbone produite par les nombreux micro-organismes du sol.

L’effet global de cette « rétroaction » devrait être positif – des températures plus élevées conduisant à moins de dioxyde de carbone absorbé, soit plus de ce gaz dans l’atmosphère, et donc un climat plus chaud encore. Cependant, les scientifiques ont dû lutter pour obtenir une valeur précise de ce coefficient de rétroaction, un processus qui implique l’étude de séries historiques du dioxyde de carbone et de température.

Une grande incertitude

La meilleure estimation obtenue jusqu’à présent était qu’une augmentation de la température globale annuelle moyenne d’un degré augmentait la concentration de dioxyde de carbone d’environ 40 parties par million en volume (40 ppmv/°C) mais celle-ci pourrait être diminuée de 30 ppmv. Une telle incertitude rend d’autant plus difficile la prévision de la teneur en dioxyde de carbone de l’atmosphère et des températures de l’avenir. En effet, 40% de l’incertitude sur ces prédictions peut être attribuée à la rétroaction du dioxyde de carbone. A ce jour, David Frank et ses collègues de l’Institut fédéral helvétique de recherches de Birmensdorf, de l’Université de Berne et de l’Université Gutenberg à Mayence ont réalisé l’analyse la plus poussée des données sur le dioxyde de carbone et la températures. L’équipe a étudié la période 1050-1800 après JC, lorsque les émissions causées par l’homme étaient suffisamment faibles pour pouvoir les ignorer. Les teneurs en dioxyde de carbone ont été obtenues à partir de trois carottes de glace de l’Antarctique. Les températures moyennes de l’hémisphère Nord sont issues de neuf « reconstructions par variable de substitution » différentes, les températures moyennes utilisées provenant essentiellement de cernes d’arbres et du contenu isotopique des carottes de glace. (NdT : voir les reconstructions utilisées,)

Deux périodes distinctes

Frank et ses collègues ont conclu que le coefficient de rétroaction est compris entre 2 et 21 ppmv/° C, avec 8 ppmv/° C comme valeur médiane. L’équipe a également constaté que le coefficient est significativement différent entre les périodes 1050-1549 et celle de 1550-1800 où il était à peu près de 4 et 16 ppmv/°C respectivement. La première période correspond grosso modo à la « période chaude médiévale » et la seconde au « petit âge glaciaire » , périodes qui ont connu des évolutions différentes de la température globale et des précipitations. Par conséquent, Frank et ses collègues pensent que le passage d’une période à l’autre aurait pu avoir diminué les capacités de stockage du carbone de certaines parties du globe. L’étude exclut la valeur antérieurement acceptée de 40 ppmv/°C (P> 95%) et confirme que le coefficient est positif plutôt que négatif. Ce dernier point est important car il suggère que la biosphère ne serait pas en mesure d’absorber les émissions anthropiques de dioxyde de carbone, qui sont sensées contribuer au réchauffement planétaire.

Ce travail a été publié dans Nature 463 527. graphiques supplémentaires et documents supplémentaires.

Source : physicsworld.com

Publicités

22 Réponses to “Rétroaction positive du CO2 plus faible qu’attendue.”

  1. Bernard Says:

    A propos de la fixation du CO2 par l’environnement.

    Ces études montrent que l’incertitude du comportement du CO2 est élevée. L’incertitude est sans doute plus grande qu’on le pense!

    Le CO2 est aussi capté, absorbé, fixé… par bien d’autre composants de l’environnement que le végétal.

    Je suis Ingénieur Chimiste (maintenant retraité) et ayant eu à étudier le CO2 dans la chimie que je fais les observations suivantes:

    Le Pka de l’acide carbonique (l’acide qui est formé par réaction du CO2 avec l’eau) est de 6,1. Cet acide est capable de réagir avec tous les alcalins ou alcalino-terreux (ce sont des bases) présents à la surface du globe.

    Donc le magma, les chaux les oxydes métalliques.., réagissent pour former des carbonates, et les carbonates (il y en a beaucoup) eux même réagissent avec le CO2 pour former des bicarbonates.

    Toutes ces réactions sont gouvernées par des constantes d’équilibre qui dépendent de la température! Plus la température s’élève plus des bicarbonates relâchent du CO2. Cela est connu depuis très longtemps.

    (Les volcans sont capable d’émettre du CO2 et du magma -coulée de lave- Quand cette lave refroidit elle re-fixe le CO2 formé)

    Le CO2 est soluble très dans l’eau à haute pression pour former des clathrates. Ce sont des composés de gaz hydraté.
    Dans le hauts fond marin il y a ainsi du CO2 emprisonné ce cette façon en même temps que du méthane d’ailleurs.

    Cette solubilisation est dépendante de la température et d’autant plus élevée que la température est faible. Il existe des constantes de solubilisation comparables aux constantes de réaction.

    La terre est en régime dynamique est n’a jamais été en équilibre. Nous vivons avec ces variations

    Je tenais à préciser ces faits pour montrer que le problème du réchauffement climatique anthropique est loin d’être simple.

  2. williams Says:

    Tout comme tu le dis tout ca est difficile vu tes explications, les oscillations oceaniques dont l’evolution de la SST influence aussi le CO2,…

    Comme tu a été ingénieur Chimiste Bernard serrais tu prets a m’aider pour calculer certains éléments suivant la concentration de certain gaz ? Si oui tu as mon email en haut a droite de cette page de mon site : http://la.climatologie.free.fr/sommaire.htm

    Williams

  3. plombier Says:

    Willams quand je clique sur votre lien ,j’ai un plantage de Firfox , et avec explorer j’ai : Internet Explorer a fermé cette page Web pour protéger l’ordinateur .

  4. plombier Says:

    Petit age glaciaire et volcans . Lors de l’éruption du 10 avril 1815 du Tembora la cendre envoyée dans la stratosphère fit plusieurs fois le tour de la Terre .L’éruption a affecté océans et tropiques, et tous les records de baisse de température ont été battus en 1815 et 1816.
    l’été sans soleil de 1815 en Nouvelle-Angleterre, causé par le blocage des rayons solaires par les particules de soufre réparties dans l’atmosphère et la stratosphère .
    L’été 1816, le plus froid jamais enregistré en Europe ,dans les pays dotés d’une météo fiable, fut à l’origine d’une famine qui fit plus de 200 000 victimes.
    Les Alpes suisses furent particulièrement touchées, à tel point que pendant l’été 1816, il y neigeait presque toutes les semaines.
    Dans les années 1800 il y a eu plusieurs éruption volcanique assez violente .

  5. yvesdemars Says:

    une remarque sur cette très intéressante étude qui montre bien l’ignorance scientifique sur tous ces phénomènes, et ma remarque j’espère contribuera à ces incertitudes:
    la transformation d’une zone verdoyante en désert réduit ses capacités de fixation du CO2, mais d’autre part elle augmente l’albedo de la zone, ce qui contribue à un refroidissement de la terre, et je soupçonne sans l’avoir calculé que ce second effet est supérieur au premier: en effet la réflexion d’un désert clair se situe dans le visible, donc dans des fréquences beaucoup plus porteuses d’énergie que les IR mis en cause avec les GES …
    Par contre la meilleure végétation d’une zone nordique produirait un phénomène inverse avec cependant une remarque : aux latitudes élevées, l’albedo joue moins du fait de l’incidence des rayons solaires
    et pour les GES les latitudes ne jouent pas ou peu …

  6. williams Says:

    Les eruptions du 19ème siecles ont été importantes et en plus ca tombe quand l’activité solaire a bien baissé comme elle en train de le faire (minimum de Dalton) ainsi que la chute du AMO. Donc le cumul des trois sont la cause de la rapidé de la baisse des temperatures et importantes a cette periode. Voir ici (fenetre sans script donc tu devrait pouvoir l’ouvrir) : http://la.climatologie.free.fr/rechauffement/rechauffement11.htm

    Concernant ce que tu dis pour mon site « Willams quand je clique sur votre lien ,j’ai un plantage de Firfox , et avec explorer j’ai : Internet Explorer a fermé cette page Web pour protéger l’ordinateur » je suis surpris car tu es le premier a dire à avoir ce pb. Si c’etait pour avoir l’email pour me repondre tu peus l’avoir aussi dans mon 2ème site en haut a droite http://system.solaire.free.fr/sommaire.htm où il n’y a pas de script et donc ton ordi ne devrait pas avoir meme pb.

    Williams

  7. plombier Says:

    A lire interwiee de Phil jones sur la BBC

    Question C – Acceptez-vous que depuis Janvier 2002 à l’heure actuelle, il a été statistiquement significative refroidissement de la planète?

    Réponse : Cette période se situe en réalité encore plus court que 1995-2009. La tendance cette fois est négatif (-0.12C par décennie), mais cette tendance n’est pas statistiquement significative.

    (Excusez-moi pour la traduction google ,c’est dimanche la journée a été longue )

    http://news.bbc.co.uk/2/hi/science/nature/8511670.stm

  8. Bof Says:

    Très intéressante cette interview de P.Jones. J4aime bien aussi la réponse à la question H/
    H – If you agree that there were similar periods of warming since 1850 to the current period, and that the MWP is under debate, what factors convince you that recent warming has been largely man-made?

    The fact that we can’t explain the warming from the 1950s by solar and volcanic forcing – see my answer to your question D.

    Rien de surprenant, c’est l’argument (le seul) qu’on entend comme « preuve » de la responsabilité humaine dans le réchauffement… Je suis toujours sidéré de voir que toute cette hystérie repose là-dessus: « je ne sais pas l’expliquer donc c’est la faute de l’homme ». De la science, ça ?

  9. Marot Says:

    Hors sujet volontaire.

    Quid de skyfal et de Frédéric ?
    Qui a des nouvelles ? bonnes ou mauvaises.
    Sont-elles publiables ?
    si non, les adresses courriel personnelles sont à utiliser.

    Merci aux sachants.

  10. Benoît Rittaud Says:

    Comme je l’ai dit sur un autre fil, j’ai écrit à Free la semaine dernière pour leur demander de faire quelque chose de leur côté. Pas de réponse pour l’instant. Dès qu’il y aura du neuf, je ferai un billet pour prévenir tout le monde. Si quelqu’un d’autre obtient des infos, merci de les publier en commentaire sur l’un des fils dédiés.

  11. Marot Says:

    Merci, encore que ceci ne nous tranquillise pas vraiment pour Frédéric.

  12. Alain Says:

    C’est ce qu’évoque une étude cité sur futura-sciences.
    il expliquaient que coté réchauffement reverdire le désert n’était pas bon.
    d’un autre coté si a chaque refroidissement il y a des famines et a chaque réchauffement des développement démographiques, c’est peut être que le bilan du réchauffement est positif.

    quand on ne comprend pas tous les facteurs qui interagissent, il vaut mieux observer les résultats…
    sinon c’est comme les managers idiots qui réduisent les factures apparentes qu’ils comprennent (papier,vies sociale, fournitures, salaires) et finalement coulent la boite cars ils ont ignoré les autres facteurs plus importants (incapacité de travailler, perte de motivation, incapacité de satisfaire le client)…

  13. jean l Says:

    a bof,

    je ne suis pas très familier des acronymes climatiques français, encore moins anglais : ce serait bien de nous donner la traduction, si vous la connaissez, ce qui est apparemment le cas. Alors c’est quoi ce MWP ?

  14. Benoît Rittaud Says:

    MPW : Medieval Warm Period. En français : Optimum médiéval. Je l’ajoute tout de suite au glossaire.

  15. plombier Says:

    Dans la même interview, il reconnaît également la possibilité que le monde ait connu au Moyen-âge un réchauffement aussi important qu’aujourd’hui .
    Cependant, Phil Jones précise « qu’il y a encore débat sur le fait que l’optimum climatique médiéval ait été ou non global ». Si cela était le cas, cela tendrait à décrédibiliser le lien établi entre activités humaines et réchauffement climatique.

    Ayant lu les études d’Alex Chepstow-Lusty, membre de l’Institut français d’études andines Lima au Pérou ,il y a bien eu des changements climatique dans les Andes . L’examen des carottes de sédiments lacustres comme le pollen, une trace de charbon, le fameux acarien oribate, des graines indiqueraient entre les années 880 et 1100 une sécheresse empêchant tout développement significatif.
    Lors d’un réchauffement climatique qui a duré 400 ans, à partir de 1100, les populations pré-colombiennes ont pu habiter les montagnes et ont développé une agriculture adaptée , des cultures en terrasse arrosée par la fonte des glaciers andin .

  16. plombier Says:

    Merci Williams je vais essayer ce soir ou dans la journée de demain .
    A bientôt

  17. Manu95 Says:

    je ne suis pas très familier des acronymes climatiques français

    Personnellement, ce sont les acronymes français tout courts qui m’horripilent. Les Français en usent et en abusent sans penser qu’un étranger même francophone ne sait pas nécessairement ce qu’ils veulent dire.
    Quitte à passer pour un idiot, « Deug » pour moi cela ne dit rien. Je sais seulement par le contexte que c’est en rapport avec l’enseignement.
    Le plus horrible c’est encore la foultitude d’acronymes pour vos diverses institutions.

    J’ai fait une carrière militaire sur laquelle je ne m’étendrais pas ici (voir mon site, où j’en dis déjà trop). Nous faisions un gros usage d’abréviations, mais celles-ci étaient réglementées et faisaient même l’objet d’un STANAG, document valable pour toutes les troupes de l’OTAN.
    Et le règlement prévoyait bien que dans tous les rapports avec le civil, il fallait préciser le sens d’une abréviation la première fois qu’on l’utilisait dans un texte et à chaque fois qu’on pouvait craindre qu’elle ne soit pas connue de l’interlocuteur ou du correspondant.

    P.S. : Je teste les balises WordPress, en espérant qu’elles fonctionnent…

  18. JG2433 Says:

    J’espère ne pas encombrer inutilement ce fil…

    Je souhaite simplement signaler que « La Terre du Futur » présente sous son entrée d’aujourd’hui un diaporama montrant les erreurs – ou mensonges délibérés – de la pensée climatique dominante.

    http://www.laterredufutur.com/html/modules.php?name=News&pagenum=1

    P.S. :Il sera peut-être nécessaire aux intéressés de s’inscrire pour avoir accès à cette rubrique dans sa totalité.

  19. Manu95 Says:

    Ce diaporama est disponible sur dl.free.fr
    http://dl.free.fr/i6KVJ88pN

  20. scaletrans Says:

    Diaporama « Climat se gâte » mis en ligne par Manu 95. Pour ceux qui disposent de Power Point, renommer le fichier avec l’extension .pps. C’est plus compréhensible car il y a des animations.

  21. soilia Says:

    le coé est agrimenter de bien fait naturelle dapré le documentalise fred avery et ce mange avec du raisin a la noix de coco

  22. soilia Says:

    coco choco chanel chocolat je dance le tengo aves le c02

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :