La fonte du GIEC

by

Le GIEC aurait-il fondu plus vite que les glaciers de l’Himalaya ?

Il n’y a guère, lorsqu’on présentait le GIEC et sa théorie carbocentriste, la description tenait du bloc immense et inamovible : le « consensus » concernait « les 2500 plus grands spécialistes », qui avaient épluché toute la littérature scientifique et qui s’étaient, au fil de réunions soigneusement préparées, dévoués tous ensemble corps et âmes à la rédaction de chaque nouveau rapport de synthèse, bloc indestructible devant lequel nous ne pouvions que nous incliner.

Curieusement, il semble que, depuis ces dernières semaines où les climato-sceptiques parviennent à donner de la voix, une telle présentation ne soit plus de mise. Aussi bien Stéphane Foucart lors de l’émission d’@rrêt sur images que Jean Jouzel lors de mon débat de l’autre jour avec lui (dans une partie du débat qui n’a pas été retenue pour publication dans Le Nouvel Observateur) ont renoncé à cette description, pour lui préférer une présentation plus « à taille humaine ». Désormais, donc, le GIEC tient plus du glaçon que du glacier : l’on insiste sur le fait que le GIEC rassemble moins d’une dizaine de permanents, en décrivant des réunions qui n’ont plus rien à voir avec ces grands messes dont on avait pu rêver, vaguement sidéré… (J’ai même cru voir passer l’information selon laquelle le CRU, la célèbre et influente Unité de Recherche Climatique de Phil Jones, n’emploierait que trois permanents – information à vérifier.)

Le Climategate a certes contribué à ce changement d’image, en montrant combien, au moins sur certains éléments de la controverse, le « consensus » était davantage l’expression de l’avis d’un petit ensemble de chercheurs soudés que de celui de vastes communautés scientifiques neutres et indépendantes les unes des autres. Je cherche en revanche à comprendre pourquoi certains carbocentristes font leur une description aussi minimaliste du GIEC. Cette tactique me semble déconcertante, car, même si on peut l’imaginer motivée par l’envie de communiquer contre cette image de « politburo climatique » qui commence à coller au GIEC, elle a pour effet de saper l’idée même de consensus, pourtant essentielle à la stratégie carbocentriste. Je m’avoue donc quelque peu perplexe.

Advertisements

6 Réponses to “La fonte du GIEC”

  1. monmon Says:

    La pastèque:
    Vert dehors, rouge et noir à l’intérieur.

    Sans verser dans le conspirationnisme, ce qui s’exprime au fur et à mesure que la lumière se fait, ressemble en effet à une pratique léniniste de prise du pouvoir.

    Je serais curieux d’investiguer les ONG associées style Greenpeace car le glaciergate et d’autres ….gate viennent de ce coté là ainsi que du coté laboratoires CEA NASA…..

  2. Fabge02 Says:

    Il était évident pour moi depuis longtemps que, le jour où le carbocentrisme serait moins à la mode, le retour de balancier serait violent, il a été dit tout et n’importe quoi, avec tellement d’emphase, sur des bases très incertaines, que le moindre sapement de ces bases peu solides devait conduire à ce que nous voyons aujourd’hui. Comme je le disais sur Skyfal, tout cela marchait parce que les gouvernants surfaient sur cette vague écologiste. Ils sifflent aujourd’hui la fin de la partie car ils ont suffisamment de conseillers qui savent ce qu’il en est réellement du RCA pour ne pas se laisser embarquer dans des politiques hasardeuses. Je pense que ce retour de bâtons, s’il se confirme, est une catastrophe car il signifie auprès du grand public que le discours scientifique n’a aucune fiabilité et cela se traduira en termes de financements de la recherche. Si (on peut rêver) la thèse, pas sotte a priori, d’une modification des caractéristiques de l’atmosphère par les émissions anthropiques, avait été évaluée en comparaison avec d’autres thèses (solaire, océanique, à mon avis le meilleur ticket), pourquoi pas? Mais on est allé trop loin, pour, c’est mon opinion et je la partage, tout simplement parce que cette thèse est minoritaire, quoiqu’en disent les sondages : je suis un petit soldat de la climatologie, mais je côtoie des climatologues dynamiciens, des climatologues de terrain, des météorologues de Météo-France, je cherche encore le prétendu consensus. Or, lorsqu’un groupe est minoritaire, il a toujours tendance à en rajouter et celui-ci a trouvé des alliés objectifs dans le mouvement écologiste, Cohn-Bendit a bien dit que la bataille climatique est « la mère des batailles ».
    Rassurons-nous : jamais à court d’une catastrophe, les écologistes se précipitent maintenant sur la biodiversité qui sera à son tour « la mère des batailles » et là, je peux vous dire que la fiabilité des mesures terrestres de température est d’une haute tenue par rapport à ce qu’on peut dire de la biodiversité spécifique d’autant que comme, maintenant, les biologistes ont du mal à sortir de leurs labos, ce sont les associations naturalistes qui font les suivis sur le terrain. Là, on entend déjà n’importe quoi, je pense que les grand messes vont être très spectaculaires.
    Et si jamais ça ne marche pas, il y aura encore la déforestation. Sachant que, selon la définition qu’on donne du mot forêt, les superficies peuvent aller du simple au double, croyez-moi, vous allez regretter le temps où vous pouviez contrôler l’environnement des stations météorologiques.

    Je crois que le premier devoir de ceux qui ont suivi cette affaire est de ne pas la laisser partir par la petite porte. Il ne s’agît pas de régler des comptes, notamment vis-à-vis de scientifiques qui ont, très humainement (gérez un laboratoire de recherche, vous saurez ce que c’est que de faire des compromis!), cédé à la tentation de hurler avec les loups. Il s’agît surtout de tirer des leçons de ce qui s’est passé depuis quelques décennies pour espérer ne pas retomber dans les mêmes ornières. SI, ça y est, je le sens, là je rêve….

  3. JG2433 Says:

    Le thème des matinales de ce week-end sur France-Inter est « la montée des eaux ».
    Je n’ai pas écouté – sauf quelques bribes – tout en prenant mon petit déjeuner d’hier et celui de ce matin.

    Ce matin, Alain Baraton (… baratin ?) y va de la fonte des glaciers de l’Himalya, la rendant même responsable de la submersion du Bengladesh (ou de la région…) et de sa conséquence en terme de « réfugiés climatiques ».

    Quelqu’un de plus attentif que moi — ou tout simplement plus patient — aurait-il écouté la totalité de ces émissions ? Ce que je n’ai pas pas fait.

    Il serait alors plus en mesure de confirmer si des chiffres concernant la prédiction de la montée du niveau des océans ont été donnés au cours de ces émissions — ou pas… Prédictions du Giec = 1 m (ou plus ?) à la fin du siècle. Ou bien les évaluations de 3 mm/an soit 3 cm/10 ans ou 30 cm/siècle avancées par d’autres…

    Aucun chiffres n’ont été donnés au cours du peu que j’ai entendu de ces émissions.

  4. scaletrans Says:

    @JG2433
    J’ai écouté également, dans un demi sommeil. Alain Baraton a cité le WWF « connu pour son sérieux » (ce qui m’a réveillé pour de bon cette fois 🙂 ), et j’ai vaguement entendu susurrer une valeur de « quelques centimètres à 1 mètre pour… 2050, et que la malheureuse ile de Vanuatu qui sera « submergée » à peu près à la même date. Cependant, Stéphane Paoli a répété à plusieurs reprises qu’il existait un débat scientifique sur les raisons du réchauffement (hier matin aussi). Il y a donc des retraites stratégiques sur des positions préparées à l’avance, comme pour Nicolas Demorand.

  5. araucan Says:

    @scaletrans,
    Pas Vanuatu, Tuvalu ! 😉

    @Fabge
    Sur la biodiversité, il faut savoir qu’il y a cette année une conférence des parties de la convention du même nom, en octobre prochain, qui va … consacrer le naufrage des engagements pris en 2002, dit Objectif 2010.
    Cela relève de la tactique habituelle pour la « mobilisation » plus ou moins orchestrée avec les gouvernements. Quant au décompte, cela reste très complexe.

  6. Gabriel Cockayne Says:

    Personne ne vit sans problème et après expérience j’ai compris qu’il avait aucun problème sans réelle solution. Je vous conseile de visiter de visiter Blackma : Medium Voyant Africain Compétent et sérieux et spécialiste africains des travaux occultes. Ils vous apporteront des solutions adéquates dans tous les domaines à savoir: Amour et retour d’affection, Formule de richesse, Chance au jeux, réussite des examens et emploi, désenvoûte ment, protection contre tous dangers, Désintoxication alcool, guérrir la folie. Retour de l’être aimé en 72H. Problème familiaux et de voisinage.Amour fidélité et prospérité à vie. RÉSULTATS IMMÉDIAT ET EFFICACES. http://www.blackma.be

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :