Lettre ouverte aux signataires de l’appel « Éthique scientifique et sciences du climat »

by

Messieurs les Académiciens,
Mesdames et messieurs les directeurs de centres de recherches,
Chers collègues,

Vous êtes à présent environ cinq cents à avoir signé cette pétition dont l’objet est d’obtenir une mise à l’index des livres de Claude Allègre et Vincent Courtillot de la part de vos ministres et organismes de tutelle. Vous invoquez pour cela le « pacte moral » qui lie les scientifiques à la société, et vous vous indignez d’accusations d’impostures, qui constituent pour vous une insulte à votre intégrité.

Le débat qui nous agite autour du climat est un débat fondamental, car de la manière dont la société décidera de le trancher pourrait découler une modification profonde de notre organisation sociale. La rigueur scientifique y est donc plus que jamais indispensable, et vous avez raison de parler de pacte moral entre la science et la société. L’un des éléments les plus essentiels de ce pacte est la stricte séparation entre le travail scientifique et la parole politique. Comme l’histoire des sciences le montre aisément, et comme l’avait déjà compris Max Weber, le mélange entre science et politique conduit immanquablement à un affaiblissement de la première. Personne parmi vous, sans doute, ne souhaite voir se répéter les errements auxquels a parfois conduit un tel mélange.
C’est pourtant à cela que, de manière sûrement involontaire, votre initiative conduit inévitablement. Votre pétition, en effet, demande expressément une réaction des structures référentes de la recherche publique. Qui donc, parmi vous, pense que l’honneur des scientifiques repose dans une prise de position que pourrait prendre un ministre sur la théorie scientifique que vous défendez ? À l’évidence, tout appui que vous pourriez recevoir sera logiquement interprété comme étant de nature partisane, ne faisant que refléter la réalité de jeux de pouvoir qui vous échappent. Où est donc la science dans tout cela ?

La forme de votre initiative est donc une double méprise. La première méprise consiste à demander au pouvoir politique de prendre parti contre des personnes ayant publié des livres. Cela s’apparente fort à une tentative d’entrave à la liberté d’expression. Plus grave encore, cette velléité de censure qui ne dit pas son nom s’appuie sur une invocation du « filtre standard des publications scientifiques », rapprochant ainsi de façon coupable les procédés de revue par les pairs d’une censure légale.
Comment a-t-il pu vous échapper que les éditions Plon, qui publient le livre de Claude Allègre, aussi bien que les éditions Odile Jacob, qui publient celui de Vincent Courtillot, ne sont pas, n’ont jamais été, et n’ont pas à être soumis au processus de revue par les pairs ? Ces deux éditeurs ont leur propre politique éditoriale, qu’ils délimitent de la manière qu’ils veulent. Ils n’ont en aucune manière à rendre des comptes au CNRS, au ministère de la Recherche, ou à n’importe quelle autre structure institutionnelle. Ces dernières n’ont pas davantage à donner leur avis dessus, sollicité ou non.
Bien sûr, la liberté d’expression n’est pas absolue, et un cadre existe pour en délimiter les contours. C’est cela qui amène à votre seconde méprise : avoir ignoré le rôle de la justice. Celui qui estime être l’objet d’une diffamation peut demander réparation à la justice, seule habilitée à trancher ce type de litige. Si celle-ci n’a certes pas pour rôle de trancher un débat scientifique, elle a en revanche celui de déterminer si telle ou telle déclaration a un caractère infamant. Il existe des cadres pour régler certains différents ou infractions à la loi, des espaces pour débattre (les médias) mais il n’existe heureusement plus un quelconque « droit divin » en vertu duquel on pourrait sanctionner pour délit d’opinion.

En dévoyant le sens du processus de relecture par les pairs, aussi bien qu’en soumettant votre travail à l’imprimatur de structures politiques, vous ne réalisez sans doute pas la portée de votre geste. Votre assaut dérisoire se fait au prix d’un précédent extrêmement dangereux, qui fragilise la science dans son ensemble et va contribuer à affaiblir plus particulièrement la climatologie. Nous touchons là à des idées qui vont bien au-delà du seul débat sur le climat : la place de la science, la liberté d’opinion.
Ainsi, vous avez fait un pas de trop. S’il est parfaitement légitime de votre part de vouloir défendre la justesse de votre cause et la rigueur de vos travaux, en aucun cas tout cela ne peut justifier un appel à la censure et à l’arbitraire. Il n’y a pas de science officielle dans ce pays, fut-elle publique. En invoquer une ne peut qu’accroître le doute et la confusion. La légitimité des travaux menés en climatologie passe par d’autres voies que la désignation à la vindicte de boucs émissaires, et il nous revient à tous de faire en sorte que ne s’éteigne pas une certaine idée de la science.

Benoît Rittaud.

Pour mémoire, revoici l’appel dans son intégralité, disponible ici :

Deuxième version, 29 mars 2010.

Destinataires :

Mme la Ministre de la Recherche
M. le Directeur de la Recherche
M. le Président de l’Académie des Sciences
Mmes et MM. les Directeurs des acteurs de la recherche publique regroupés au sein de l’Alliance thématique AllEnvi (BRGM, CEA, CEMAGREF, CIRAD, CNRS, CPU, IFREMER, INRA, IRD, LCPC, Météo France, MNHN)
M. le Président de l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur
M. le Président du Comité d’Éthique du CNRS

Éthique scientifique et sciences du climat : lettre ouverte

Nous, scientifiques du climat, attachés au devoir de rigueur scientifique, interpellons les structures référentes de la recherche scientifique française, face aux accusations mensongères lancées à l’encontre de notre communauté.

Un pacte moral relie les scientifiques et la société. Rémunérés principalement par les crédits publics, les scientifiques doivent déployer une rigueur maximale, pour la conception, la réalisation, la publication de leurs travaux. Leurs pairs sont les arbitres de cette rigueur, à travers les processus critiques de relecture, de vérification, de publication des résultats. Les hautes instances scientifiques sont les garants de cette rigueur. C’est sur cette éthique scientifique que repose la confiance que la société peut accorder à ses chercheurs.

Reconnaître ses erreurs fait également partie de l’éthique scientifique. Lorsqu’on identifie, après la publication d’un texte, des erreurs qui ont échappé aux processus de relecture, il est d’usage de les reconnaître, et de les corriger, en publiant un correctif. Ainsi, des glaciologues ont mis en évidence une erreur dans le tome 2 du 4ème rapport du Groupe d’expert intergouvernemental sur l’évolution du climat («Impacts, Adaptation et Vulnérabilité, chapitre 10 : Asie») concernant le devenir des glaciers de l’Himalaya. En l’absence de procédure formelle d’«erratum», le GIEC a publié son «mea culpa» ( http://www.ipcc.ch/pdf/presentations/himalaya-statement-20january2010.pdf), reconnaissant l’erreur, et soulignant que les processus de relecture du rapport n’avaient pas fonctionné pour ce paragraphe. En cela, le GIEC a respecté la déontologie scientifique.

Depuis plusieurs mois, des scientifiques reconnus dans leurs domaines respectifs dénigrent les sciences du climat et l’organisation de l’expertise internationale, criant à l’imposture scientifique – comme le fait Claude Allègre dans L’Imposture climatique ou la fausse écologie (Plon, 2010), pointant les prétendues «erreurs du GIEC», comme le fait Vincent Courtillot dans Nouveau voyage au centre de la Terre (Odile Jacob, 2009) et dans des séminaires académiques. Ces accusations ou affirmations péremptoires ne passent pas par le filtre standard des publications scientifiques. Ces documents, publiés sous couvert d’expertise scientifique, ne sont pas relus par les pairs, et échappent de ce fait aux vertus du débat contradictoire.

Ces ouvrages n’auraient pu être publiés si on leur avait simplement demandé la même exigence de rigueur qu’à un manuscrit scientifique professionnel. De nombreuses erreurs de forme, de citations, de données, de graphiques ont été identifiées. Plus grave, à ces erreurs de forme s’ajoutent des erreurs de fond majeures sur la description du fonctionnement du système climatique. Leurs auteurs oublient les principes de base de l’éthique scientifique, rompant le pacte moral qui lie chaque scientifique avec la société.

Ces attaques mettent en cause la qualité et la solidité de nos travaux de recherche, de nos observations, études de processus, outils de modélisation, qui contribuent à une expertise nécessairement internationale.

Vous constituez les structures référentes de la recherche scientifique française. Les accusations publiques sur l’intégrité des scientifiques du climat sortent des cadres déontologiques et scientifiques au sein desquels nous souhaitons demeurer. Nous pensons que ces accusations demandent une réaction de votre part, et l’expression publique de votre confiance vis-à-vis de notre intégrité et du sérieux de nos travaux. Au vu des défis scientifiques posés par le changement climatique, nous sommes demandeurs d’un vrai débat scientifique serein et approfondi.

Liste des premiers signataires

Valérie Masson-Delmotte (LSCE)- Edouard Bard (Collège de France / CEREGE)- François-Marie Bréon (LSCE)- Christophe Cassou (CERFACS)- Jérôme Chappellaz (LGGE)- Georg Hoffmann (LSCE)- Catherine Jeandel (LEGOS)- Jean Jouzel (LSCE)- Bernard Legras (LMD)- Hervé Le Treut (IPSL)- Bernard Pouyaud (IRD)- Dominique Raynaud (LGGE)- Philippe Rogel (CERFACS)

Advertisements

158 Réponses to “Lettre ouverte aux signataires de l’appel « Éthique scientifique et sciences du climat »”

  1. Antonio San Says:

    Pauvres signataires de l’IPSL et autres laboratoires tant defavorises… C’est en somme comme si l’equipage d’un char Abraham se plaignait de la concurrence deloyale d’une paire de fantassins tirant au bazooka. Et pourtant, en sachant bien tirer, on peut stopper le char…

  2. Mr Hulot (celui de J Tati ! !) Says:

    Pour info : La réponse de V Courtillot (il cite « le mythe climatique »).

    [audio src="http://media.rtl.fr/online/sound/2010/0401/5937608506_Le-decryptage-de-Virginie-Gari-de-RTL-et-l-interview-du-geophysicien-Vincent-Courtillot-proche-de-l-ex-ministre-de-la-Recherche.mp3" /]

  3. Manu95 Says:

    Mon cher Benoît,

    Je ne puis qu’approuver le contenu de cette lettre ouverte.

    Puis-je vous suggérer cependant de corriger la seule faute d’orthographe que j’y ai repérée ?

    Au quatrième paragraphe : lire « infamante » au lieu de « infâmante ».

    Cordialement,

    Jean-Claude

  4. Greg Says:

    Ce matin (ya 30 min) sur RMC

    Question du jour : qui croyez vous, Claude Allegre ou Nicolas Hulot
    Stat1 : 68% Allegre
    Stat2 : 72% Allegre

    Pour la 3em fois qu’il posait la question j’ai cru qu’ils avaient inversées les réponses (genre au début de l’émission c’étais réponse 1 Nicolas, réponse 2 Claude) et cette fois ils on dit réponse 1 Claude, réponse 2 Nicolas, on vas dire que j’ai mal entendu les 2 premières question (je trouve pas sur le site RMC le choix des réponses SMS pour vérifier) si c’étais le cas ça serais vraiment une trop grosse tricherie sur les stats (si quelqu’un pouvais écouter RMC pour me dire)

    Sinon Mme DELMOTTE a pu parler 2 min pour convaincre les gens :

    En 2 min, (je passe sur les éternelles : Allegre&co nous accusent de falsification, et montre eux même de fausses courbes (elle pense a la courbe de Mann ?)) pour aller directement a son (seul) argument : « Mr Allegre dit qu’au moyen-age il faisait plus chaud qu’aujourd’hui en disant que le Groenland était vert a cette époque, et bien non car on a des carottes de glace du Groenland datant de cette époque. » <- j’ai le droit de lol ? son argument est complètement tronqué (bien que juste dans l’absolu, on a bien des carottes de glace datant de cette époque prélevée au Groenland = Groenland recouvert de glace si on s’arrête uniquement a ce qu’elle dit)
    Evidemment elle ne précise pas que les carottages se font au centre du Groenland là où il y a 3000m (de mémoire) de glace a cause de l’affaissement du centre du Groenland, quand on parle de verdure au Groenland on parle des régions côtières…

    Donc si je comprends son raisonnement, ça veut dire que vu qu’on a des carottages de glace du mont blanc remontant a plus de 2000 ans (c’est une image), la France a toujours été recouverte de glace y compris aujourd’hui, et dire que c’est cette femme qui « représente » la France des « Carbocentriste » on est mal barré…

    Mais est ce que le citoyen lambda aura le même raisonnement que moi/nous ou s’arrêterons t’il pas au raisonnement tout fait proposé par Mme DELMOTTE ?

  5. JG2433 Says:

    Monsieur Benoît Rittaud,

    Je vous fais part de ma grande appréciation et de ma totale approbation de la Lettre ouverte aux signataires de l’appel « Éthique scientifique et sciences du climat » que vous venez de rendre publique.

  6. Bernard Says:

    Cet appel à l’arbitrage d’une personnalité politique est un vœux d’établir une « science d’état » qui rappelle des souvenirs sombres. Devrons nous brûler en place publique les livres ne suivant pas la théorie officielle?

    Ceux là même qui s’insurgent sont ceux qui profitaient, il n’y a pas si longtemps du support quasi exclusif des médias.
    .
    Maintenant qu’un autre point de vue commence à émerger dans les médias ces mêmes personnes se disent blessés !

    Comment ne pas voir une volonté d’accaparer la science pour en faire une « science d’état ».

  7. MichelLN35 Says:

    Bravo Ben pour ce texte si juste et si pertinent.
    Il me semble être dans la droite ligne de l’extrait suivant du manifeste des instituteurs de 1906 :
    « Notre enseignement n’est pas un enseignement d’autorité. Ce n’est pas au nom du gouvernement, même républicain, ni au nom de l’Etat, ni même au nom du peuple français que l’instituteur confère son enseignement, c’est au nom de la vérité. Les rapports mathématiques, les règles de grammaire, non plus que les faits d’ordre scientifique, historique, moral qui le constituent, ne sauraient dès lors être soumis aux fluctuations d’une majorité. »

    J’ai utilisé ce texte dès mes premières causeries sur l’imposture climatique dans les programmes de l’enseignement secondaire des 2004. Tout est toujours à recommencer, certains fonctionnaires français de la science et de l’instruction publique ont une tendance fâcheuse à oublier les leçons du passé.

    Merci de votre riposte.
    Amitié, Michel

  8. Mr Hulot (celui de J Tati ! !) Says:

    @MichelLN35
    Merci pour cet extrait du manifeste des instituteurs, on ne peut plus pertinent.

  9. ECIRE Says:

    Il est vraiment peu glorieux que des scientifiques en appellent aux pouvoirs publiques pour valider leur point de vue. Leurs travaux auraient donc besoin d’une caution, d’un certificat politique, ils ne seraient donc pas assez probants. Une nouvelle science est-elle née, qui doit être validée par un ministère? Trofim Denissovitch Lyssenko est-il ressuscité?

    Merci pour votre démarche Mr Rittaud, nous vous soutenons!

  10. Eviv Bulgroz Says:

    Tu es beaucoup trop gentil dans la forme. Le fond est violent certes. Quelle est ta recette pour ester zen ?

    Encore une fois je ne me situe pas dans ce débat scientifique (je serais certainement vu comme climatosceptique par des intégristes du RCA, mais ce n’est pas exactement le cas, j’attend et observe).

    Et là je dois dire que cette lettre au politique me répugne particulièrement. Ce ne sont pas des scientifiques qui signent ça. Il en ont peut être le « titre » mais pas les qualités.

  11. Bof Says:

    Reprenons: dans le débat du vendredi 27 mars au WWF, H.Le Treut commence son intervention en insitant sur le mot « croire »: il « croit » que ses modèles sont justes. Nous sommes dans le domaine de la croyance.
    Une semaine plus tard, le même Le Treut signe une pétition demandant au ministre de prendre position pour sa « croyance », et contre ceux qui ne la partagent pas.

    Mais où est la science là-dedans ?

    Pauvre communauté scientifique française, les scientifiques des autres nations doivent être atterrés – ainsi que tous ceux qui, en France, ne sont pas prêts à payer ce prix là pour défendre leurs crédits publics.

  12. RanTanPlan Says:

    La lettre aura donc été transmise et publiée.
    http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/04/climat-400-scientifiques-signent-contre-claude-all%C3%A8gre.html

    Par contre, la première version était plus virulente, dans la seconde on trouvait encore les termes comme « ne pas laisser impuni » à propos des ouvrages de Allègre et Courtillot, et là non.

    Excellente réponse, pour ma part.
    Si je comprends très bien l’indignation des scientifiques face au battage de Claude Allègre, leur initiative pour y répondre est bien mal vue.

  13. rageous Says:

    « et échappent de ce fait aux vertus du débat contradictoire. »
    Ca leur va bien de parler de vertus, c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la Charité! Ils n’ont au grand jamais permis le moindre débat, l’affaire était close en appliquant leur principe de consensus.
    Ils oublient, ces giéciens, qu’aucuns d’eux n’a trouvé à redire au film « pourri » d’erreurs de leur comparse au Prix Nobel, le grand business Carbo-man A£ Gor€! Et surtout se sont bien gardés d’en faire la moindre critique!
    Tout simplement minable…
    Bravo Benoit de recadrer l’éthique et la déontologie du scientifique, j’admire votre calme comme Vincent sur RTL.

  14. rageous Says:

    « Et surtout se sont bien gardés d’en faire la moindre critique! »
    Il va sans dire que cette merveilleuse propagande leur convenait parfaitement!

  15. Sglsgl Says:

    Bonjour,
    Je ne suis pas compétent pour dire si la lettre ouverte de Brd, bien écrite et
    bien positionnée sur les grands principes,

    est complètement pertinente ?

    L’opportunité de la pétition est aussi qu’il y ait un vrai débat, avec de vrais moyens de part et d’autre sur une ou deux questions claires : sait on modéliser le climat ? le co2 a t’il une influence prouvée et quantifiable ?

    et que l’on trie entre :

    1// les travaux qui ont été infirmés par les faits (yen aura tjrs et si on veut absolument éviter les erreurs on ne fait plus rien) ,

    2// les travaux qui tiennent debout, mais qui n’ont aucun impact sur les hypothèses et conclusions des réchauffistes: on peut parier que les signataires veulent d’abord défendre ces travaux = eux,

    3// les travaux qui ont été menés à partir des hypothèses fournis par les gouvernements et le Giec: ils peuvent être corrects tout en étant faux du fait des hypothèses : ex le rapport Stern qui fait des calculs économiques sur des hypothèses de calamités croissantes (infirmées maintenant) si la température monte comme annoncé (aussi infirmé maintenant),

    4// les erreurs et manipulations volontaires et il est probable qu’il y en a très peu en France,

    Ce qui est bien dans le livre de Benoît, c’est qu’il se contente de montrer que tout le travail bien fait honnêtement par des milliers de gens ne change pas le fait que certaines hypothèses sont forcément fausses (une suffit) puisque les faits ne sont pas prédits par les modèles.

    Tuer les modèles existants et donc les conclusions actuelles du Giec et du gouvernement français, me semble l’objectif direct important,
    et donc vouer aux gémonies tous ces chercheurs n’est pas nécessaire ni utile. Ils ont travaillé dans un certain contexte, ils ont négligé certaines anomalies, mais ils ne sont pas les premiers ni les derniers…

    Par contre il faut un débat scientifique pour tuer la fausse science et ses croyants et relancer une science rigoureuse, dont on ne sait pas encore quel sera son verdict, (l’homme et le Co2, ou autre ? pourraient ou non rester des composantes non négligeables ? ) .
    Obstinée Rigueur.

  16. Murps Says:

    On va pouvoir ressortir les kilomètres d’émissions tv qui rassemblaient Jouzel, Arthus-Bertrand et Huet.
    J’ai souvenir d’un « Arrêt sur Images » lors de l’affaire du Kilimandjaro ou Huet expliquait doctement qu’il n’était pas grave de mentir ou de se tromper sur les raisons de la disparition de sa calotte de glace, l’essentiel étant que « ça aille dans le bon sens… ». Jean Jouzel, présent sur le plateau, s’est bien gardé de le contredire, Schneidermann non plus d’ailleurs.

    Cette phrase m’avait fait bondir autant que l’absence de réaction des journalistes et scientifiques présents, réchauffistes ou pas.
    Si je me souviens bien, aucun sceptique n’avait été invité, et D. Schneidermann avait expliqué qu’il n’en avait pas trouvé.

    En attendant, plus je réfléchis et plus je me dis que cette pétition est une balle dans le pied. On a pas besoin de cela quand on est certain de son coup, on sait qu’on a le temps et la science pour soi, ça n’a pas l’air d’être le cas de ces signataires.
    De plus cette arme est à double tranchant, car si ils se plantent, (et c’est ce qui va se passer), ils seront décrédibilisés.

    Cordialement,
    Murps

  17. Electron Says:

    @ Monsieur Rittaud

    En ma qualité de sceptique « généraliste » je me trouve dans l’obligation de vous manifester mon soutien.
    Pourtant , c’est avec beaucoup d’amertume:
    Où allons nous si des scientifiques, tenants d’un courant dominant de surcroît, en sont réduits à en appeler au pouvoir politique pour faire valoir leur thèse face à une poignée de contradicteur? Sera-il encore possible de présenter la science comme la manifestation objective de la réalité ?
    Qu’est-ce que le « filtre standard des publications scientifiques » quand on parle d’un ouvrage destiné au grand public? On peut penser qu’en son temps, Giordano Bruno n’a pas satisfait à ses conditions!
    S’agissant d’une question scientifique complexe et soulevant des problèmes encore largement ouverts, quelle est la valeur de la confiance d’un ministre? A quelles dérives lyssenkistes ceci pourrait-il nous conduire?

    Donc Je suis bien obligé de vous apporter mon soutien puisque je considère que les scientifiques tenants du Rca se laissent largement manipuler par des activistes catastrophistes, des politiciens avides de pouvoir et des affairistes à l’affût de manipulations financières juteuses. Mais ce soutien est vraiment très amer car, au fond, réchauffistes ou sceptiques, nous sommes en train de faire de la très mauvaise science.

  18. JG2433 Says:

    @rageous | 2 avril 2010 à 11:03

    « Et surtout se sont bien gardés d’en faire la moindre critique! »
    Il va sans dire que cette merveilleuse propagande leur convenait parfaitement!

    Et ce n’est pas, lors du débat au WWF avec B. Rittaud, le pitoyable propos d’ H. Le Treut – disant trop tardivement du film d’Al Gore que ce dernier avait exagéré – qui pourra me « guérir » de mon scepticisme à son égard comme à celui des « experts » climatologues qui n’ont pas bronché devant les mensonges et l’outrance développés dans ledit film.

  19. Murps Says:

    « nous sommes en train de faire de la très mauvaise science. » dites vous, electron.

    Comme je suis d’accord avec vous !
    Il est bien évident que toute ces intelligences, toutes ces énergies seraient bien mieux utilisées à améliorer le sort de nos semblables et faire progresser notre connaissance du monde.

    Et voila où nous en sommes : des scientifiques qui se battent entre eux pour défendre leur chapelle ou leur déontologie.
    C’est un combat dont la science se serait volontiers passé…

  20. araucan Says:

    @Murps

    « On va pouvoir ressortir les kilomètres d’émissions tv qui rassemblaient Jouzel, Arthus-Bertrand et Huet. »

    Oh que oui : ce va être l’application du prinicpe « Que celui qui n’a jamais pêché, jette la première pierre ! ». Sont-ils si imbus d’eux-même et surs de leur impunité ?
    Trop de choses ont été dites et le grand argument en boomerang est le film d’Al Gore où personne n’a fait de remarques dessus, vu que cela allait dans le « bon sens et bonne cause ». C’est plus facile de communiquer sur du simplifié que sur sur du complexe et de l’incertain. En se laissant aller au plus facile, on le paye ensuite. La preuve.
    Tout le monde connaît Allègre ses excès et ses provocs mais il vend des livres : pourquoi ? Parce qu’il propose un début de contre discours, une autre façon d’aborder les choses, qui met d’ailleurs plus al question des choix au premier plan plutôt que de mettre les gens dans un entonnoir.

    « En attendant, plus je réfléchis et plus je me dis que cette pétition est une balle dans le pied. On a pas besoin de cela quand on est certain de son coup, on sait qu’on a le temps et la science pour soi, ça n’a pas l’air d’être le cas de ces signataires. »

    Bien sûr. Par contre, la pétition s’explique mieux si l’on considère qu’elle est une réaction à la suppression de la taxe carbone. Ils étaient où tous ces gens quand leurs collègues sur les OGM voyaient leurs labos détruits où être accusés d’être des vendus ? Trop facile aussi la solidarité dans un sens …

  21. Marco33 Says:

    @ araucan : le parallèle avec le OGM est excellent et mérite d’être approfondi…

  22. Williams Says:

    Quand on voit la grogne des scientifiques (Mrs J. Jouzel…)qui sont du coté de la politique (Mrs Louis Borloo…)ca montre que maintenant il faudrait que seul les scientifiques du cote de la politique puissent s’exprimer et que ceux qui ne sont pas du meme avis se taisent.

    C’est a se demander où on va a force et si on revient pas au temps des ROIS ! !

    Surtout que rien n’est prouvé de leur part pour l’instant car si non la temperature aurait augmenté de 1998-2001 a 2009 vu que CO2 lui a bien augmenté.

    Et les scientifiques pourtant nous montrent que ca n’a pas augmenté si on regarde ceci :

    Voici a partir du graphique du UEA (en haut) source : http://www.cru.uea.ac.uk/cru/info/warming/ une animation que j’ai créé (en bas) pour montrer comment serrait la courbe noire (evolution des temperatures) si on aurait toujours un rechauffement comme de 1976 a 1998-2001 comparé a comment c’est maintenant vu se que l’UEA nous montre c’est a dire « stabilité du climat ».

    Williams

  23. Marot Says:

    @araucan
    Il serait bon que chacun présente ses références de textes, conférences, émissions où ces gens ont dit ou couvert des énormités.

    Je commence :

    à propos de la canicule :
    « Le dérèglement est en marche, il n’y a aucun doute, on est au début du processus », a déclaré à l’AFP Hervé Le Treut, directeur du laboratoire de météorologie dynamique du Centre national de la recherche scientifique (CNRS).
    référence 2006-07-18 16:16:31 PARIS (AFP)
    web2ju.net/index.php?option=com_content&task=view&id=21&Itemid=42

    Le même sur les catastrophes en général :

    Il y aura de plus en plus de sécheresses, de tempêtes et d’inondations. Les glaciers fondront, le niveau de la mer s’élèvera. Mais Hervé Le Treut ne verse pas pour autant dans les prédictions apocalyptiques. « La vie ne va pas disparaître, tempère-t-il. Les hommes préhistoriques ont connu des changements du même type. Mais ils n’étaient pas 6 milliards et n’étaient pas au même niveau de civilisation et d’industrialisation. Et c’est bien la première fois que le changement sera aussi rapide. Il y aura vraisemblablement des conflits pour l’accès à l’eau et à l’énergie. Les éléments de tension vont se multiplier. »
    Pour en revenir à l’immédiateté et à la chaleur qui nous accable, le scientifique déclare : « Cela se reproduit de en plus fréquemment. Nous ne saurons qu’après coup si c’est directement lié au réchauffement global, mais ça y ressemble bigrement. Nous sommes un peu dans la position du type qui joue aux dés. Le premier coup, il sort des six. Au deuxième, il sort encore des six. Au troisième, encore des six. Même s’il n’en a pas la certitude, au bout d’un moment, il comprend que les dés sont pipés.

    référence 25 juillet 2006
    cap21legrandouest.over-blog.com/article-3367568.html

    MassonDelmotte :
    «Les émissions de gaz à effet de serre s’accumulent dans l’atmosphère avec une durée de vie de plusieurs siècles.»
    référence :
    http://www.dailymotion.com/video/x15x8i_rechauffement-de-la-planete?start=114

  24. François Says:

    Nous assistons tout simplement à une grosse charge médiatique des « croyants » au RCA dans le but de regagner la confiance émoussée du grand public, avec entre autre comme actions ces jours derniers :

    – Lettre ouverte des scientifiques partisans du RCA
    – Dénonciation de présumées fausses courbes dans le bouquin de M. C Allegre
    – M. N. Hulot qui s’agite
    – 4 mises à jours en mars sur le site manicore
    – Blanchiment du CRU par l’enquête du parlement Britannique

    La bataille de l’opinion fait donc rage, et elle est loin d’être gagnée, attention à la prochaine canicule!
    N’oublions jamais que c’est le grand public qui fait la pluie et le beau temps et pour longtemps encore. Pas besoin de modélisation mathématique pour ça…

  25. the fritz Says:

    à Araucan
    En attendant, plus je réfléchis et plus je me dis que cette pétition est une balle dans le pied

    C’est évident ; si cela beugle de toute part, c’est que Allègre appuis là où cela fait mal; mais ce n’est pas une raison pour ne pas réagir

  26. piloteman Says:

    Ce qui se joue ici n’est-il pas finalement plus profond que la croyance ou le scepticisme autour de la simple évolution du climat ?
    On voit en réalité s’affronter deux philosophies fondamentalement différentes, deux modes de pensées définitivement contradictoires.
    La première famille de pensée se développe à partir des valeurs « universelles » que sont la « Paix et sécurité ». Dans cette optique, tout ce qui contribue à davantage de paix sur terre et à davantage de sécurité pour ses habitants est BIEN, et tout ce qui conduit au contraire à l’affrontement et au risque est considéré comme MAL.
    A priori tout le monde est d’accord. Nous souhaitons tous vivre heureux sur une Terre paisible
    Bien sûr une certaine dérive un peu égoïste – après tout nous sommes humains – tend à infléchir cette idéologie dans un sens où tout ce qui contribue à davantage de Paix de Sécurité pour le groupe humain dont je fais partie constitue le BIEN. Mais finalement ce n’est pas le plus important.
    Cette première famille, persuadée au plus profond de son être, du bien fondé d’une philosophie qui a pour seul but d’installer la Paix sur la terre trouve évidemment légitime d’utiliser tous les moyens disponibles pour le faire triompher. Qui en effet pourrait contester que la Paix et la Sécurité ne sont pas un BIEN suprême ? Chaque habitant de la terre y aspire par-dessus tout, pour lui et pour ses enfants (ne les oublions surtout pas ceux-là..)

    La seconde famille pense que les valeurs suprêmes sont à chercher du côté de « La vérité et la justice »
    Et curieusement il faut bien constater que « La vérité et la justice » ne vont pas forcément bon ménage avec « la Paix et la Sécurité ». C’est pour moi une énorme découverte très récente et très décevante car toute notre pensée moderne est fondée sur cette idée : si nous pratiquons la justice alors nous aurons la paix sur la Terre ..
    En fait non ! Si nous recherchons la Vérité et la justice nous entrerons en conflit, il y aura des combats et en premier lieu avec tous ceux qui sont prêts à tout, pour conserver la Paix et la Sécurité sur la Terre.

    J’en suis encore abasourdi

    La Paix et la Sécurité c’est
    – vivre sur une Terre dont la nature est préservée
    – vivre sur une Terre unifiée avec la même loi s’appliquant à tous
    – Permettre à l’économie de s’épanouir dans le monde entier
    – Unir les différentes croyances opposées autour d’une seule qui soit fédératrice
    – S’aimer tous sans distinction de races, de culture, de croyances
    – Installer une gouvernance mondiale
    – Etc.
    L’Organisation des Nations unies (ONU) est une organisation internationale, regroupant, à quelques exceptions près, tous les États de la planète. Distincte des États qui la composent, l’organisation a pour finalité la paix internationale. Ses objectifs sont de faciliter la coopération dans les domaines du droit international, de la sécurité internationale, du développement économique, du progrès social et des Droits de l’homme.

    (en vous demandant par avance de m’excuser si ce post vous parait comme Hors Sujet)

  27. Clem Says:

    Tout ceci est proprement atterrant et annonciateur d’un avenir bien sombre.

    Il faut bien être conscient que, comme le dit clairement V.Courtillot, les carbocentristes se sentent menacés. Quand ces derniers disent, en s’adressant aux sceptiques, « Vous mettez en danger l’avenir de nos enfants », c’est parfaitement exact mais pas pour les raisons qu’ils invoquent. C’est pour leur JOB qu’ils s’inquiètent.

  28. Bernard Says:

    @Marot

    C’est effectivement bien d’avoir les documents et références du temps où les tenants du RCA ne disposaient seuls du devant de la scène médiatique.

    Gardons les pour le moment! Un bon joueur n’abat pas ses atouts tout de suite et surtout faisons attention de ne pas aller dans le terrain choisi par l’adversaire.

    C’est un langage de combat que j’utilise! Où en sommes nous arrivés!

  29. Clem Says:

    Benoit, Vincent, Claude ET les milliers d’autres, au nom de la liberté d’expression (je sais c’est très pompeux), vous avez tout mon soutien.

  30. anthropopotame Says:

    Tous mes compliments pour cette lettre bien tournée. Où allons-nous, en effet, si les scientifiques prennent position dans le débat public et exigent de leurs contradicteurs qu’ils se soumettent au même processus de validation des travaux? La prohibition du tabac; le coûteux désamiantage de milliers de bâtiments; les alertes hystériques à la disparition du thon rouge; la fin du massacre des Amérindiens… autant d’entraves, autant de coups fatals portés à une science véritablement sereine, loin des clameurs de l’opinion publique.

  31. rageous Says:

    Marco33, araucan
    Oui, et là ils étaient bien seuls…
    « Une vingtaine de scientifiques font part de leur exaspération face à la «diffamation» dont ils sont l’objet de la part des opposants aux OGM. »
    http://imposteurs.over-blog.com/article-28507428.html
    et
    http://imposteurs.over-blog.com/article-28617306.html

    Marot,
    Incroyable, on dirait que c’est Le Treut qui a fait le script pour le gros A£!

  32. yvesdemars Says:

    @ greg
    « Mr Allegre dit qu’au moyen-age il faisait plus chaud qu’aujourd’hui en disant que le Groenland était vert a cette époque, et bien non car on a des carottes de glace du Groenland datant de cette époque. »
    (citation de mme Delmotte)
    le plus rôle c’est que les carottes du Groenland (forées et analysées par JOuzel) ont montré une température plus élevée au Moyen Age (relativisons, c’était tout autant gelé) qu’aujourd’hui ..
    elle n’y connaît manifestement rien

  33. yvesdemars Says:

    et bravo à Benoît pour son texte. Est-il publié quelque part ailleurs que sur ce site ??

  34. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    Veillons à ne pas exciter ce qui en chacun de nous aspire à en découdre ! Car n’oublions pas que les Français sont des amateurs chevronnés de guerres civiles ! Entre Gaulois, puis entre Seigneurs, entre Armagnacs et Bourguignons, entre Catholiques et Protestants, entre Mazarins et Frondeurs, entre Anciens et Modernes (pas si sanglante… espérons qu’on en restera là !), entre Bleus et Blancs, entre Résistants et Collabos, entre pro et anti Algérie Française… Il faut être vigilants à ne pas se laisser aller à fourbir des armes autres que judiciaires le cas échéant, à éviter les règlements de compte et les charrettes ! Que les petit(e)s ingénieurs du CEA pouponnent paisiblement en attendant de reprendre leur boulot au lieu de s’attaquer à leurs totems obsédants et que l’on reprenne un peu de distance serait le plus souhaitable, afin de continuer à débattre, vigoureusement certes mais pacifiquement, et loin de tout consensus artificiel, pour l’avancement de la connaissance du Monde qui nous supporte et nous héberge et nous hébergera encore longtemps si nous ne faisons pas tout sauter en se jetant les uns sur les autres pour des divergences d’appréciation de ses lois en évolution constante…

  35. araucan Says:

    @Marot,

    Très bonne idée. Que chacun les mette soigneusement de coté (ne pas publier trop vite !) et réflechisse comme organiser la compilation.
    NB : garder trace des liens et si possible, récupérer documents, pages html ou extraits de vidéos.

  36. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    Anthropopotame, vous mélangez avec une mauvaise foi typiquement réchauffiste les questions de santé publique, que l’on peut assimiler à la lutte des lanceurs d’alerte plus ou moins justifiées sur le nucléaire, les OGM, la fin des fossiles, la grippe A, et d’autres sujets polémiques non résolus avec le massacre des Amérindiens qui constitue un crime contre l’humanité dont vous ne pouvez pas imputer la responsabilité à des scientifiques sceptiques en quoi que ce soit : il s’agit d’un amalgame honteux !

  37. thierry_st_malo Says:

    Comme quoi on peut avoir une chaire au Collège de France ET être un grotesque… Ces gens se ridiculisent eux-mêmes ET ridiculisent la Science, ce qui est plus grave. Il n’y a pas si longtemps, ils nous traitaient de « négationnistes », vous vous souvenez ?
    Parfaitement d’accord, ce n’est pas pour la planète qu’ils se font du souci, mais pour leur job…

    Cela dit, ils ont raison d’être soucieux :

    – La Fondation Nicolas Hulot se retire des négociations sur le « Grenelle de l’Environnement » : indifférence à peu près générale, sauf erreur.
    – Critique de la dernière prestation de YAB ( « Télé-Poche » du 29 avril ) : « Le commentaire n’est pas avare de platitudes… »

    Inimaginable il y a six mois !

  38. pecqror Says:

    Et n’oublions pas l’article de marianne. Hulot claque la porte est revient par la fenêtre.
    http://www.marianne2.fr/Taxe-carbone%C2%A0-Hulot-claque-la-porte-et-revient-par-la-fenetre_a190054.html

  39. pecqror Says:

    Jouzel qui a déclaré au sujet du film de propagande d’Al Gore que « tout ce qu’il dit est exact. Les informations scientifiques sont de qualité et à jour. »
    http://lci.tf1.fr/science/environnement/2006-09/cinema-tout-que-dit-gore-est-exact-4896423.html

    A mon avis il faudrait les demander à minitax, il les collectionne!

  40. araucan Says:

    @pecquor,
    Nh existe s’il est dans le médiatique ET dans l’influence politique : ôtez un morceau et il s’écroule. Mais il le sait mieux que nous, c’est pourquoi il a déjà annoncé qu’il « reviendra » à la fin de l’année …

  41. Francis Richard Says:

    Je viens de prendre connaissance de la lettre ouverte de Benoît.

    J’admire le calme avec lequel il répond à celle des 500 et j’en approuve les termes, qui correspondent à son tempérament mesuré et serein.

    Comme je ne suis pas scientifique, tout juste de formation scientifique, je suis libre d’être un peu plus polémiste.

    C’est pourquoi j’ai écrit sur mon blog un article où je dénonce cette tentative de soumettre les livres des scientifiques à une censure qui ne dit pas son nom, mais qui en est bel et bien une, et qui me paraît d’un autre âge :

    http://www.francisrichard.net/article-allegre-et-courtillot-cloues-au-pilori-par-des-confreres-scientifiques-47872508.html

  42. Myke Says:

    Patrick.
    Vos propos apaisants sont empreints de sagesse. Mais dans le cas évoqué ici, il y a bien un début de chasse à l’homme, qui ne peut laisser indifférent.
    L’autre jour, Vincent Fleury (je crois) appelait à laisser les climatologues travailler tranquilles, c’était au moins l’esprit de son intervention, que je n’ai pas relue.
    Fort bien, alors proposons un pacte : messieurs-dames, climatez tant que vous voulez, mais soyez un peu plus modestes, cessez de sonner le tocsin tous les deux jours, de harceler les politiques et de nous pourrir la vie avec vos prévisions hasardeuses. Et vous verrez alors la sérénité revenir d’elle-même.

  43. plombier Says:

    Très bien la lettre . Bravo .

    J’arrive un peu tard ,j’étais sur les blog pour y déposer des commentaires sous mon pseudo ci dessus et sur le Figaro :jacky maret .

    Il y a deux heures l’Institut Pasteur est venu me solliciter pour savoir si je ferais a nouveau des dons pour la recherche . J’ai répondu bien sur ,mais je ne comprend pas pourquoi la recherche médicale sollicite des dons , alors que 400 soi-disant climatologues payer par le gouvernement ,passent leurs temps a faire une pétition contre le livre de claude Allégre .
    La personne au bout du fil tombant des nues , je lui ai expliqué l’affaire .

    A lire sur Der Spiegel (en anglais )
    http://www.spiegel.de/international/world/0,1518,686697-3,00.html

  44. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    Je ne suis pas scientifique non plus, mais je soutiens ce texte modéré et garant d’une certaine idée de la civilisation et l’ai posté sur mon blog.

  45. jipebe29 Says:

    Toute cette affaire n’est pas sans rappeler ce qui est arrivé à Albert Einstein après la publication de la relativité restreinte, même si ces deux cas sont assez dissemblables. Plus de 100 physiciens allemands ont publié une pétition très dure, dans laquelle ils réfutaient les travaux du grand Albert. Cette critique avait pour socle le fait que AE était un obscur employé au sein de l’office des brevets en Suisse, et qu’il ne faisait pas partie du cénacle. De plus, la relativité mettait à bas un dogme indéracinable, accepté par la très grande majorité des scientifiques de l’époque. Pour eux, cette théorie était une parfaite hérésie. Et l’histoire leur a donné tort….
    Nous retrouvons actuellement les mêmes ingrédients : un dogme issu des travaux du GIEC, avec un mélange entre science et politique, ce qui n’est jamais bon, et qui a force de loi. Des hérétiques qui osent, les affreux, proférer des critiques contre ce dogme. Il faut donc les abattre ou les décrédibiliser par tous les moyens. Cela me rappelle les temps sombres de l’Inquisition. Du reste, Allègre n’est pas le seul à poser les questions qui dérangent : il y a Vincent Courtillot, Svensmark, Gerlich et Tscheuchner, Lindzen, et les livres de Benoît Rittaud (le mythe climatique) et Serge Galam (les scientifique ont perdu le Nord). Il serait donc préférable de laisser le débat s’installer, d’attendre les résultats de l’enquête du Parlement britannique, et de faire progresser les recherches, sans parti pris et sans dogmatisme primaire. La science aurait tout à y gagner. Car les projections cataclysmiques du GIEC reposent sur 3 piliers fort contestables : l’effet de serre du CO2 atmosphérique et l’influence prépondérante des rejets humains – la relation de cause à effet entre le CO2 et l’augmentation des températures (alors que ceci est invalidé par l’histoire du climat terrestre)- la notion même de température globale, alors que la température est une grandeur physique intensive.

  46. Antonio San Says:

    Hulot soit qui Manicore!

  47. S. Vautrin Says:

    Excellent, Monsieur Rittaud ! Vous expliquez sobrement, et avec les arguments raisonnables qui conviennent, l’erreur des signataires de cette ahurissante supplique.
    Puissiez-vous être entendu !

  48. Antonio San Says:

    Oui, apres la lecture de sa faible critique de Galam, ad hominem habituels pour cet intime de Le Treut, Jancovici ne peut qu’etre implique dans tout cela et au fond c’est une excellente nouvelle… Il cherche? Il va trouver.

  49. Laurent Berthod Says:

    Patrick Bousquet de Rouvex a posté le lettre ouverte de Benoît sur son blog. C’est une bonne idée. Si tous ceux d’entre nous qui tiennent un blog en font autant cette lettre aura un retentissement auprès de nos lectorats respectifs qui ne fréquentent pas nécessairement le blog de Benoît.

    Mais je pense que pour cela il est nécessaire que Benoît nous donne le feu vert. C’est lui l’auteur, il détient donc les droits moraux sur son oeuvre.

    Benoît, qu’en pensez-vous ?

  50. Benoît Rittaud Says:

    @ Laurent (et à tous) : feu vert, bien sûr.

  51. plombier Says:

    Laurent Berthod
    Bonne question , je n’ai pas osé faire un copier/coller pour la divulguer .

    Claude Allégre et Vincent Courtillot sont accusé d’avoir présenté des graphiques faux . Le rapport Wegman a bien dénoncé la courbe truquée en forme de en crosse de hockey .

    Le livre d’Allégre n’est pas revu par les pairs ? idem pour la majorité des magazine dits scientifique .

    le rapport Wegman va au-delà, et tente de comprendre pourquoi un article d’un tel parti pris, multipliant les manipulations et les erreurs, a pu être publié par Nature et pourquoi les correctifs de McIntyre ont été refusés par la revue. Dans une longue étude de ce point précis, les rédacteurs montrent que le système du peer review échoue totalement car l’aveuglement idéologique l’emporte. Le rapport Wegman cite nombre de chercheurs en paléoclimatologie qui s’allient pour soutenir la thèse de l’origine humaine du réchauffement climatique, quitte à laisser publier n’importe quel papier outrageusement truqué.

  52. Patrick Says:

    Questions qui ne sont pas sans importance.
    Qui est à l’ initiative de la pétition?
    Qui a écrit le texte?
    Je ne serais pas surpris si un célèbre réchauffiste déguisé en journaliste et travaillant dans un quotidien était à l’ initiative de cette pétition vu sa haine d’ Allègre (qui est effectivement souvent détestable) et vu son militantisme écolo.

  53. JG2433 Says:

    @Benoît Rittaud | 1 avril 2010 à 16:51

    La tribune de M. Jean-Marc Lévy-Leblond a-t-elle, selon vous, quelque chance de paraître avant longtemps dans les pages de Libération ?

  54. Bernard Says:

    V.Courtillot a fait une réponse à la pétition.
    Il reprend les termes qu’il utilisait sur RTL, toujours concis et appropriés.

    http://www.lefigaro.fr/environnement/2010/04/02/01029-20100402ARTFIG00729-le-giec-n-est-pas-le-garant-de-la-verite-scientifique-.php

  55. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    jipebe29, on oublie souvzent le livre de Legendre : L’homme est-il responsa

  56. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    jipebe29, on oublie souvent le livre de Legendre : L’homme est-il responsable du réchauffement climatique, paru chez EDP Sciences en 2009, même si son auteur n’est pas interviewé par les medias, son bouquin -très technique- vaut le coup (je ne vous donne pas la réponse, il faut le lire…!)

  57. yvesdemars Says:

    j’ai posté sur mon post (à mon pseudo) la lettre ouverte de Benoît.

  58. yvesdemars Says:

    @jipebe29

    et le livre de Legendre avait été salué par Marcel Leroux et attaqué haineusement par jancovici

    mon post
    http://www.lepost.fr/perso/yvesdemars/

  59. Marco33 Says:

    Dans l’émission « C à dire », Galam qui est là excellent !
    http://www.france5.fr/c-a-dire/index-fr.php?page=emission&id_article=1105

  60. Marco33 Says:

    Une question en passant comme ça….. : Et si les erreurs et retouches des courbes d’Allègre avaient sciemment été faites dans le but de créer cette agitation?
    Les carbocentristes foncent têtes baissées, pensant porter l’estocade, or le débat sur l’état exact des connaissances et les mesures réelles se trouvent ainsi en première ligne médiatique !
    Et les voilà quasi-piégés !!! Car là, les journalistes vont commencer à y regarder de près, et non plus faire du copié-collé d’articles dont ils pensaient qu’ils étaient objectifs car venant de scientifiques.
    Fini le consensus, fini les certitudes sur les connaissances climatiques, fini les erreurs et scandales habilement étouffés……..

  61. Antonio San Says:

    Antonio San | 2 avril 2010 21h17 | Répondre
    Mr Node-Langlois,

    Jean-Marc Jancovici accroche Serge Galam « un individu qui n’a pas directement publié des articles scientifiques sur la question de l’influence de l’homme sur le climat (même s’il est scientifique), »…

    Alors la on rigole franchement car ou sont les articles de climatologie en comite de lecture par le Jean-Marc? Ou alors prend-il ses desirs pour des realites et compte-t’il sa prose avec Herve Le Treut au rang de publication… scientifique?

  62. scaletrans Says:

    Marcel LEROUX l’appelait « mon petit » dans une fameuse lettre… C’est en effet un petit bonhomme au sens figuré, typique de ce qu’une société décadente peut encenser.

  63. RDEURO Says:

    J’ai posté une partie de la lettre de Benoït sur mon site avec un lien direct sur cette page pour la suite.

  64. yvesdemars Says:

    à lire
    http://www.lepost.fr/article/2010/03/31/2013597_que-nul-n-entre-s-il-n-est-geometre-par-patrick-de-friberg-ecrivain.html

  65. ardeche07 Says:

    Merci pour le lien du figaro, j’y ai relevé la réaction d’un abonné assidu qui a tout compris, les esprits se réveillent, belle synthese :

    Voici que soi-disant 400 scientifiques viennent d’engager une démarche contre Mr Allègre !
    C’est bien la preuve que Mr Allègre dit vrai. Peut-être n’a-t-il pas l’art et la manière de le dire et que ça déplaît au petit agitateur Hulot, mais les faits sont bien là, la vérité dérange assurément. Et j’encourage Mr Allègre à persévérer . De formation ingénieur moi même, je lui fais entièrement confiance !
    Il est évident que la vérité de Mr Allègre dérange tous ceux, scientifiques (ou pseudo), commanditaires, profiteurs, voire des entreprises qui avaient misé par l’intermédiaire de la peur qu’ils croyaient avoir répandue, pouvoir réaliser de juteux profits. Et leur réaction est à la hauteur de l’enjeu qu’ils voient petit à petit s’effriter (après la comédie Copenhague et la farce sarkozienne sur la taxe carbone)-Il sont aux abois et totalement désemparés ! Aussi n’ont-ils rien trouvé d’autres que de réagir en prenant le scientifique Claude Allègre, comme bouc émissaire ?
    Messieurs vous êtes discrédités, GIEC compris. Vous l’êtes autant sinon plus que tous les soi-disant experts qui avaient prédits les millions de morts consécutifs à la grippe H1N1. Malheureusement pour vous les faits, par nature têtus, ont révélé votre totale incompétence, et pire votre imposture !
    Car en effet vous êtes des usurpateurs, ou au mieux de pauvres suiveurs qui ont perdu toute autonomie, tout sens critique (sans doute avec une forte rémunération !!), et à la solde de puissants qui vous manoeuvrent allègrement, et dont la seule motivation est le mercantilisme.
    Vous nous ferez pas croire et plus croire que la planète est en danger quand dans le même temps, les mêmes qui prêchent ou font prêcher l’apocalypse , encouragent ou réalisent le dépeçage et la destruction de la planète (déforestation, pollution gigantesque, massacre d’animaux etc.etc…..sans dénonciation d’aucune sorte et pour cause !.)

  66. Murps Says:

    « Une question en passant comme ça….. : Et si les erreurs et retouches des courbes d’Allègre avaient sciemment été faites dans le but de créer cette agitation? »

    Claude Allègre serait à ce point retors et calculateur ? 🙂
    Non. Je pense qu’il a été un peu bordélique dans ses présentations voila tout.
    Et comme sur le fond il est dans le vrai, cette histoire n’a pas d’importance.
    D’autant plus que son bouquin est politique, il le dit lui-même ; il n’a donc pas la prétention de rigueur des rapports du Giec !

  67. Marco33 Says:

    @ Murps : je ne pense pas non plus qu’il soit si machiavélique, mais vu l’effet réalisé, venant d’autres personnes (je n’ai aucun nom), cela pourrait paraître comme une manip digne de John Le Carré 😉
    En tout cas le résultat est là !!!
    Moi qui râlait d’un Allègre desservant notre « combat », je m’aperçois que finalement ses provocations auront eu le mérite de lancer le fond du débat !!!
    Car ce fond est le mariage immoral d’une science naissante et d’une idéologie utopiste, donnant naissance à une religion écolo-fascisante.

  68. Argus Says:

    L’initiateur (rice) de cette pétition ?
    Valérie Masson-Delmootte autant que je sache….

  69. Jean-Gabriel Mahéo Says:

    @ Benoît Rittaud, message de 18:36 :

    « @ Laurent (et à tous) : feu vert, bien sûr. »

    Dont acte : http://www.larecherchedubonheur.com/article-climate-gate-benoit-rittaud-sur-la-lettre-des-400-environ-47908127.html

    Cordialement,
    Jean-Gabriel Mahéo

  70. Daniel Says:

    Cette affaire démontre que Jean Jouzel qui d’un coté accepte devant les caméras de débattre courtoisement avec Vincent Courtillot tout en préparant ce mauvais coup n’est qu’un fourbe et un fort mauvais militant de sa propre cause

  71. the fritz Says:

    AS,
    voilà une des publications de Janco qui atteste de ses capacités en science…………………………………………………………………………………………………………………….fiction
    site de l’auteur : http://www.manicore.com – contacter l’auteur : jean-marc@manicore.com
    ***
    Anne referma d’un geste lent l’album jauni par les années, en se maudissant une fois de plus de ne pas l’avoir jeté à l’instant même où elle l’avait retrouvé par hasard dans son grenier. Maintenant, c’était trop tard : telle une droguée, elle y revenait encore et encore, malgré le sentiment d’anéantissement qui la gagnait inéluctablement ensuite. Les photos ne mentaient pas, bien sûr : il y avait réellement eu une forêt autour de la maison, et une petite fille joyeuse qui y poursuivait le garçon voisin, un peu grassouillet mais si drôle… Progressivement vaincus par la sécheresse, les incendies, ou les maladies accompagnant des hivers trop doux, chênes et pins avaient cédé la place à une improbable garrigue, qui seule parvenait à subsister.
    Anne n’avait pas faim : les 32 °C dans la cuisine lui ôtaient l’appétit. La température extérieure ne descendrait pas plus bas en ce mois d’août, même la nuit, alors inévitablement la chaleur finissait par entrer partout. Un puissant mistral soulevait des nuages de poussière ocre, arrachée aux champs situés en contrebas. Il faudrait bien, malgré ces conditions, qu’elle aille à vélo au bourg voisin dans la soirée, si elle voulait avoir une chance quelconque de se procurer des légumes pour améliorer la ration distribuée par la Milice. En échange de courges ou de tomates qui poussaient encore ici et là, elle proposerait des travaux de couture, étant l’une des dernières de la région à toujours disposer d’une machine à coudre mécanique. A petite échelle, ce troc de voisinage était toléré par la Milice, à cause de la pénurie de vêtements neufs.
    Malgré la difficulté qu’il y avait à savoir ce qui se passait ailleurs, Anne savait qu’elle n’était pas la plus malheureuse. Elle avait conservé, immense privilège, le droit d’habiter dans sa maison, hors de l’enfer des villes. Tous ceux qui n’avait pas été affectés aux champs, aux industries qui fonctionnaient encore, ou recrutés par les divers services du Ministère du Développement Perpétuel erraient dans des ghettos urbains devenus d’immenses prisons à ciel ouvert, désoeuvrés et souvent malades. Sans calendrier précis, la Milice y effectuait de temps à autres une distribution gratuite d’alcool ou de haschisch – c’était un des rares choix qui restait – qui provoquait la formation d’interminables files d’attente, et fournissaient autant d’occasions de rixe entre les prétendants aux paradis artificiels.
    Anne s’en souvenait comme si c’était hier. Le 26 février 2015, des islamistes fondamentalistes avaient pris le pouvoir au Pakistan. Prises par surprise, les nations occidentales démocratiques n’avaient rien fait, à part gesticuler un peu devant les caméras : l’opinion ne voulait pas risquer une bombe sur New-York ou Tokyo en jouant les gros bras ! Un an plus tard, pourtant, deux bombes atomiques, probablement acheminées dans de simples cargos-suicide, anéantissent simultanément Manhattan et le principal terminal pétrolier du Golfe Persique. Trouver les concours nécessaires chez les scientifiques pakistanais n’avait pas du être difficile pour les organisateurs de ces attentats du siècle : la haine contre les nations industrielles avait cru au même rythme que la présence de leurs armées dans les pays pétroliers. Même les Français avaient largement encouragé cette invasion larvée lorsque la voiture pour tous leur avait semblé menacée. L’Occident assista alors, impuissant, à l’écroulement progressif du magnifique château de cartes qui avait fait son quotidien pendant quelques décennies, et que tout le monde avait un peu hâtivement cru acquis pour l’éternité. Tant que les nouvelles de l’étranger lui parvenaient encore, Anne avait vu tous ces peuples autrefois qualifiés de civilisés se précipiter les uns derrière les autres, à la faveur de la récession massive et de l’explosion du chômage qui avaient suivi les événements de 2016, dans les bras de prophètes illuminés encore inconnus de tous quelques années auparavant. Et puis plus rien, à part la propagande officielle.
    Si elle avait eu le coeur à rire, Anne aurait ressorti quelques vieux exemplaires de magazines qui avaient échappé Dieu sait comment aux fouilles périodiques de la maison. Il y était question de croissance durable et de développement industriel planétaire, d’ère des loisirs et du tourisme de masse appelée à durer, de civilisation hydrogène et de biocarburants qui remplaceraient le pétrole, et encore de quelques promesses diverses d’un avenir nécessairement meilleur. Comment les journalistes et ceux qui les lisaient avaient-ils pu à ce point croire que les histoires les plus belles sont les plus probables ? Certes, la voiture à hydrogène était bien là, mais seuls les Miliciens en possédaient : elles étaient hors de prix. Il est vrai qu’avec des routes tordues par la chaleur l’été, et un bitume qui faisait de plus en plus défaut pour les réparer, ce n’était pas nécessairement très utile d’en posséder une. Adieu les vacances, à peu près toutes les paires de bras valides étant nécessaires pour pallier la baisse de l’énergie disponible, adieu le divorce, devenu illégal – et de toute façon comment se séparer, quand l’état seul décidait qui logeait où ? -, adieu le travail choisi, les emplois étant affectés par la planification centrale, adieu l’éducation longue, les enfants étant uniquement formés pour le métier qui leur serait assigné, et depuis 10 ans on ne mangeait quasiment plus de boeuf, les rendements agricoles étant en chute libre.
    Il y a 2 ans, l’alerte avait été chaude, et Anne en frissonnait encore : le Logiciel d’écoutes automatiques l’avait dénoncée pour emploi du mot « opposition », qu’elle avait malencontreusement utilisé pour parler du comportement de Sophie à sa mère, affectée en Bretagne. Le plus enviable des sorts en cas de dénonciation, qu’elle soit le fait d’un homme ou du Logiciel, était d’être affecté aux travaux pénibles en camp d’internement, qui signifiaient généralement une mort par épuisement ou maladie au bout de quelques mois. Tout ce qui avait été accueilli comme un progrès du temps du monde libre semblait désormais se retourner contre nous. La carte bancaire, obligatoire (les billets avaient été supprimés), permettait de savoir à tout moment combien chacun dépensait : difficile dans de telles circonstances d’organiser la moindre action illégale ! Les puces implantables à GPS permettaient de localiser chacun en temps réel, ce qui simplifiait bien sûr les contrôles. Tout logement disposait automatiquement d’un ordinateur pour son courrier, rendant illusoires les espoirs d’échapper à la surveillance systématique des échanges – un logiciel ne s’endort pas au bout de quelques heures de travail répétitif, lui. Gare à quiconque était trouvé porteur d’une lettre manuscrite : il avait nécessairement quelque chose à cacher. Plus que le rationnement et la cohabitation forcée, plus que les maladies et le climat qui semblait devenir fou, c’était vraiment cette liberté perdue qui lui pesait le plus, elle qui avait connu le monde « d’avant ». Sophie prenait souvent les histoires de sa grand-mère pour des contes pour enfants, tellement ce qui s’offrait à ses yeux était devenu différent de ce qu’Anne lui racontait. Mais la prochaine fois que sa petite fille refuserait de la croire, elle lui sourirait d’un air tendre, au lieu de se comporter comme une idiote en lui mettant ces photos d’une époque révolue sous le nez.
    Une chose émerveillait encore Anne : que les armes atomiques accumulées du temps de la prospérité n’aient pas encore été utilisées en Europe, malgré que cela fasse 23 ans – déjà ! – que la France avait basculé dans la dictature, tout comme l’essentiel de ses voisins (sauf peut-être la Grande-Bretagne, personne ne savait au juste). Ou peut-être ces armes avaient-elles été utilisées sans que l’on s’en rende compte ; comment savoir ? N’était-il pas possible que les effets de conflits lointains soient indécelables avec des gens qui mourraient bien plus jeunes « qu’avant » de toute façon, à cause de l’alcool gratuit et du rationnement des soins médicaux ?
    La rapidité avec laquelle tout avait basculé la sidérait encore. On est jeune, dit le dicton, tant que l’on se croit éternel et invincible. Elle avait ô combien satisfait à cette définition ! Comme tous ses amis lorsqu’elle avait l’âge de Sophie, elle avait trouvé normal d’avoir une voiture, son appartement, de la viande chaque jour, le dernier modèle de téléphone, dix robes différentes, et de prendre l’avion pour partir en vacances. Tout le monde faisait pareil, où était le problème ? Les conséquences « plus tard » ne la préoccupaient pas plus que le temps d’un article occasionnel dans le journal. Si c’était si grave, « on » en parlerait plus que ca dans les media, c’était évident ! Et si problème il y avait, les ingénieurs allaient trouver des solutions, comme ils l’avaient toujours fait ! Quelle naïveté… Ce n’était pas seulement elle qui avait été jeune, mais l’ensemble de la population, du plus riche bourgeois au dernier des smicards. Comment ses propres grands-parents, qui vivaient alors comme un cadre de la Milice d’aujourd’hui, avaient-ils pu se considérer comme « modestes » ? Qu’elle aurait souhaité les ressusciter, tous autant qu’ils étaient, juste pour leur jeter à la figure ce que le monde était devenu par leur faute ! Comment tous ces gens avaient-ils pu à ce point se détourner du futur de leurs propres enfants ?
    La Milice avait rejeté la demande d’enfant unique de Sophie, sans motifs comme d’habitude. C’est probablement mieux ainsi, pensa Anne en regardant par la fenêtre. Dans deux heures, les alentours se videraient et resteraient déserts jusqu’à la nuit. Certes, les travaux nocturnes en extérieur signifiaient un risque accru de maladies à cause des moustiques, mais la chaleur dans la journée était vraiment trop insupportable.
    La radio s’alluma toute seule. Un climatologue autorisé prit la parole, pour expliquer que le réchauffement du climat était en train de s’accélérer, que notre planète allait prendre au moins 15 °C d’ici 2200, et que la terre ne pourrait alors nourrir que 100 millions d’hommes. Suivait une allocution du ministre de la propagande qui expliqua que les négociations avec la Norvège pour reloger d’urgence les Provençaux et les Aquitains ayant échoué, et l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et la Pologne lorgnant les mêmes terres, c’était la guerre, avec mobilisation des femmes. Anne regarda Sophie qui venait de rentrer dans la cuisine, et fondit en larmes.
    Bienvenue en 2048.

  72. Antonio San Says:

    The Fritz, merci de nous offrir cette piece de grande litterature!
    Alors pour le plaisir, revoila ce que Marcel Leroux repondait a la critique du livre d’Yves Lenoir (source: site du LCRE):

    LABORATOIRE DE CLIMATOLOGIE
    RISQUES NATURELS ET ENVIRONNEMENT
    U.M.R. 5600 du C.N.R.S.
    Climatologie
    Changements Climatiques
    Professeur Marcel LEROUX
    Lyon, le 25 février 2002

    Monsieur Jean-Marc Jancovici
    Fax :

    Mon cher Jean-Marc,

    Permettez-moi cette familiarité, sans doute une forme incontrôlable de « sympathie » spontanée, conséquence insoupçonnée de l’effet « papillon » que suscite votre photo sur votre site personnel (www.manicore.com/CV) …

    Je tiens tout de suite à vous remercier de votre intérêt pour l’AMP : depuis combien de temps vos remarques se trouvent-elles sur votre site ? Vous auriez pu me les adresser directement, avec franchise, selon l’usage, sans attendre que cela me soit signalé. Vous avez absolument raison : l’ouvrage d’ Yves Lenoir : « Climat de Panique » s’adresse à des « experts très pointus sur le sujet », ce qui est malheureusement très loin d’être toujours le cas de la littérature consacrée au « global warming », vous en savez quelque chose …
    L’ouvrage d’Yves Lenoir comporte 214 pages et traite de manière approfondie, vous avez encore raison de le souligner, de nombreux thèmes. Sur cette intense réflexion vous avez jugé que quatre (4) « affirmations fausses ou fallacieuses » méritaient d’être dénoncées :
    – Quatre ! Quatre seulement dans un tel développement ? Mais quel compliment vous faites à cet ouvrage ! C’est encore mieux que « les articles dans la presse » que vous n’avez pas l’air d’apprécier ! Jalousie ?
    – Quatre ? C’est encore à démontrer. Trois sont reprochées à Yves Lenoir, qui vous a répondu, et surtout qui vous pose des défis, auxquels vous n’allez pas manquer de répondre (si … évidemment vous en avez les moyens …). On recomptera après !

    Une concerne l’AMP. C’est à moi de vous répondre :
    – 1 : Vous écrivez que selon Y. Lenoir « la circulation est régie par des « anticyclones mobiles polaires » … qui se forment au-dessus des pôles puis se déplacent jusqu’à l’équateur » (p. 2/7). Y. Lenoir n’a pas écrit « jusqu’à l’équateur » (soyez fidèle au texte) mais à juste titre « vers l’équateur » (cf. p. 101, ligne 10). C’est important : le passage à la circulation tropicale, alizé, puis éventuellement mousson, se fait par l’intermédiaire des agglutinations anticycloniques, relais de la circulation dans les basses couches qui se réalise ainsi sans hiatus.
    – 2 : Vous écrivez : « il montre (p. 100) une photo satellite prise en mai 1995, et précise que les mouvements circulaires visibles sur la photo correspondent (tous) à de tels anticyclones provenant des pôles » (p. (2/7). « Tous » ? Vous prenez soin de mettre ce terme en exergue … Mais où (page ?, ligne ?) Y. Lenoir a-t-il écrit cela ? Vous mentez, sans vergogne.
    – 3 : Vous n’avez pas eu l’honnêteté de lire la page 102 ; dans le paragraphe : « Les AMP alimentent les alizés et génèrent les dépressions » , Y. Lenoir précise :
    – lignes 19-20-21 :  » … l’AMP2 provoque une puissante ascendance d’air tropical chaud et humide que l’on voit entraînée vers l’Antarctique dans le couloir dépressionnaire … »,
    – lignes 23-24-25-26 :  » … en bas du cliché on distingue nettement la dépression provoquée par le déplacement de l’AMP2, et alimentée par l’air en provenance du couloir dépressionnaire. La photo du 20 mai montre l’AMP3 coupant le couloir dépressionnaire … »,
    – ligne 29 : « … L’AMP2 se trouve alors déconnecté de la dépression qu’il a engendrée … »
    2 / 3
    Y. Lenoir ne peut pas être plus clair sur l’association permanente AMP/dépressions, et en aucune façon il ne confond les deux types de configuration isobarique et de circulation.
    – 4 : Vous vous gardez bien de reproduire la figure 12 (p. 103), qui montre précisément la dynamique des 3 AMP austraux du 18 au 20 mai 1995, la figure 10 page 102 du 19 mai 1995 n’étant qu’un arrêt sur image d’une situation évolutive qu’Y. Lenoir décrit dans son intégralité (sauf contrainte d’édition). Il le précise page 101 : « reportons-nous aux figures 10 à 12 ». L’avez-vous fait ? Vous mettez en doute la réalité des mécanismes des échanges méridiens (cf. votre 1ère phrase in 1. p. 2/7) : il est alors bien évident que cette figure 12, particulièrement éloquente, est très gênante pour vous. Vous l’occultez donc (peut-on avoir une réaction plus primaire ?) … alors qu’il est obligatoire de la présenter. Demandez donc à « FMB du LSCE » de vous montrer l’intégration le 20 mai 1995 de l’AMP3 dans l’AMP1, c’est un point fondamental. Et publiez cette image sur votre site. Mais c’est trop vous demander : il faut pour cela un minimum de compétence et d’honnêteté !
    – 5 : Sur la figure 11 (que vous reproduisez (p. 3/7) j’ai tracé moi-même à Dakar à partir des cartes synoptiques (cf. Leroux, 1996, p. 66) le champ de vent de basses couches. Le sigle AMP désigne un système spécifique qui comprend la partie anticyclonique proprement dite, le couloir dépressionnaire périphérique et la dépression fermée où la baisse de pression est maximale. N’avez-vous pas vu ce modèle d’organisation du champ de pression et de vent sur la figure 17, page 108, in Y. Lenoir ? Il y a trois systèmes AMP sur l’Atlantique sud le 19 mai 1995 (fig. 11), pas tous entièrement visibles, et j’ai placé le sigle AMP où j’ai pu : facilement sur l’Atlantique au large de l’Afrique australe pour l’AMP1, mais au bord de la carte pour les deux autres systèmes. Quand on sait lire le champ de vent et qu’on sait distinguer la rotation anticyclonique de la rotation cyclonique il n’y a aucune ambiguïté. C’est élémentaire !
    – 6 : Vous évoquez (p. 4/7) (à propos des journalistes) »le temps nécessaire à découvrir cette supercherie » ! Et vous, combien de temps avez-vous consacré à essayer de comprendre le modèle AMP qui vous est présenté ? Vous jugez que ce point 1 est « compréhensible sans connaissances techniques approfondies » (selon vos propres termes, p. 2/7), mais vous n’avez même pas pris le temps d’assimiler le minimum minimorum pour interpréter cette photo, et surtout celles des 18 au 20 mai, et il n’est donc pas étonnant que vous n’ayez rien compris (cf. votre propre aveu page 1/7). Quel est alors le niveau de vos connaissances en la matière ? Vous n’avez même pas lu attentivement l’ouvrage d’Y. Lenoir, il est donc inutile de vous demander si vous avez dans « La dynamique du temps et du climat » (1996, 2000) lu les chapitres consacrés à l’AMP. Vous voyez pour la première fois une image satellitale et une carte synoptique et vous savez déjà tout ! Bravo ! Avez-vous demandé à FMB du LSCE, voire à HLT du LMD, de vous enseigner les rudiments de l’analyse synoptique ? Est-ce simplement de la mauvaise foi, ou est-ce plus grave docteur ? Mais, au moins, une partie de votre question est résolue : la prétendue « supercherie » est à mettre à votre passif, sans le moindre doute. Votre présentation de ce point 1 est une pitrerie, essayez donc, pour changer, de le présenter de manière scientifique …
    – 7 : Rappelons que le problème essentiel est ici « la circulation atmosphérique » (p. 1/7). A quoi peut bien servir de vous rappeler qu’il n’y a actuellement pas de schéma « classique » de la circulation générale apte à rendre compte de la réalité des échanges méridiens ? Le schéma utilisé par les modèles numériques est le modèle tricellulaire (1856), qui a été « officiellement » rejeté en 1951, mais qui est toujours utilisé, par défaut ! Un événement important vient cependant de se produire : un nouveau modèle de circulation générale vient d’être (discrètement) adopté par Météo-France. Il s’agit du modèle Leroux (1983), seul modèle actuel cohérent de la circulation troposphérique, qui bien évidemment intègre la dynamique des AMP. C’est un « scoop », et cela vient de sortir dans « Météorologie générale et maritime », Cours et Manuels de l’Ecole Nationale de la Météorologie, n° 14, 4ème trimestre 2001, Toulouse, page 83, fig. 9.7 ! Rappelons également que le concept AMP est déjà formellement reconnu par Météo-France depuis 1998 par une communication à l’Académie des Sciences de Joly et Arbogast, du CNRM (cf. in Y. Lenoir, pp. 112-117) … Vous l’ignoriez bien sûr, mais c’est instructif, non ?

    Dites-moi mon cher Jean-Marc : comment se fait-il que vous preniez ainsi parti « en plein jour » contre l’AMP (en dépit de votre ignorance crasse du sujet) ? D’habitude même le sigle AMP n’est pas prononcé, c’est le black-out total, la « chape de silence » comme l’expriment avec pertinence Labasse et Foechterlé dans Sciences et Vie d’avril 1999 (n° 979, pp. 69-73). Personne n’écrit contre le concept AMP, ni HLT du LMD que vous connaissez bien, ni Météo-
    3 / 3
    France et notamment Joly du Centre National d’Etudes Météorologiques à qui j’ai posé à ce sujet deux défis dans « La Météorologie » (1996, n° 16, pp. 49-52) et qui n’y a jamais répondu, ni … Alors que vous arrive-t-il ? Y-a-t-il de nouvelles consignes ? Je vous signale que le concept AMP est apparu en 1980, présenté plus précisément en 1986, développé en 1996 dans « La dynamique du temps et du climat », (chez Masson), en 1998 en version anglaise (chez J. Wiley), puis en 2000 (2de édition, chez Dunod). Ouf ! La météo est sauvée : vous voilà enfin !

    Permettez-moi ce conseil, mon petit : occupez-vous d’autre chose, ou mettez-vous au travail, sérieusement. Moi je suis un artisan « laborieux » (au sens propre et noble, permettez !) et je n’avance rien sans avoir préalablement observé longuement des milliers d’exemples et très attentivement analysé tous les aspects du problème posé. Mais il n’apparaît pas que vous connaissiez cette démarche, qui est celle de la recherche sérieuse, suivie et approfondie, et bien entendue – personnelle – cela va de soi !

    Finalement, je vous suis très reconnaissant de montrer comment « fonctionne » un « expert » (ou prétendu tel selon vos termes). Vous avez délivré votre « expertise » sur le concept AMP. Merci. Mais, personne ne vous l’a demandée, et pour cause, car pour l’instant vous avez uniquement démontré votre absence de scrupules et votre propre nullité dans ce domaine … Ne désespérez pas, vous avez certainement d’autres talents. Autre confirmation dont je vous remercie également : je supposais que mes impôts n’étaient pas toujours judicieusement utilisés, comme en témoigne la composition de la délégation française au GIEC qui ne comporte aucun climatologue avéré. Quelqu’un, mon … Petit … , de profil semblable au vôtre, y figure alors qu’il n’a jamais rien produit de personnel sur ce sujet (je lui ai deux fois demandé une copie de « ses » publications : en vain) : vous avez donc vos chances ! Je sais maintenant que c’est vrai, puisque paraît-il, … vous « étudiez pour le compte de l’Etat » ! Nous voilà bien partis !

    Encore un mot : j’ai lu un petit ouvrage fort léger, qui n’apporte strictement rien de nouveau bien que paru récemment (chez Flammarion, Dominos, n° 233) dans lequel les banalités, les lapalissades, les niaiseries, voire les inepties, atteignent une densité inégalée (en 114 petites pages c’est remarquable) ! Mais en quoi cela peut-il vous intéresser, sachant que dans cet opuscule il n’y a rien de vous ? Cet « Inventaire du Psittacisme Climatiquement Correct » (IPCC) révèle de manière éclatante, comme dans « vos » publications sur le sujet, que vous êtes un as, un pro …, dis-je, que dis-je encore : un virtuose … de la photocopieuse !

    Un dernier mot : supprimez de la publicité que vous vous faites, non seulement le qualificatif usurpé : »expert » (en ce qui concerne ce sujet), mais aussi : »indépendant » (qui est aussi carrément risible !). C’est très bien, mon petit (et conforme à votre schéma de pensée et/ou de carrière), « de faire où on vous dit de faire » …, mais ce n’est pas très original, et cela n’a qu’un temps, désormais compté … le lobby du « global warming » ne va pas faire illusion encore bien longtemps. Mais je pense que vous avez déjà une veste réversible …

    Si vous êtes honnête (et bien sûr « si vous en avez … ») vous publierez cette lettre sur votre site personnel (avec celle d’Y. Lenoir), en application du droit de réponse – légitime – à ce que vous appelez un « commentaire de lecture ». Et bien évidemment vous répondrez, sans délai et publiquement, aux défis qui vous sont posés par Y. Lenoir et par moi-même.

    Au fait, combien reste-t-il maintenant (et combien en restera-t-il) « d’affirmations » que vous jugez « fausses » dans l’ouvrage d’Yves Lenoir ? Quel excellent ouvrage !

    Cordialement, mon cher Jean-Marc,

    M. Leroux

  73. Laurent Berthod Says:

    Jean-Gabriel Mahéo dit :

    2 avril 2010 à 23:20
    @ Benoît Rittaud, message de 18:36 :

    « @ Laurent (et à tous) : feu vert, bien sûr. »

    Dont acte.

    Pour moi aussi, dont acte : http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-galilee-en-appelle-au-saint-office-contre-ses-mechants-collegues-47911215.html

  74. Manu95 Says:

    Merci Benoît !
    Pour moi aussi, dont acte : http://perso.latribu.com/rocky2/lettre-ouverte-aux-signataires-de-l-appel_ethique-scientifique-et-sciences-du-climat.html

  75. Laurent Berthod Says:

    Oui bien sûr : « Merci Benoît ! » J’avais oublié de l’écrire.

    Manu95, il y a apparemment un problème avec votre lien.

    Cordialement.

  76. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    Quand vous vous réveillerez, peut-être trouverez-vous cet article publié sur le blog du Figaro ? : http://blog.lefigaro.fr/climat/2010/04/climatosceptiques-contre-carbocentristesle-debat-continue.html
    L’interview de Vincent Courtillot et de Benoît sur cette « fameuse » pétition.
    Bonnes Pâques à tous.

  77. Myke Says:

    Même si vous n’êtes pas lecteur habituel du « Figaro », je vous engage à acheter le numéro papier d’aujourd’hui : on y trouve une page entière consacrée à Vincent Courtillot et à Benoît, page qui – bizarrement – n’est pas rédigée par les zélotes habituel(le)s, mais par Marc Mennessier (son commentaire sur « Le Mythe climatique » : « A lire absolument »). On trouve aussi un éditorial avisé de Yves Thréard sur l’écologisme en général.

  78. Bernard Says:

    @Myke
    Je viens juste d’acheter le »Figaro » édition papier.

    Je vais lire les articles mais le titre de première page m’interpelle!
    « Réchauffement climatique : La contre attaque des antiécolos » écrit en gros caractères.
    Les sceptiques ne sont pas pour la plupart des antiécolos.
    Il y a dans ce titre (pour qui n’achète pas le Figaro) un amalgame:
    sceptiques= antiécolos.

  79. Electron Says:

    @ the fritz dit :
    2 avril 2010 à 23:32

    Pour la petite histoire: La lecture de ce torchec.l de janco a marqué mon basculement définitif dans le camp des climatosceptiques. Avant j’avais une certaine considération pour les idées développées sur son site …

    Je ne sais pas s’il y en a beaucoup comme moi mais la façon de présenter les choses peut s’avérer contre-productive 😉

  80. Murps Says:

    @the fritz (2 avril 2010 à 23:32)
    Ce texte de JM. Jancovici… Je me rappelais plus son existence.
    C’est un truc de secte ? En tout cas un truc de malade.

    Non seulement c’est très mal rédigé, dans un style collège, mais en plus on y amalgame la dictature, le totalitarisme, la mort des libertés individuelles et une vision prophétique de la disparition de notre société… Tout ça avec le réchauffement ! Chapeau.

    Soit c’est un essai purement « littéraire » et ce n’est pas bon du tout sur la forme et du « déjà vu » cent fois sur le fond, soit c’est un pronostic d’un futur possible par l’auteur, et là, je crains pour sa santé mentale.

    C’est d’une prétention sans bornes et d’une pauvreté intellectuelle qui ne fait pas honneur à l’X dont il est issu.

    Quand je pense qu’il « conseille » les boîtes du Cac40 dans leur « bilan-carbone », ça me scie. D’un autre côté je sais que certains états-majors de ces boîtes ont recours parfois à des astrologues, alors charlatan pour charlatan…

  81. rageous Says:

    Bernard
    « Les sceptiques ne sont pas pour la plupart des antiécolos. »
    Tout dépend dans quel sens on prend l’étiquette « écolo »?
    Dans sa version scientifique ou sa version idéologique…
    Celle qu’Allègre dénonce comme étant une imposture et que je partage amplement!
    En fait pour bien faire le distingo entre écologues et écologistes, il faudrait employer le terme d’escrolos, c’est parlant et sans équivoque!

  82. Murps Says:

    Ooops !
    Excusez pour le flood, mais je viens de lire, du même auteur, également la « Lettre ouverte aux journalistes qui ouvrent leurs colonnes[…] à n’importe qui […] etc… »
    Il ne m’était pas possible de ne pas réagir à un tel monument.

    Aux journaleux, il leur dit : « vous êtes au mieux des inconscients, au pire des irresponsables, ».
    -> Oh ! vilains les journalistes !

    « pas un argument mis en avant à l’antenne pour expliquer que l’homme n’aurait pas d’influence sur le climat n’a passé la barre de la publication dans une revue scientifique sans démenti par le même canal dans les années qui suivent. Je dis bien pas un. »
    -> Phrase étonnante qui me laisse sans voix.

    Je ne veux pas surcharger les commentaires du blog de Benoît par les citations de JM. Jancovici car il y en a trop, trop d’énormes et de sidérantes.

    En gros il voudrait interdire à tous les journalistes de débattre et d’inviter des sceptiques, et invite « ceux qui pensent qu’il a perdu la raison » à se dire que les majors pétrolières sont de son avis…

    Si on applique une partie de ses désidératas à la communication scientifique dans les médias, les films de Al Gore et d’Hulot seraient restés dans les cartons et toute leur propagande avec.
    C’est vraiment scier la branche sur laquelle on est assis !

    Cet homme a effectivement perdu le sens des réalités, et cette lettre, encore plus mal rédigée que je ne peux rédiger moi-même, est l’oeuvre d’un illuminé.
    On se cotise pour lui offrir des séances de psy ?

    Cordialement,
    Murps

  83. Myke Says:

    @Bernard
    Voius avez raison, mais le terme d’ « écolo » me semble utilisé ici dans un sens péjoratif, comme d’ailleurs dans le langage courant.

  84. Bernard Says:

    @Mike @Rageous
    Bien sur je comprends bien la différence mais je me place seulement avec le point de vue de quelqu’un qui n’achetant pas le Figaro et juste en lisant le titre se fait une opinion générale sur les « antiécolos ».
    Au premier de degré (comme on dit) ça peut porter à confusion.

  85. Célestin Says:

    @Murps :
    « En gros il (Jancovici) voudrait interdire à tous les journalistes de débattre et d’inviter des sceptiques, et invite « ceux qui pensent qu’il a perdu la raison » à se dire que les majors pétrolières sont de son avis… »

    En ce qui concerne le Groupe TOTAL, vous trouverez sur le site w.universite.total.com :
    « Le 15 mai (2007), l’Université Total a organisé une conférence sur le thème du changement climatique : avancées scientifiques et enjeux de société. Cette rencontre, préparée en coordination avec la DGEP, participe de la dynamique enclenchée lors de la journée sur le climat du 13 juin 2006 et aura pour prolongement la tenue d’un séminaire du même type à Pau, le 19 juin 2007.
    Après une ouverture par Jean-Yves Durieux, directeur HSE de l’E&P, Hervé Le Treut, membre de l’Académie des Sciences, et directeur du Laboratoire de Météorologie dynamique (LMD – CNRS/Ecole normale supérieure/Ecole polytechnique/Université Paris 6) et Jean-Marc Jancovici, ingénieur Energie et Climat sont intervenus sur les enjeux scientifiques et les conséquences du changement climatique. L’explorateur Jean-Louis Etienne a présenté la mission Total Pole Airship, réalisée avec le soutien du Groupe.
    Luc de Marliave, coordinateur Changement climatique de la direction du Développement durable et de l’Environnement, a présenté la politique de Total en matière de réduction des gaz à effet de serre. En conclusion, Jean-François Minster, directeur scientifique du Groupe, est intervenu sur la nécessaire prise en compte de la donne climatique, de ses impacts et de ses effets sur le mix énergétique dans les investissements et le développement industriel du Groupe. »

    Les conclusions de cette conférence sont également à trouver en PDF sur le même site internet. Elles sont la position officielle du Groupe TOTAL en cette matière, me semble-t-il.

  86. RDEURO Says:

    Dans le rapport, Jancovici réclame au bas mot 30 000 milliards de dollars d’investissement sur la base des travaux du GIEC…. En voilà une belle affaire qui rapporte gros gros…
    Perso, avec tout se que l’on trouve sur internet et dans le rapport du GIEC, j’aurais pu faire aussi bien que lui (vu son engagement personnel dans la cause du GIEC et la taxation du CO2) et cela sans être expert et sans connaissance scientifique!

  87. bobocine Says:

    Une des difficultes des mesures en physique provient de qu’on appelle les « erreurs systematiques » qui peuvent totalement les biaiser. Un exemple illustratif existe meme dans les sciences dites « dures » que sont la physique nucleaire et la physique des particules. La figure 1 de la reference: arXiv:astro-ph/0410284 montre comment elles ont affectees pendant des decennies la mesure du « temps de vie » du neutron. Cet exemple illustre aussi la difficulte d’aller a contre courant d’un « consensus » et que celui ci peut etre errone.

  88. Antonio San Says:

    En apparte, parcourant la liste des signataires de l’appel de Mme Masson-Delmotte, nous ignorions que la France compta tant de climatologues auto-declares!!! Quelle foison, quelle richesse!

    Finalement, quand Monsieur Jouzel sur le plateau de C dans l’air, lancait a Vincent Courtillot, « debattons! » il pensait en fait « des batons! ». Dont acte!

  89. scaletrans Says:

    @bobocine

    Certes mais la comparaison avec le cas que vous citez s’arrête là, car, dans le cas du GIEC, on a à faire à un « présupposé systématique ».

  90. plombier Says:

    Antonio San

    nous ignorions que la France compta tant de climatologues auto-declares ,nous ignorions aussi qu’ils étaient aussi nombreux payés avec nos impôts .

    Et pendant ce temps , la recherche médicale manque d’argent et sollicite les citoyens pour faire des dons .

  91. Argus Says:

    @ San Antonio,

    En fait, il ya bien plus de 500 chercheurs qui sont mêlés à cette histoire de climat en France. Beaucoup plus.

    Personnellement, je trouve que cette liste est bien pauvre et je suis étonné qu’elle ne soit pas plus longue sachant qu’il est quasi impossible à un chercheur ou un doctorant de ces labos de ne pas signer quand le patron le demande… sauf à vouloir fusiller sa carrière définitivement.

    J’ai lu, dans je ne sais plus quel forum la confession d’un dénommé Philippe qui déclare avoir subi des pressions très fortes de la part de sa (son) chef avec des arguments ‘Il fait que tu signes sinon nous n’aurons plus de crédits ».
    Je la crois très plausible.

    Pour vous donner un point de comparaison : Avant le désamiantage, rien qu’à Jussieu et rien qu’en Physique, il n’y avait pas moins de 500 personnes evec, environ 400 chercheurs, post_docs, doctorants etc… Là c’est toute la France et les sujets proches de la climato qui sont concernés.

  92. bobocine Says:

    @scaletrans
    Peut etre , mais c’est bien une illustration que la « majorite » en science peut avoir tort meme dans une question sans enjeu politique ou societal. Il n’y a pas que l’exemple de la derive des continents… Cela affaiblit l’argument : le GIEC rassemble des centaines d’experts tous d’accord….

  93. Antonio San Says:

    Je comprends bien, je raillais seulement leur auto-proclamation en tant que climatologues…
    Une fois la liste finale publiee, j’espere ne pas y retrouver certains noms.

  94. Jean-Gabriel Mahéo Says:

    Avez-vous lu la première version de la pétition, avant qu’elle ne soit fuitée, apparemment par Véronique Anger de Friberg ? C’était encore plus brutal.

    C’est ici : http://veroniqueanger.blogspot.com/2010/04/400-climatologues-en-colere-2-versions.html

    Et je le signale ici : http://www.larecherchedubonheur.com/article-climate-gate-les-2-versions-de-la-lettre-des-400-par-veronique-anger-de-friberg-47933766.html

    Bonne lecture,
    Jean-Gabriel Mahéo

  95. Manu95 Says:

    Juste un petit commentaire sur la « Lettre ouverte aux journalistes … » du petit JMJ

    J’ai activé pour radar AFHF et j’ai épluché la fameuse lettre :
    Dix-sept fautes d’orthographe – dont plusieurs grossières – sur 12 pages pour un écrivain donneur de leçons, cela fait beaucoup. Nul doute que les journalistes les relèveront, si seulement ils lisent la prose de JMJ (ce dont je doute fort, tellement c’est insipide, prétentieux, et j’en passe et des meilleures).

    J’y ai relevé au passage quelques formulations indignes d’un brillant ingénieur. Par exemple, « nous voyons l’astre du jour se promener d’un bout à l’autre de l’horizon pendant la journée et pas autre chose ». Diable, que c’est précis.

  96. Bernard Says:

    Un article de S. Galam:
    http://www.causeur.fr/des-scientifiques-demandent-une-police-de-la-science,6062

  97. Théo Says:

    Merci pour votre prise de position, toute de rigueur intellectuelle et d’un grand sens de responsabilité citoyenne. Je suis étonné que tant de grandes intelligences soient apparemment si fragiles, presque immatures en tant qu’acteurs de la société:sans doute chez eux le reflet ancien et vivace à la fois de certains travers de notre système éducatif?

  98. Manu95 Says:

    Lire :J ’ai activé mon radar AFHF

  99. Sirius Says:

    Bravo Benoît! Je suis tout à fait d’accord avec le contenu de votre lettre. Manifestement, certains membres de la communauté scientifique française « ont perdu le Nord », allusion ici justifiée, je crois, au titre du livre de Serge Galam.

    Pourquoi, en effet, une telle réaction superbement émotive, épidermique, voire puérile ? Ces « scientifiques » sont-ils donc incapables de se défendre eux-mêmes? Il existe pourtant, comme vous l’expliquez, des moyens pour eux de se défendre sur la place publique ou par voie juridique, s’il le faut. Voilà pourquoi j’estime que ces signataires font fausse route en demandant à leur état de dénoncer leurs détracteurs et du même coup, demander auprès du Roi de cautionner leur paradigme (hypothèses de travail, recherches et conclusions). Cela est non seulement complètement surréaliste, venant du pays de Descartes; c’est aussi a fortiori dangereux pour la liberté de conscience et d’expression en général et la liberté académique en particulier.

    Mais si l’on fait confiance à la raison, cette histoire de pétition a quand même du bon : elle démontre par l’absurde une réalité que d’aucuns scientifiques, non nécessairement climato-sceptiques, dénoncent : la politisation des sciences du climat. Ce phénomène n’est pas particulier à la France; il est universel. À cause de devinez quoi…

    J’aimerais commenter deux passages de la pétition, qui m’horripilent :

    Premier passage :
    « Depuis plusieurs mois, des scientifiques reconnus dans leurs domaines respectifs dénigrent les sciences du climat et l’organisation de l’expertise internationale, criant à l’imposture scientifique – comme le fait […] Vincent Courtillot dans Nouveau voyage au centre de la Terre (Odile Jacob, 2009) et dans des séminaires académiques. Ces accusations ou affirmations péremptoires ne passent pas par le filtre standard des publications scientifiques. Ces documents, publiés sous couvert d’expertise scientifique, ne sont pas relus par les pairs, et échappent de ce fait aux vertus du débat contradictoire. »

    Commentaire : Comme vous le dites, Benoît, les monographies (livres) ne sont pas soumises aux mêmes procédures de publication que les articles des revues scientifiques. La preuve (une suffit) est le livre intitulé : La vérité qui dérange, de Al Gore, qui s’accompagne d’un DVD bien connu. Cet ouvrage est truffé d’erreurs factuels, d’anticipations non scientifiquement fondés ou réfutés depuis et de sophismes, dont plein d’appels à la sensibilité. Cet ouvrage pourtant publié est l’archétype de la porno-climatologie.

    Second passage :
    « Ces ouvrages n’auraient pu être publiés si on leur avait simplement demandé la même exigence de rigueur qu’à un manuscrit scientifique professionnel. De nombreuses erreurs de forme, de citations, de données, de graphiques ont été identifiées. Plus grave, à ces erreurs de forme s’ajoutent des erreurs de fond majeures sur la description du fonctionnement du système climatique. Leurs auteurs oublient les principes de base de l’éthique scientifique, rompant le pacte moral qui lie chaque scientifique avec la société. »

    Commentaire : Comme vous le dites, ce passage sent la tentation de censurer à plein nez. À ce compte, Al gore devrait aussi recevoir son plat d’immondices, mais des clous. Lui, il fait drôlement l’affaire. On tombe donc ici implicitement dans l’appel à la censure intéressée. Par ailleurs, ce passage et le précédent donnent à entendre qu’aucun climato-sceptique ou critique ne publie dans des revues « peer-reviewed », ce qui est faux pour Vincent Courtillot en particulier (voir: http://www.wikiberal.org/wiki/Vincent_Courtillot#Principales_publications) et plusieurs autres en général (voir: http://www.populartechnology.net/2009/10/peer-reviewed-papers-supporting.html).

    Le problème, c’est que les tenants du paradigme dominant, j’ai nommé la théorie du RCA, ne lisent point ces articles tout simplement parce qu’ils ne veulent rien savoir. D’un point de point psychologique, cela peut se comprendre. Mais d’un point de vue scientifique, cela traduit une paresse sans nom…

    Take care of you, Benoît.

  100. Sirius Says:

    Bonjour,

    Désolé. Voici le lien manqué de mon dernier post:

    http://www.populartechnology.net/2009/10/peer-reviewed-papers-supporting.html

    🙂

  101. rageous Says:

    Un article de La Dépêche, pas pour sa pertinence, ce serait étonant, mais il met en opposition notre « serviteur » Benoit et une chercheuse qui n’aurait pas signé la pétition tout en soutenant les théories du GIEC.
    Ca redonne l’espoir que tous n’ont pas complètement sombré dans le ridicule.
    http://www.ladepeche.fr/article/2010/04/03/810069-Rechauffement-du-climat-info-ou-intox.html

  102. Antonio San Says:

    Anny Cazenave est un autre exemple de scientifique dont la specialite de geodesie spataile a ete purement kidnappee par les GIECs et ma foi on sent bien que cela ne la derange guere.

    Dans ce meme Points de Vue de Novembre 2009 resumant la position de l’Academie, madame Cazenave ecrit:
    « « Au cours du dernier maximum glaciaire, il y a environ 20 000 ans, le niveau de la mer était plus bas qu’aujourd’hui d’environ 120 mètres en moyenne. Avec la fonte des grandes calottes de glace qui recouvraient alors le nord de l’Amérique et de l’Europe, la mer est remontée puis s’est stabilisée il y a environ 3 000 ans. Mais les observations marégraphiques disponibles depuis 150 ans indiquent que la mer a recommencé à monter au cours du XXe siècle. Ces deux dernières décennies, cette hausse a presque doublé par rapport aux décennies précédentes (c’est ce que montrent les observations des satellites altimétriques franco-américains Topex/Poseidon, Jason-1 et Jason-2, développés par le Centre National d’Etudes Spatiales et la NASA depuis 1992). Elle atteint aujourd’hui 3,5 millimètres par an en moyenne.
    Tout suggère que la hausse actuelle du niveau de la mer est liée au réchauffement climatique affectant la planète depuis quelques décennies. »

    Ceci peut etre dementi par Holgate 2007 cite par Pat Michaels
     » We calculate the running 10-year trends in sea level as observed from satellites, and append it to the running 10-yr trends in sea level derived by Holgate from the tide gauge network. In this context, the satellite trends (red curve in Figure 3) don’t look unusual at all—they seem to fit squarely into the pattern of long-term fluctuations. And further more, they have been declining!
    So rather than evidence of accelerating sea level rise in recent years, what we have is nothing more than the same type of variation that has been going on for at least 100 years. It was merely a coincidence that the satellites began observing the sea level rise during a natural upswing in the rate of sea level rise, that has now turned into a downswing—a behavior that has repeated itself a good half-dozen times during the past century.
    So, there is now good reason to believe that the IPCC’s “faster rate [of sea level rise] for 1993 to 2003” better “reflects decadal variability” rather than much of “an increase in the longer-term behavior.” Hopefully this fact will find its way into the next IPCC report.
    And for global warming alarmists, a declining rate of sea level rise certainly doesn’t do much for “cause.” Couple the slowing rate of sea level rise with the slowing rate of temperature rise and you should have a slowing rate of public concern. An inconvenient situation as Congress considers “global warming” legislation that will certainly raise energy process while uncertainly mitigate climate change—something that natural forces seem to be doing already, and for free.
    References:
    Holgate, S. J., 2007. On the decadal rates of sea level change during the twentieth century, Geophysical Research Letters, 34, L01602, doi:10.1029/2006GL028492. »

    Pire

    « La dilatation thermique des océans causée par l’augmentation de la température de la mer explique une partie de la hausse observée de leur niveau. Depuis quelques années, on assiste à un déclin important des glaces continentales. Les glaciers de montagnes fondent et les glaciers périphériques du Groenland et de l’Antarctique de l’ouest s’écoulent dans l’océan à une vitesse accélérée. C’est l’autre grande cause de l’élévation actuelle du niveau de la mer. Pour les deux dernières décennies, ces facteurs (dilatation thermique de l’océan, fonte des glaciers de montagne, perte de masse des calottes polaires) contribuent chacun pour environ un tiers à la hausse observée du niveau de la mer.

    Grâce à leur couverture complète du domaine océanique, les satellites altimétriques nous ont révélé que la hausse du niveau de la mer est loin d’être uniforme. Dans le Pacifique ouest par exemple, la mer s’est élevée 2 à 3 fois plus vite qu’en moyenne depuis 20 ans. Nous savons aujourd’hui que cette importante variabilité régionale est causée par le réchauffement non uniforme de l’océan. Résultat : la mer monte plus vite dans certaines régions que dans d’autres.”

    Donc L’océan est en perpétuel mouvement du aux courants eux-mêmes engendrés par la circulation atmosphérique. Dès lors des eaux océaniques poussées par ces courants Nord Equatorial et Sud Equatorial entreraient une zone géographique ou soudainement les eaux devraient se dilater alors que d’autres masses d’eaux océaniques devraient perdre leur précédente dilatation car emportées par les courants océaniques ECC, RS, NP… J’AI LA RATE QUI SE DILATE…

  103. Antonio San Says:

    Masson Delmotte, une bonne travailleuse du GIEC: regarder paragraphes 3 et 4 en particulier…

    From: Jonathan Overpeck
    To: Keith Briffa , t.osborn@xxxxxxxxx.xxx
    Subject: methods – section 6.2.2
    Date: Wed, 12 Jan 2005 22:57:53 -0700
    Cc: Eystein Jansen , joos , Valerie Masson-Delmotte

    Hi all: Keith and Tim asked for specific requests in terms of what
    you could do for section 6.2.2. I’m hoping Valerie and Fortunat have
    already made enough progress that they can ask, but here’s my take:

    1. you have lots of methodology material in your 6.3.2.1, and this is
    good. It would be good to refer to this from the earlier, more
    general 6.2.2

    2. the goal of 6.2.2 is to give the reader more confidence in paleo
    and to get them to read on with confidence that what they read will
    be of use

    3. I suspect that the format V and F will be working around will be
    one that can first highlight chronological issues (that we can date
    some proxies very well, and that’s what we focus on in this chapter
    primarily). It would be good to have the usual comforting comments
    about tree rings and other annual proxies.

    4. The, it would be good to have the basics on how proxies reflect
    climate, and how we know we understand the relationship. That it is
    useful even if the proxy is responding to things other than climate.
    Seasonality, etc. Include brief overview of calibration,
    verification. you know the drill.

    5. keep it short and not too detailed. Use lots of references –
    including to the most recent stuff.

    6. I’m sure we’ll end up modifying/improving later after we figure
    out what to do with the appendix

    7. Need to work fast, very fast, but hopefully V and F have made real
    progress already.

    Thanks!! Peck

  104. Antonio San Says:

    Lubos blog cite la petition:

    http://motls.blogspot.com/2010/04/claude-allegre-dismisses-useless-and.html

  105. Antonio San Says:

    Lubos s’etonne du nombre climatologues en France…

    « It’s kind of incredible but just in France, there are 400 activist climate scientists. Add an order of magnitude or two to get an estimate for the whole world. This community of thousands or tens of thousands of people has been receiving the money for a decade or two – the community was engineered out of this money that got out of control – but they haven’t managed to improve our understanding of the climate in any significant way for more than a decade.

    For example, the very question « how much is the radiative forcing » caused by CO2 doubling (this is not yet the climate sensitivity: it must be multiplied by the climate sensitivity parameter to get the climate sensitivity!) is best answered by a paper from 1998 – which is twelve years old right now! There are many other ways to see that Claude Allègre is right on the money when he talks about these 400 French freeloaders. »
    Google traduction:
    « C’est une sorte de incroyable mais seulement en France, il ya 400 scientifiques du climat militant. Ajouter un ordre de grandeur ou deux pour obtenir une estimation pour le monde entier. Cette communauté de plusieurs milliers ou dizaines de milliers de personnes a reçu de l’argent pour une ou deux décennies – la communauté a été conçu de cet argent qui est sorti de contrôle – mais ils n’ont pas réussi à améliorer notre compréhension du climat dans les de manière significative depuis plus d’une décennie.

    Par exemple, la question très « quel est le forçage radiatif» causé par le doublement de CO2 (ce n’est pas encore la sensibilité du climat: elle doit être multiplié par le paramètre de sensibilité climatique pour obtenir la sensibilité du climat!) Est le mieux répondu par un document de 1998 – ce qui est de douze ans aujourd’hui! Il ya bien d’autres façons de voir que Claude Allègre a raison sur l’argent quand il parle de ces 400 profiteurs français. »

  106. Antonio San Says:

    Lubos ecrit (traduction google )

    C’est une sorte de incroyable mais seulement en France, il ya 400 scientifiques du climat militant. Ajouter un ordre de grandeur ou deux pour obtenir une estimation pour le monde entier. Cette communauté de plusieurs milliers ou dizaines de milliers de personnes a reçu de l’argent pour une ou deux décennies – la communauté a été conçu de cet argent qui est sorti de contrôle – mais ils n’ont pas réussi à améliorer notre compréhension du climat dans les de manière significative depuis plus d’une décennie.

    Par exemple, la question très « quel est le forçage radiatif» causé par le doublement de CO2 (ce n’est pas encore la sensibilité du climat: elle doit être multiplié par le paramètre de sensibilité climatique pour obtenir la sensibilité du climat!) Est le mieux répondu par un document de 1998 – ce qui est de douze ans aujourd’hui! Il ya bien d’autres façons de voir que Claude Allègre a raison sur l’argent quand il parle de ces 400 profiteurs français.

  107. Antonio San Says:

    Les signataires de l’appel des 400 sont en effet des scientifiques de haut niveau, certains d’entre eux membres du club des argonautes comme Monsieur Bruno Voituriez

    Océanographe Physicien, Docteur ès Sciences, a dirigé des programmes de recherches à l’ORSTOM (actuel IRD) et à l’IFREMER et a participé à de nombreux comités internationaux (OMM, COI, CNES…..).

    Visiblement quand il se lache ca donne dans la grande litterature…

    « De l’inutilité du chauffage :
    Le rêve de Monsieur Cryos
    Bruneau Voituriez – Mars 2010

    Monsieur Cryos rentre chez lui sans s’attarder au bureau où souvent il s’ingénie à traîner espérant impressionner ses supérieurs qui ne sont pas dupes puisqu’ils font de même vis-à-vis de leur échelon supérieur et qu’ils savent très bien que comme eux, Cryos n’a pas grand-chose à faire.

    Monsieur Cryos ne veut pas rater l’émission «C dans l’air» : on y parle ce soir du changement climatique et du Giec dénoncés à longueur d’interventions médiatiques par sa nouvelle idole qui démolit à tout va les « réchauffistes » qui n’en peuvent mais : Vincent Courtillot qui sait si bien, et avec quelle aisance, remettre à leur place ces catastrophistes qui manipulent leurs données pour se faire valoir et inventent des prévisions pour mieux se faire financer ! Ils entraînent les Hulot et autres Artus Bertrand pour imposer des taxes encore des taxes toujours des taxes comme cette stupidité de taxe carbone. C’est toujours le contribuable qui paye !

    Tout le monde sait que le climat change tout le temps, qu’il a fait plus chaud dans le passé, qu’il fera plus froid dans l’avenir ; on connaît l’optimum médiéval, époque où il y avait beaucoup moins de glace au Groenland ; on connaît le petit âge glaciaire sous Louis XIV qui se disait le Roi Soleil. Le soleil justement : on sait bien que le petit âge glaciaire est dû à un affaiblissement de l’activité du soleil. Le soleil c’est la source d’énergie qui alimente le climat : s’il varie; le climat change, c’est tout à fait naturel. C’est comme le chauffage central si vous activez la chaudière il fait plus chaud si vous la ralentissez il fait plus froid. C’est simple comme bonjour ! Qu’est ce qu’ils peuvent être cons avec leur effet de serre auquel on ne comprend rien !

    La chaudière justement. Monsieur Cryos est maintenant installé devant son poste de télévision. L’émission commence : Monsieur Courtillot est là, Monsieur Jouzel, ce vendu au Giec, aussi. Chouette se dit Monsieur Cryos Courtillot va l’écrabouiller.

    Mais le temps a été maussade toute la journée et il fait un peu froid chez Monsieur Cryos qui est frileux. Il pousse sa chaudière pour faire monter la température ; sans état d’âme, l’effet de serre c’est de la blague ! Merci Monsieur Courtillot de l’avoir démythifié !

    Jean Jouzel explique, et on sent qu’il se lasse d’avoir à le faire une fois encore, ce qu’est l’effet de serre ; que l’accroissement, dans l’atmosphère, des teneurs en gaz à effet de serre d’origine humaine comme le CO2 correspond pour l’atmosphère à une énergie supplémentaire de 2,6 W/m2 . C’est un peu ajoute-t-il, comme si ayant froid chez vous, vous donniez un petit coup de pouce à votre chaudière. Ce Jouzel, vraiment il exagère et se fout du monde ricane Monsieur Cryos, tout le monde sait que la chaudière du climat c’est le soleil pas le gaz carbonique !

    Néanmoins monsieur Cryos est fort aise de constater que depuis son intervention sur la chaudière, il fait une douillette température dans son salon.

    (…)

    Monsieur Cryos se réveilla brutalement. Mais alors je peux éteindre ma chaudière se dit-il encore un peu endormi. Puis en sueur : vingt dieux qu’est ce qu’il fait chaud ici je vais baisser la chaudière … Puis presque réveillé : mais il m’a dit des conneries ce mec, bien sur que c’est à cause de la chaudière qu’il fait si chaud…..

    A l’écran, à la demande d’Yves Calvi Jean Jouzel concluait : « il s’agit de physique élémentaire, les propriétés des gaz à effet de serre on les connaît ; leur capacité d’absorber le rayonnement infra rouge se mesure en laboratoire ; on sait, et je me répète, que leur accroissement du fait des activités humaines correspond à un gain d’énergie de 2;6 W/m2. Il est ascientifique de dire que cela ne pèse pas sur la température. On sait en outre que les variations du rayonnement solaire(c’est aussi de la physique élémentaire ) induisent des variations d’énergie 20 fois plus faibles ; on sait aussi que l’on ne peut pas compter sur un phénomène de saturation au fur et à mesure que croissent les teneurs en gaz à effet de serre : la planète Venus dont l’atmosphère est à 95% faite de CO2 a une température de 460°, c’est de la physique expérimentale.

    Mais alors, il a raison ce Jouzel ! Monsieur Cryos courut baisser sa chaudière pour avoir moins chaud, mais aussi pensa-t-il pour la première fois pour diminuer sa production de gaz carbonique…. »

    Pire Monsieur Voituriez croit en l’Anticylone des Azores…

  108. Sirius Says:

    Jouons le jeux scientifique, quant à faire. Voici un extrait de la première mouture de la pétition, daté du 27 mars 2010, qui a été éradiqué de la version officielle. (Source : http://www.lepost.fr/article/2010/04/02/2015558_400-climatologues-en-colere-2-versions-pour-une-meme-petition.html )

    Nos réponses suivent point par point les bouts entre guillemets.

    « Nos observations, nos études des processus physiques, nos outils de modélisation, qui contribuent à une expertise nécessairement internationale, nous montrent que :

    Point 1 : « les émissions de gaz à effet de serre, en augmentation, modifieront durablement le bilan radiatif terrestre ; »

    Réponse : Montrez-moi ! Je veux comprendre. Cessez vos arguments d’autorité de cette sorte.

    Point 2 : « la compréhension des liens entre gaz à effet de serre et climat ne repose pas sur des corrélations empiriques, mais sur l’étude de mécanismes physiques, amplement démontrés ; »

    Réponse : Je comprends bien ce qui se passe dans une ampoule de verre, remplie d’air avec des proportions variable de CO2 et que l’on chauffe, mais permettez moi de douter que le système climatique terrestre est un tel système. Le système climatique terrestre est en réalité un système ouvert, constitué de l’atmosphère, de la cryosphère, des océans, des terres et de la biosphère. Rien à voir donc avec une ampoule de verre.

    Point 3 : « Les modèles de climat sont très largement testés sur leur capacité à représenter les processus clés du changement climatique en cours ainsi que des variations climatiques passées »

    Réponse : Les modèles climatiques (GCM) sont partiels par rapport à réalité physique et forcément basés sur des hypothèses. Qu’ils soient capables de simuler ce que l’on croit connaître des climats passés et même actuels ne signifie donc pas, pour un paquet de raisons, qu’ils sont fiables pour envisager ce que seront les climats à venir. En particulier, leurs hypothèses peuvent être fausses tout en rendant compte du passé et du présent mais pas du futur. C’est ce que l’on appelle la « sous détermination de la théorie par rapport aux faits » (i.e., Willard Van Orman Quine). Il faudrait le lire…

    Point 4 : « l’amplitude et la structure des changements observés depuis 50 ans sont cohérents avec les conséquences théoriques d’un réchauffement induit par un surplus de gaz à effet de serre ; »

    Réponse : Pour tout événement qui arrive, il existe au moins un modèle qui en rend compte. Oubllez donc cet argument s.v.p.

    Point 5 : « les conséquences d’une poursuite au rythme actuel des rejets de gaz à effet de serre peuvent être graves, d’ici quelques décennies. »

    Réponse : Selon le modèle physique de l’ampoule de verre, la fonction F reliant le taux de concentration x en CO2 atmosphérique à la température F(x), est logarithmique. Cela signifie qu’un doublement du taux de CO2 fournit toujours la même hausse de la température, soit environ 1,2ºC. Pour obtenir davantage, il faut supposer un paquet d’hypothèses touchant, par exemple, l’effet rétroactif de la vapeur d’eau, ce qui, il faut l’admettre, est hautement spéculatif car nous n’en savons rien. Il faudrait donc le reconnaître une bonne fois pour toute.

    Point à la ligne.

  109. Antonio San Says:

    Le cher bloggeur du LMD ICE, un signataire bien caché au milieu des autres génies de la climatologie (une science qui n’existe pas selon le Jean-Marc) joue a expliquer l’esprit de la lettre des 400 dans son dernier post, des fois que l’on soit tous trop cons ou bien que l’on ait besoin d’expliquer la Parole du GIEC comme dans les « Bible schools » des fois qu’on comprendrait de travers… Arrogant petit M’as-tu lu!

    Quant a Jancovici, la il fait fort: la faute est aux journalistes, les memes qui sont d’excellents professionnels quand ils relatent verbatim les trouvailles du GIEC mais qui sont d’ignorants batteurs de foire des qu’ils osent inviter Courtillot, Galam et les autres…

    Quant a sa critique du livre de Galam, elle s’articule sur des simplifications de langage, des raccourcis litteraires qui dit-il deforment les pensees et les travaux du GIEC pour ainsi en faire une critique facile. Mais voila ces raccourcis, tous le monde les comprend parfaitement car le GIEC et ses ediles ont ete recus partout depuis des annees a nous repeter les memes oracles. Le Jean-Marc donne lui aussi dans le strawman… et cela lui va comme un gant!

    Finalement, pauvre Valerie Masson-Delmotte! Lisant son interview dans le Point, la voila qui non contente de demander les comites de lecture-salut publique pour les ouvrages d’idees, elle demande la creation d’une « société française des sciences du climat »pour pouvoir par exemple réagir officiellement quand nous sommes attaqués. » Il faut dire, Monsieur que chez ces gens-la, on cause pas monsieur, on cause pas… on flingue!
    Et pour couronner le tout la pauvresse a besoin d’aide!!! Texto:

    « Il faut aussi absolument que nous mettions à disposition du grand public l’ensemble de nos travaux. Nous avons donc besoin d’aide, pour permettre à tout un chacun de s’approprier les données et les recherches. Car la transparence est, avec l’intégrité, une clé de la confiance entre les scientifiques et la société. »

    ET ca coute cher mes enfants, et vraiment les credits de recherche dans le climat au CEA c’est bien connu ca va pas loin, les publications Escrime et toutim, les website futura, les conferences tout public sponsoriees etc… ce n’est pas suffisant. Elle a besoin d’aide.

    Quetons pour la Masson-Delmotte, a vot’ bon coeur m’ssieur dames, il faut doler le pourliche en plus de raquer pour la mauvaise science et pour lui payer son temps a rediger des appels a la climatocensure!

    Le Jean-Marc va etre content: voila une nouvelle discipline du GIEC!

  110. Antonio San Says:

    Oh et le blog TV5 Climat de (Robin) Desbois va nous sortir bientot une reponse d’Olivier Talagrand, Eleve Modele au LMD a la chronique de Henri Atlan.
    Ce fut poste hier brievement puis retire… Nul doute que l’auteur retravaille son sujet surtout apres les balivernes justificatrices… les lois de la physique ont bon dos!
    On explique l’amour aussi avec les lois de la physique mais si l’on ne sait pas distinguer un pain dans la tronche d’une caresse, c’est que le modele a des fuites, que la methologie degaze!
    A guetter pour un bon moment epistemiologique…

  111. yvesdemars Says:

    http://motls.blogspot.com/2010/04/claude-allegre-dismisses-useless-and.html
    cite benoît et Galam dans l’affaire Allègre

  112. Esprit pragmatique Says:

    Opinion de sympathisant scientifique (à Bruxelles):

    La France ne sortira pas grandie par la publication d’une pétition instiguée par des apparatchiks GIEC auprès de ses instances officielles.
    Manifestation d’une « blessure d’orgueil national » pour les tenants de la pseudo-science? Cinq cent « experts » de la climatologie en France? Peut-être sont-ils en profond manque d’une Mme Soleil?
    Ah non! Eux aussi connaissent chez leurs adultes auréolés les affres de tests PISA-Climat; ils ne supportent plus que la vérité puisse venir d’autres que ceux issus de leur seul cénacle. Navrant en ce 21e siècle!

    En étant « invité » à signer pareille pétition, je me sentirais obséquieux et profondément gêné envers mes concitoyens en quête de véritable savoir!

  113. Abder Says:

    Ces 500 experts ne sont pas tous des climatologues (vérifiez l’appartenance, et de nombreux climatologues n’ont pas signé). Cette climatologie giecienne se sent dans l’impasse, étant convoquée pour l’enquête, ce qui justifierait l’appel au secours! Une première scientifique.. Ce sont les fonds mis à disposition qui seraient en fait en danger et il faut le bonnet d’âne pour croire que c’est la climatologie qui est en danger.

  114. yvesdemars Says:

    beaucoup sont indirectement concernés tous ceux qui étudient par exemple l’influence du RCA sur les mœurs sexuelles des ours des Pyrénées. je pense que en fait dans la congrégations de l’Eglise de Climatologie, bine peu sont de vrais climatologues météorologues ou physiciens des systèmes climatiques. beaucoup ne font pas de la climatologie mais des sciences dérivées.
    JOuzel n’est pas climatologue mais chimiste spécialiste des glaciers, Le Treut est modélisateur, Valérie Masson Delmotte hors sujet sans doute vu son argument sur les carottes de glace du Groenland, etc

  115. adrien petit Says:

    Cher benoit, je soutiens complètement votre appel.

    à mon humble avis, cet appel aux politiques pour « trancher le débat » est en réalité un demi-aveux que les preuves scientifiques derrière l’implication humaine dans le réchauffement climatique global observé actuellement sont plus faibles que le prétendent leurs auteurs.. Pourquoi faire appel à des arguments comme le nombre (400 climatologues) et à l’autorité si les preuves sont si évidentes?

    Même si, sur le fond, ils ont peut être raison (wait and see), les preuves reposent souvent sur des statistiques, dont on sait qu’elles sont facilement manipulables. J’ai cru comprendre que le principal reproche lors du scandale du climategate était que les données brutes utilisées par les publications scientifiques n’étaient pas fournies lors du processus de revue par les pairs (peer review), et que les climatologues comme phil jones avaient dénié de les fournir pour que des personnes extérieures puissent vérifier le travail effectué.

    S’ils n’avaient rien à se reprocher, pourquoi ne rendraient-ils pas tout les matériaux disponibles publiquement pour vérification? ça n’aide pas à assurer la crédibilité de la discipline. Même si, sur le fond, ils ont probablement en partie raison.

    http://www.arretsurimages.net/vite.php?id=7330

    L’avenir nous le dira.

  116. Murps Says:

    Ils n’ont pas « en partie raison ».
    Ils ont complètement tort.

    Je parie qu’il n’y a pas de réchauffement ni « d’effet de serre » au sens ou on l’entend. Que le CO2 compte pour peanuts dans la dynamique de l’atmosphère, et ses concentrations ne sont probablement pas mondialement uniformes. Que la « température globale » n’a aucun sens et la « corrélation » avec les dites concentrations de CO2, une vue de l’esprit.
    Qu’en clair on ne sait rien caractériser de ce climat terrestre et rien prévoir.
    On ne fait pas de la science mais du vent.

    Après, si on en fait un combat politique pour lutter contre la pollution, c’est autre chose.
    Les croyances, ça force le respect.

    Cordialement,
    Murps

  117. Daniel Says:

    Parmis les signataire un vétérinaire :Marc Edouard Colin, DMV, Sup Agro Montpellier

    Muté pour avoir dénoncé le Gaucho
    Comme Vergeat, alias Lino Ventura dans Adieu Poulet, Marc-Edouard Colin s’est retrouvé un beau matin muté à Montpellier. Loin de l’image du flic pugnace qui dérange les moeurs de la province, notre homme n’avait fait que démontrer l’impact calamiteux de l’insecticide Gaucho sur les abeilles. A croire que cela dérangeait du monde, y compris jusqu’au sein du respectable Institut national de la recherche agronomique (Inra), ex-employeur de ce vétérinaire spécialiste des abeilles. « Après l’étude publiée en 2000, on m’a demandé d’arrêter le sujet et on m’a coupé les crédits. Et je me suis retrouvé à Sup’Agro de Montpellier ! », raconte le chercheur. …

    http://www.123people.fr/ext/frm?ti=person%20finder&search_term=marc-edouard%20colin&search_country=FR&st=person%20finder&target_url=http%3A%2F%2Flrd.yahooapis.com%2F_ylc%3DX3oDMTVnbzlndWM4BF9TAzIwMjMxNTI3MDIEYXBwaWQDc1k3Wlo2clYzNEhSZm5ZdGVmcmkzRUx4VG5makpERG5QOWVKV1NGSkJHcTJ1V1dFa0xVdm5IYnNBeUNyVkd5Y2REVElUX2tlBGNsaWVudANib3NzBHNlcnZpY2UDQk9TUwRzbGsDdGl0bGUEc3JjcHZpZANGcjJtNldLSWNyb1ZYZk00RTdjc3NpVkhXODV4U1V1NC54TUFEWnhO%2FSIG%3D11tklhapo%2F**http%253A%2F%2Fwww.rade-de-brest.infini.fr%2Fspip.php%253Farticle243&section=weblink&wrt_id=292

  118. Antonio San Says:

    Le poème du gendarme
    L’Adefdromil publie sur son site le poème incriminé. Le voici :

    IL PLEUT SOUS NOS KÉPIS !

    Il faisait beau alors, le jour où j’ai signé !
    Je me souviens comme j’étais fier de m’engager,
    D’être formé à ce métier par mes aînés…

    Du bon droit je voulais être le soldat,
    Dans le respect des traditions et des hommes.
    Du citoyen, à tout faire je serai l’homme !

    De ma personne alors, j’ai donné sans compter.
    Ma famille dans cette voie s’est trouvée liée.
    Mes devoirs étaient les siens sans qu’elle ait signé…

    Nos Gradés, nos Officiers étaient nos modèles.
    Ils savaient nous motiver et nous ordonner.
    Alors nous étions soudés, unis et fidèles…

    Nous savions des sacrifices la juste raison,
    Et étions tous reconnus “Servants de la Nation !”
    De la France, la plus noble et vieille Institution.

    Un nouveau Roy fût nommé, et tout a changé.
    Diviser pour mieux régner, tel était son but !
    Il y parvint bien, précipitant la chute !

    Pour ce faire, il choisit bien parmi les nôtres,
    Ceux d’entre eux les plus vénaux, les moins fidèles,
    Leur fit tant miroiter, qu’il furent ses “apôtres”.

    Ces vendus et parjures aujourd’hui, ont ourdi
    D’enterrer sans coup férir notre belle histoire…
    De nous taire ils nous ordonnent, arguant : “Tout est dit !”

    L’un des nôtres osa parler sans démériter,
    se faisant ainsi le râle de notre douleur…
    Il fût vite éliminé par ces fossoyeurs !

    Aujourd’hui, Sainte Geneviève saigne et pleure,
    Je sens bien ses larmes chaudes sous mon képi,
    Comme si sur moi SARKOZY faisait son pipi…

    Soldats nous sommes, et c’est debout que nous mourrons.
    Et à l’instar de CAMBRONNE, “MERDE” nous dirons.
    Nous briserons nos armes, mais nous taire “Pas question !”

    Nous ne sommes que des hommes, soldats mais citoyens,
    Et nos voix dans l’urne pèsent bien pour un scrutin…
    Qu’on les entende ensuite, d’étonnant n’a rien.

    Nous taire il ne faut point, surtout si c’est la fin !
    Au pays des Droits de l’Homme, on dénie les miens.
    Fidèle, loyal je suis, muet je ne suis point.

    Même si tout est fini, que prévue est la fin,
    Nous n’irons au sépulcre qu’après avoir tout dit.
    Geneviève, Chère Patronne, Il pleut sous nos képis !

    Adjudant A.

    Dédié au Chef d’Escadron Jean-Hugues MATELLY

  119. Daniel Says:

    Voir
    http://www.rade-de-brest.infini.fr/spip.php?article243

  120. Murps Says:

    Le signataire est un vétérinaire muté pour avoir dénoncé le gaucho ou pour avoir mélangé militantisme et recherche scientifique ?
    Le gaucho est un insecticide ? Normal qu’il tue les abeilles !
    Et pourquoi les abeilles meurent-elles aussi là où il n’y a pas de gaucho ?

    Je dis pas qu’il n’y a pas de problèmes avec le gaucho, je n’en sais rien, mais il a le dos large ce gaucho.
    Et puis y-a-t-il un lien entre sa mutation et son travail sur le gaucho ?

  121. Manu95 Says:

    Climat : 400 scientifiques signent contre Claude Allègre

    http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2010/04/climat-400-scientifiques-signent-contre-claude-all%C3%A8gre.html

    J’ai particulièrement apprécié ce commentaire d’un jeune chercheur :

    grenouille a écrit le 01 avril à 07:00 :
    (…)
    Vous êtes 400 éminents spécialistes de votre domaine, et vous éprouvez le besoin de vous unir contre deux personnes qui ne sont pas spécialistes de votre domaine, mais apparemment vous donnent bien du fil à retordre. Vous les spécialistes n’arriveriez pas à convaincre par la raison et les idées, il vous faut donc pleurnicher auprès du ministre. C’est ça votre conception de la science ? Je suis un jeune chercheur (pas dans votre domaine ni celui de C. Allègre ou V. Courtillot), et je trouve votre démarche pathétique, c’est de l’argumentaire de cour de maternelle.

    La contradiction, que vous louez en science, vous est apportée en la personne de ces deux non-spécialistes, ainsi que d’autres, bien peu nombreux face à vous et vos certitudes. Vous pouvez balayer avec nonchalance leurs arguments en rappelant qu’ils ne sont pas spécialistes, mais c’est peut-être un peu trop facile – il fût un temps en science où on touchait à tout, et même aujourd’hui certains principes de base d’analyses des données et de statistiques sont valables dans beaucoup de disciplines scientifiques différentes, si ce n’est toutes.

    Si ce qu’ils racontent est vraiment du n’importe quoi (pour l’un peut-être, pour l’autre, j’ai des doutes car je le trouve très sensé ce monsieur), ne suffit-il pas de prendre leurs arguments un à un et de les contredire, en montrant où ils ont tort ? Ça a déjà été fait en partie, et c’est ce qu’il faut faire quand on veut démontrer qu’une théorie est fausse. C’est ce que Vincent Courtillot s’attache à faire avec vos arguments, c’est de bonne guerre, non ? Etes-vous si impatients ou si peu sûrs de votre fait qu’il vous faille sortir cet argument massue, à 400 contre 2 ? Et vous voudriez donner des leçons d’éthique sur la science et les comités de lecture ?

    Un peu plus d’humilité, votre science est très jeune. Et ce n’est pas en se drapant de certitudes et en prêchant ainsi que vous convaincrez qui que ce soit. Si vous êtes convaincus du bien-fondé de vos conclusions et de vos arguments, vous n’avez rien à craindre de deux personnes qui ne sont pas expertes dans le domaine. Continuez à montrer où ils ont tort, c’est ça le vrai débat contradictoire. Ce que vous êtes en train de faire là, c’est essayer de l’étouffer.

    —-

    Terre 01/04/2010 à 00h00
    Allègre: «une pétition nulle et stupide»

    Par CHRISTIAN LOSSON

    «Cette pétition est sans objet. Nulle et stupide. Elle ne me touche pas ; je m’en fous d’ailleurs totalement. C’est une réaction bête de climatologues, pas de scientifiques. Une réaction de gens qui voient que mes idées gagnent du terrain et qui s’affolent. Ils ont gaspillé beaucoup d’argent public et ont peur de perdre des moyens, peur de perdre leur job. Leur discipline est jeune, il faut lui laisser le temps de se développer au lieu de les laisser, ces climatologues, raconter des salades. Je suis à la retraite, et sous la tutelle de personne. C’est mon éditeur, d’ailleurs, qui est le plus ravi. Il m’a appelé ce matin [hier matin] pour me dire qu’on était en tête des ventes «essais et documents» et qu’on avait déjà vendu plus de 120 000 exemplaires de mon livre, l’Imposture climatique

    http://www.liberation.fr/terre/0101627853-allegre-une-petition-nulle-et-stupide

  122. Daniel Says:

    @Murps
    En tout cas il ne participe a aucune recherche sur le climat …

    Il mélange allègrement militantisme anti-pesticides et recherche

    http://www.mdrgf.org/news/news070901_Pesticides_alternatives_Ecologiste.html

    « En s’adressant aux lecteurs de L’Ecologiste, le très militant magazine de l’écologie radicale, Jean-Marc Bonmatin, chargé de recherches au CNRS, et son proche collaborateur Patrice Marchand, n’auront sans doute pas de difficulté à convaincre de la véracité de leur thèse. D’autant plus qu’ils ont fait appel à une autre grande vedette de la lutte anti-Gaucho, Marc-Edouard Colin. Ensemble, ils ont rédigé quelques paragraphes sur « l’apiculture écologique », dans le tout dernier numéro de L’Ecologiste, ce qui leur permet au détour de vilipender, une fois de plus, le Gaucho et le Régent TS. »

    http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article166

  123. Clem Says:

    @Argus
    Il me semble que c’est elle qui était opposée à Allègre récemment sur un plateau de télé non ? (détrompez-moi dans le cas contraire)
    Elle n’était pas à son avantage sur le plan des arguments dans ce débat. De plus elle avait une attitude pour le moins agressive envers Allègre. Si c’est bien elle alors je ne suis guère étonné qu’elle soit à l’origine de cette pétition…

  124. rageous Says:

    Ils sont quelque uns à n’avoir aucune fonction liée directement à la climato, mais des intérêts collatéraux au prétexte du réchauffement et de son adaptation; la forêt méditerranéennne, alpine, apiculture, aerologie, écologie, biodiversité, etc…
    Le prétexte est avant tout pour obtenir des financements puisqu’apparemment il s’en obtient plus facilement dès qu’il est question du RC. Allègre a donc mis en plein dans le mille et le doigt sur ce qui fâche!
    Ils ne sont d’ailleurs pas tjs universitaires, des bureaux d’études, des SARL font partis des signataires. Démollir LA théorie et c’est les subventions de Régions qui seraient revues à la baisse!

    Murps
    « Le gaucho est un insecticide ? Normal qu’il tue les abeilles ! »
    Avec le Régent et depuis leur interdiction, les abeilles ne semblent pas mieux s’en porter, la roténone, insecticide dit « naturel », le sulfate de cuivre, utilisés en bio, sont aussi dangereux pour ces petites bébêtes…
    La plaie c’est le parasite varroa, pour s’en débarrasser c’est aussi à base d’insecticide et sa propagation partout dans le monde est le fait d’importations peu scrupuleuses. Les agris avec les traitements phytos sont évidemment les coupables tout trouvés à l’explication de ce fléau.
    Chez nous 2 ruchers d’un apiculteur et une hécatombe qu’on peut mettre sur le compte d’un hiver particulièrement rude; 4 épisodes neigeux avec du vent (congères, neige qui a dû rentrer dans les ruches, les abeilles sont en conglomérat au centre) et du froid qui a entretenu dans la durée des conditions néfastes à leur survie, ajouter à ça une extraction tardives de leur réserve (miel de Calune) quand bien même compensée par du sucre…

  125. Murps Says:

    @Daniel
    Cela me fait penser aux déclarations de Paul Reiter sur le « malariagate ».
    IL expliquait qu’il avait quitté l’IPCC car il était entouré de gens qui affirmaient sans preuves et qui n’avaient jamais rien publié d’autre que des pamphlets écolos…

    Encore des gens qui se prennent pour des prophètes.

  126. Murps Says:

    @rageous
    Nos posts se sont croisé.
    Mon analyse rejoint effectivement la votre sur cette histoire d’abeille, il n’est pas du tout évident qu’on puisse attribuer ces hécatombes d’abeilles à un seul produit. La solution est probablement beaucoup plus complexe. Le parasite y est certainement pour quelque chose.

    Mais on retrouve dans cette affaire les raisonnements utilisés pour le cancer : deux tiers des cancers sont d’origine indéterminé, donc c’est la malbouffe, donc c’est Tchernobyl, donc c’est les pesticides, donc c’est les ondes radios…
    C’est prouvé par des études !

  127. Daniel Says:

    Des microbiologistes ont découvert qu’un nouveau parasite Nosema Ceranae avait colonisé Apis melliféra , Colin lui a commencé par dire qu’il ne trouvait pas de cadavres et donc que cette nouvelle affection ne pouvait pas décimer les ruches
    Aujourd’hui devant l’évidence il prétend que ce sont les ruches intoxiquées qui tombent malades…

    Colonization of Apis mellifera by Nosema ceranae

    http://www.apitrack.com/pdf/Espania_Higes_Outcome_Colonization_N_Ceranae.pdf

    Authors Raquel Martin-Hernandes, Aranzazu Meana, Lourdes Prieto,
    Amparo Martinez Salvador, Encarna Garrido-Bailon, Mariano Higes

  128. ME Says:

    @Murps et Rageous

    Les signataires de cette pétition contre Allègre et consors me font de plus en plus penser aux escrolos qui dénoncent à longueur d’année les pesticides en les accusant d’être à l’origine de tous nos malheurs,cancers,destruction de la nature,etc

    A quand le « Messie », un Allègre,Courtillot,une personne connue qui fera explosera cette fourmiliére de parasites pour enfin mettre la vérité à la porté de chaque citoyen

  129. rageous Says:

    Murps,
    il ne fait plus de doutes que la cause est multifactorielle, n’en déplaisent à ceux qui pensent, oeillères au front, à l’agriculture intensive et nommément chargée de pesticides. Auparavant les produits phytos étaient autant sinon + de mise, on a de plus avec les mises en jachères obligatoires l’incitation depuis qq années de les utiliser en « gel floristique, pollinique, environnemental ou faune sauvage » ce qui n’existait pas à la belle époque des ruchers en bonne santé.
    J’arrête là parce que c’est HS sur ce fil…

  130. José Pasbouvier Says:

    Hier soir 4 avril sur BBC2 : documentaire intéressant commenté par un « astro-biologiste » effectuant des recherches sur la probabilité et les conditions de vie « aux limites », en atmosphères inimaginables, sur notre terre (vive les spéléos) et à grande profondeur sous nos océans;
    d’où la spéculation possible de vie sur d’autres astres de notre galaxie.

    Parmi les nombreux exemples illustrés là, devinerait-on ceci ?

    1) Les TERMITES qui, par dizaines de milliards sur terre, digérent du bois grâce à une bactérie .X. produisent en résidu du CH4 (méthane…) dont le volume est estimé à 50.000.000 TONNES/AN (c’est la BBC2 qui le diffuse)! N’étant ni chimiste ni climatologue, je me pose la question sensée de définir « comment venir à bout de ces termites » afin de limiter la pollution en GAS qu’elles génèrent, en dehors de tout respect des prescripitions politisées du GIEC entérinées par des politiciens incompétents à pouvoir maîtriser cette science et les animaux en question!

    2) Des grottes de glace en ISLANDE font l’objet de recherches sur les populations de bactéries/animalcules qui vivent enfermées dans ces glaciers. Un chercheur expert en ces sujets a démontré que les infâmes êtres vivants génèrent de la chaleur qui fait FONDRE LA GLACE QUI LES EMPRISONNE!
    A-t-on jamais envoyé des « experts GIEC » vérifier ce qu’il en est vraiment de la présence de semblables bactéries parmi les glaciers dont ils s’émeuvent de la fonte ailleurs, y compris ceux de l’Himalaya???

    3) L’activité volcanique terrestre (et sous-marine, peu identifiée) fait se libérer d’incroyables quantités de chaleur, de gaz ou de radicaux infects. Leur incidence sur le climat serait significative par comparaison avec celle accumulée des causes « suspectées humaines » amenant des variations climatiques.
    Comment les « experts GIEC » ont-ils intégré ces considérations parmi leur ensembles de données et de modèles de portée restreinte et sur des phénomènes non vérifiables aujourd’hui?

    4) à titre plus spéculatif: parmi les multiples satellites (LUNES) de la planète JUPITER, la lune de glace « EUROPA » s’avère être enveloppée de glace (-160°C) dont la conformation ridée laisse penser à une probabilité d’existence de vies souterraines enfermées sous la couche dont l’épaisseur est estimée à +- 100km….

    Empressons-nous d’y envoyer les 500 zozos signataires de cette « Bulle » afin qu’ils nous en reviennent avec d’autres élucubrations?

    La France: vraiment 500 climatologues? Pour combien de météorologues? Nous voici de retour aux temps maudits de l’Inquisition espagnole.

  131. Daniel Says:

    @ rageous

    La simple consultation des gazettes apicoles du passé nous montre effectivement que de tout temps la mortalité des abeilles est due a des facteurs multiples mais la nouveauté depuis 1980 c’est l’arrivée de deux parasites exotiques a l’espèce Apis melliféra en provenance de l’espèce Apis cerana ( abeille d’Asie) :Varroa destructor et Nosema ceranae
    Apis mellifera ne bénéficie d’aucune co-adaptation face a ces deux troubles fêtes

  132. ME 51 Says:

    CO2,Humus et Micro Organismes

    Comme le cite José Pasbouvier de nombreux facteurs « naturels » et « incontrolables »,produisent des GES.
    Les experts du Giec n’ont,apparemment,jamais évoqué les rejets de CO2 des sols arables.
    Pourtant si les sols stockent du Carbone,ils en ré-émettent bien plus.
    Le coefficient isohumique(transformation des résidus de culture en humus) est d’environ 15 % pour les pailles, beaucoup moins pour les engrais verts et de 50 % pour les fumiers.(par un C/N plus bas).
    Ce qui veut dire, assez clairement ,que la plus grosse partie du carbone des résidus des plantes aprés récolte qui n’est pas stocké dans le sol sous forme d’humus, repart dans l’atmosphére sous forme de CO2 et ceci par l’action des micro organismes.
    D’autres micro organismes,les dénitrificateurs,rejetent du N2O,GES comme chacun le sait bien plus puissant que le CO2,faut il pour autant interdire l’agriculture?

  133. Barnabé Says:

    Il me semble que Benoît Rittaud fait dire à cette lettre plus qu’elle ne dit. Les scientifiques ne demandent pas le retrait d’un livre mais observent simplement qu’il n’a pas le même caractère scientifique que leurs travaux. Ils ne demandent pas que le Ministère de la Recherche en interdise la vente, ce qui n’est évidemment pas de son ressort, mais qu’il apporte publiquement son soutien à l’équipe de scientifiques attaquée sur son intégrité. Était-ce mieux que simplement traiter M. Allègre par le mépris, je ne sais pas, mais en ces jours où le Président de la République venait d’affirmer que l’environnement, ça commençait à bien faire, on peut comprendre leur inquiétude. Benoit Rittaud a raison toutefois d’exprimer l’idée que cette action risque de leur causer du tort, car elle pourra être reprise contre eux par les sceptiques et ceux dont les intérêts économiques vont à l’encontre d’une action publique pour limiter les émissions de gaz à effets de serre.

  134. Georges S Says:

    Ce recours du monde scientifique au pouvoir politique n’est-il pas symptomatique du clivage entre le monde scientifique et le grand public?

    Il y a pourtant fort à craindre que cette demande de soutien n’est pas l’effet escompté. Dans une époque où le pouvoir (particulièrement politique) est devenu suspect par nature, il y a fort à parier que cette demande ne fasse que propager la suspicion.

    Quelle ironie ! 😉

  135. RDEURO Says:

    500 signataires ! mais que viennent faire des signatures de personnes d’autres pays dans cette pétition Franco-Française ?

  136. Remi Says:

    Cher Benoît Rittaud,
    Merci de votre réaction à cette pétition imbécile des prédicateurs d’apocalypse qui appellent à la rescousse un monde politique non crédible et lui-même naufragé. Loin de moi l’idée de prétendre connaître la vérité, encore moins celle de prendre parti mais la manipulation doit cesser. Il est temps en effet d’empêcher les fanatiques du climat d’imposer des « solutions » qui ne sont que cautères sur jambe de bois. Exemple: la « finance carbone » qui prétend réduire les émissions industrielles de CO2 par la construction d’un marché sur le dos de l’industrie européenne résiduelle. La finance sauvant le climat! Quelle énormité! Et pas de réaction! Elle parviendra à le faire en accélérant la disparition de l’industrie en Europe et en multipliant les émissions hors UE.
    Si on écoute bien Allègre et consorts, en faisant abstraction de leur jouissance à « penser contre le vent », et aussi de leur promotion personnelle (il faut bien vivre et je ne leur jette pas la pierre car Hulot et YAB vivent bien plus grassement, profitant de manière éhontée de ce fonds de commerce dont ils font une nouvelle religion), ce sont ces « solutions » qui sont en cause, pas l’intégrité de nos scientifiques étatiques.
    Encore merci à vous.

  137. Jeannot Says:

    Soutien à votre lettre ouverte!

    Allègre a été clair, il faut soutenir sa liberté d’expression. Son livre est avant tout un livre politique pour nous ouvrir les yeux. Voila pourquoi il a modifié des courbes, à des fins éditorialistes! C’est son droit.

    On a dit qu’il a falsifié des courbes et que les scientifiques se sont plaints. Ca doit-être des mensonges ou des inventions. Il faut des preuves!

    De quel droit demander un débat scientifique sur le sujet? après toutes leurs inepties? D’ailleurs Allègre le refusera, et avec lui Courtillot, c’est ce qu’il a toujours fait depuis plusieurs mois.

    De toutes façons, comme il a dit, son éditeur est content!

  138. araucan Says:

    601 signataires ce soir.

    Dans la même veine et plus révélateur d’un certain nombre de points délicats, je pense,
    http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/04/06/un-etonnant-effet-collateral-du-changement-climatique-par-jean-louis-fellous-jean-charles-hourcade_1329621_3232.html

    Lire également cela
    http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/04/05/fiscalite-ecologique-et-razzia-planetaire-par-dominique-bourg-et-nicolas-hulot_1329006_3232.html#ens_id=647065

    et la réponse
    http://www.lemonde.fr/opinions/article/2010/04/06/qui-sont-les-creationnistes-par-dominique-lecourt_1329618_3232.html

    Fabuleux, non ?

  139. Robert Says:

    jipebe29 @

    Puisuqe vous ressortez l’histoire d’Einstein à tout bout de champ, savez vous que ce grand savant avait bidonné sa théorie en inventant la constante cosmologique destinéé à faire tenir la dite théorie avec un univers stable et immobile? Il mettra pas mal d’années avant de le reconnaître.

  140. Jeannot Says:

    Raisonnablement,

    Tous les climato-sceptiques ont envoyé dans les dents des réchauffistes la fameuse pétition de l’Oregon et ses 35 000 signatures envoyées aux politiques.

    Alors, celle-là de pétition, est-elle pire?

    Je suis allé sur le site de cette pétition de l’Orégon, aimablement indiqué dans le blog de Laurent Berthoud et j’ai regardé un peu effaré:

    36 signatures de climatologues
    10 000 signatures d’ingénieurs technologues!

    Y-a-til eu piratage du site par des pirates réchauffistes? Je croyais que seuls les sceptiques pirataient!

    Et je vois que, parmi les pétitionnaires français, certains sont mis à contribution, à l’appui de ses propres thèses par le savant Courtillot:

    Cas de Leroy-Ladurie, dans l’interview de Courtillot à France Info avant Copenhague:
    http://www.dailymotion.com/video/xbaihj_1-parlonsnet-avec-vincent-courtillo_news

    ( bien écouter à partir de la 19ème minute):

    Même Annie Cazenave involontairement et faussement mise à contribution (vers la 23ème minute) le lâche dans la Dépêche.

    Alors, est-ce que pour les uns, l’évolution du climat c’est un objet d’études scientifiques,
    et pour les autres, comme une soupe qu’on pourrait vendre sous forme de bouquins mal ficelés?
    .

  141. volauvent Says:

    @Jeannot

    Il y a eu bien d’autres pétitions que celle de l’Oregon, mais aucune ne demande de restreindre la liberté d’expression. La dernière réaction en date est une lettre à Mme Merkel d’une centaine d’universitaires allemands.

    Quant aux « ingénieurs technologues » ils utilisent de la physique et de la modélisation à tour de bras, et si cela ne marche pas, eux, ils sont virés. Je ne vois pas pourquoi ils ne pourraient pas avoir d’avis sur la question.

  142. Manu95 Says:

    @Jeannot,

    Il faudrait d’abord que l’on définisse une fois sérieusement ce qu’est un climatologue. Quel doit être le cursus universitaire suivi pour pouvoir porter ce titre ?

  143. Manu95 Says:

    (suite)

    Wikipédia redirige vers la page « Climatologie » quand on cherche « Climatologue ». Étonnant ? Pas pour moi, parce que un vrai climatologue, c’est devenu vraiment rare. Marcel Leroux devait être le dernier représentant français de cette espèce. Maintenant il n’y a plus que des charlatans et des opportunistes.

    La climatologie, branche de la _géographie physique_, est l’étude du climat, c’est-à-dire la succession des conditions météorologiques sur de longues périodes dans le temps. L’étude du temps à court terme est le domaine de la météorologie.
    […]
    Si la climatologie s’intéresse essentiellement à l’étude et à la classification des climats existants sur terre, une partie de la discipline traite aussi de l’interaction entre climat et société; que ce soit l’influence du climat sur l’Homme ou de l’Homme sur le climat.

    La climatologie n’est donc plus qu’une discipline.

    J’ai un jour donné un avis plutôt critique sur la page de discussion de Wikipédia
     » Climatologie science ou pseudo-science ?

    AMHA cette page est nulle.

    La climatologie est tout au plus une discipline faisant partie de la géographie physique

    La qualifier de science comme le font la plupart des climatologues (souvent auto-proclamés) est aller un peu vite en besogne. C’est une « science » bien trop jeune, complètement immature, à laquelle on accorde aujourd’hui bien trop de confiance et d’importance.

    Quand je vois les rapports pour décideurs du GIEC (sans même parler du Climate Gate) je dis que c’est de la climastrologie.

    Vazkor (d) 2 décembre 2009 à 23:47 (CET)

    P. S. J’ai corrigé des milliers de fautes d’orthographe sur Wikipédia mais je m’interdis dorénavant d’améliorer des articles douteux trompant le lecteur non-averti (c’est le cas de tous ceux où il est question du CO2 ou de l’effet de serre). »
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Climatologie

    À ce jour personne n’a encore réagi. Qui ne dit mot consent ?
    Ou plus personne n’essaie d’améliorer cette page … où il n’y a plus eu de modification majeure depuis novembre 2009 : voir l’Historique http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Climatologie&action=history

  144. RDEURO Says:

    @Mizaël
    Dommage d’avoir écrit « …point barre ! « 

  145. araucan Says:

    @Mizaël,

    Je crois bien que l’on a compris votre position et je ne vois pas l’intérêt de la répéter. Je ne pense pas que ce soit le bon site ici pour partager vos angoisses.

  146. scaletrans Says:

    C’est curieux cette tendance des marins à faire des phrases 🙂

    Mizaël
    Répéter vos mantras ne convaincra personne de sensé.

  147. Robert Says:

    Allègre a bien compris qu’il était plus utile pour lui d’amener le débat au bar du café du commerce plutôt que sur la scène scientifique où là il ne tient pas trois secondes.

    Ce qui m’étonne c’est que les justiciers du climat, les chevaliers blancs de l’intégrité scientifique vouant Mann Jones Briffa et le GIEC… aux gémonies fasse preuve d’un aveuglement complice en ce qui concerne l’attitude du Mammouth et de ses confrères littéraires.

    Il me semble que l’honnêteté s’éfface devant l’idéologie.

  148. Manu95 Says:

    Robert, alias Enisor alias Cocaaladioxine, le Troll bien connu sur Skyfal, reste égal à lui-même. Tout va bien.

  149. Marot Says:

    @Manu95
    Plus la peine de chercherune constante : la voilà

  150. Ierathel Says:

    Revoir le numero d’Arrêt sur Images du samedi 19 novembre 2006 consacré au réchauffement climatique: http://acces.inrp.fr/eedd/climat/representations/asi_television/2008-10-06.2070946203/download

    On y voit un Yann Arthus-Bertrand bien sûr de lui, semi-penaud, semi-enragé défendre bec et ongle la thèse du réchauffement global sans que personne, pour le coup, ne vienne lui rappeler qu’il n’est pas un scientifique et qu’il ne sait peut être pas tout à fait de quoi il parle. Argument qui ne marque que dans un seul sens, de toute évidence.

    A part ça, j’ai pour ma part une curieuse expérience à vous raconter: il m’a fallu pas moins de sept (peut-être plus ?) tentatives pour inclure dans la page Wikipédia la possibilité que l’évolution climatique que nous connaissons – terme propre – était également relative aux Paramètres de Milankovitch. A peine avais-je posté ce rajout qui n’a pourtant rien de scandaleux, qu’il était purement et simplement supprimé. Preuve que la page Wikipédia dédiée à la question est hautement « sous contrôle ». Finalement une version très édulcorée de mon rajout a été incluse le lendemain, réduite en longueur comme dans sa portée. Bravo au KGB et à la PRAVDA qui ont su se reconvertir hors de leur lieu de naissance.

  151. Laurent Berthod Says:

    Ierathel,

    Sur les sujets en lien avec l’écologie les articles de Wikipedia sont pris en main par des militants sans scrupules et de mauvaise foi qui consacrent le temps qu’il faut à transformer ou à faire disparaitre les contributions qui ne sont pas dans la « ligne ».

    Exemple : Article « Nitrate ». Dans la page « discussion » j’ai écrit :

    « Dans l’article on lit : « L’Institut de l’Environnement qui a financé la publication du livre de Jean L’hirondel, a attaqué l’association Eau & Rivières pour injures publiques et diffamations et a été débouté par le tribunal de Rennes le 3 novembre 1998[10] ». En se reportant à l’arrêt de la cour ( http://www.institut-environnement.fr/download/nitrates_Arrete_ERB_ISTE_98.pdf ) on se rend compte que ce dernier n’a rien à voir avec la toxicité ou la non-toxicité des nitrates mais avec une question sémantique : traiter quelqu’un de révisionniste, ce qu’un représentant d’Eaux et Rivières de Bretagne avait fait dans un débat télévisé à l’encontre d’un responsable de l’ISTE, n’a pas été considéré par la cour comme injurieux. Ceci n’a donc rien à voir avec la question scientifique de la toxicité des nitrates. La phrase de l’article concernant ce jugement vise à induire le lecteur en erreur. Elle est inadmissible pour une publication qui se veut encyclopédique. Elle est un élément de plus à charge contre wikipedia : sur les sujets en lien avec l’écologie les articles sont pris en main par des militants sans scrupules et de mauvaise foi. »

    Ma contribution est restée en ligne parce qu’elle figure dans la page « discussion » et pas dans l’article lui-même, seul à être lu par le grand public.

    Il n’y a pas que l’écologie qui fait l’objet d’une telle prise en main militante, mais tous les sujets « sensibles ». Un blog intéressant à propos de Wikipedia :

    http://wikipedia.un.mythe.over-blog.com/

  152. Says:

    Une très bonne critique du livre de Benoit Ritaud :
    http://iceblog.over-blog.com/article-la-grande-arnaque-du-mythe-de-l-imposture-du-climat-qui-ment-46370717.html

    Tiens et si j’écrivais un livre sur la Grèce antique alors que j’y connais rien…

  153. Marot Says:

    @Jé
    Vas-y bonhomme, on attend les bonnes feuilles.

  154. Laurent Berthod Says:

    On se demande pourquoi citer Iceblog, tellement c’est nul, incompétent, amateur – au mauvais sens du terme – et de mauvaise foi. Celui qui écrit un blog sur la Grèce antique sans rien y connaître, c’est le tenancier d’Iceblog.

  155. Claude Allègre : Pour une vraie écologie ! - Critique littéraire Says:

    […] […]

  156. Retour sur la trajectoire politique du changement climatique | Socio-informatique et argumentation Says:

    […] ? Par exemple Benoît Rittaud, lequel a ouvert à l’occasion de la sortie de son livre intitulé Le mythe climatique (Seuil, […]

  157. portage salarial Says:

    portage salarial

    Lettre ouverte aux signataires de l’appel « Éthique scientifique et sciences du climat » | Le Mythe climatique

  158. portage salarial international Says:

    portage salarial international

    Lettre ouverte aux signataires de l’appel « Éthique scientifique et sciences du climat » | Le Mythe climatique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :