Tribune libre de Bernard Legras

by

[Ci-dessous la version définitive de cette tribune libre, avec mes remerciements à son auteur. Les consignes de courtoisie dans les commentaires restent bien sûr valables. BR]

En tant que signataire de l’appel des scientifiques, je pense qu’il est utile d’apporter les précisions suivantes. Notez que je m’exprime ici à titre personnel et que cela n’engage pas automatiquement les autres signataires.
Cet appel ne s’adresse pas qu’à la ministre. Si celle-ci a été mise en premier dans la liste, c’est pour une question de préséance. Les autres destinataires,  le président de l’académie des sciences, le directeur du CNRS, de l’agence d’évaluation ou du COMETS n’appartiennent pas que l’on sache au personnel politique. C’est une déformation commode du sens de la lettre que de dire qu’elle interpelle les politiques pour qu’ils donnent un avis dans une débat scientifique. Ce qui était demandé à la ministre était qu’elle mette en mouvement les autorités scientifique et non pas qu’elle donne directement un avis. C’est exactement ce qu’elle a fait en demandant à l’Académie des Sciences de se saisir de l’affaire. La lettre interpelle avant tout les responsables scientifiques et notamment l’Académie des Sciences dont le rôle est d’éclairer le Prince et qui, dans le cas présent, n’a pas éclairé grand chose jusqu’ici à mon sens. C’est aussi à ces autorités de faire respecter les règles du jeu scientifique, en particulier celles relatives à l’éthique. C’est elles que l’on saisit en cas de cas de conflit sur ce point ou en cas de fraude et c’est bien à elles que la lettre s’adresse.

Il ne s’agit bien évidemment pas de censurer la science. Un débat scientifique est demandé et ce débat, MM. Allègre et Courtillot le fuient depuis 3 ans car ils sont assurés d’être défaits. J’entends par débat une vraie discussion scientifique approfondie devant des pairs indépendants avec le temps de discuter et vérifier les arguments. Cela ne se tient pas sur un plateau de télévision.

La posture de victime persécutée d’Allègre et Courtillot fait partie de leur jeu depuis le début. Toute critique et toute réfutation sont par définition la preuve de l’acharnement de la mafia du GIEC pour empêcher la lumière de se faire. Je conçois que beaucoup d’honnêtes gens tombent encore dans le panneau mais si on montre que cela cache le vide, cette gestuelle va finir par lasser et se retourner contre eux.

C’est dans cet esprit que j’ai contribué à cette lettre et que je l’ai signé.

Advertisements

62 Réponses to “Tribune libre de Bernard Legras”

  1. rageous Says:

    C’est quand même un monde ça de retourner à Courtillot le refus d’un débat!!!
    Je trouve qu’il charrie un peu, et le nombre de scientifiques qui ont dû ramer pour faire entendre leurs seuls doutes sur l’établissement sans discution possible des thèses giéciennes, c’est des fantômes?

  2. Yanartus Cheissoux Says:

    Étrange, quand même, cette manie d’écrire deux versions pour une lettre ou une pétition… Ce qui est évidemment intéressant, c’est de voir les différences entre les deux. Ainsi, la ministre n’est plus incluse dans la liste des destinataires par « courtoisie » (première version) mais par « préséance » et pour « qu’elle mette en mouvement les autorités scientifiques » (seconde version). Ce n’est quand même pas du tout pareil.
    Si je comprends bien, il s’agit que l’Académie des Sciences française tranche définitivement une question qui fait débat au niveau international et que « le Prince » puisse enfin être éclairé sans avoir à entendre des signaux parasites. Bizarre.

  3. volauvent Says:

    Je pense que confier une mission d’éclaircissement à l’Académie des Sciences (après tout, elle a été crée pour cela) pourrait être une bonne idée à condition:

    – que les bonnes questions soient posées. Si les questions sont: le CO2 est il un gaz à effet de serre et son accumulation réchauffe t elle l’atmosphère, la réponse serait évidemment oui. Mais cela ne ferait pas avancer le débat, et la réponse reprise par les media serait interprétée dans un sens carbocentriste.
    Si on pose la question: peut on prévoir les climats de la terre dans dix, cinquante ans, cent ans cela ferait avancer le débat.
    – que le panel choisi pour étudier la question respecte scrupuleusement l’absence de conflit d’intérêt. Il faudrait choisir par exemple des physiciens n’ayant jamais étudié la physique de l’atmosphère.

    Un séminaire contradictoire a été organisé par l’Académie des sciences il y a 3 ou 4 ans je crois. Bard avait défendu les thèses CO2, et Marcel Leroux était intervenu. Je ne sais pas si il y a des minutes de ce débat accessibles quelque part.

  4. Marot Says:

    Je commence – ou continue – d’être agacé par les incohérences et les paralogismes de nos scientifiques (!)
    Soutenir simultanément
    1) que le ministre a été placé en tête par respect du protocole, soit.
    2) dire ensuite que c’était pour qu’elle « mette en mouvement » les autres est une insulte à tous les « autres » assez grands pour prendre leurs responsabilités.
    3) se réjouir qu’elle ait saisi l’académie est une sottise car ce n’est pas en ses attributions.
    Elle aurait pu enjoindre ceci ou cela aux directeurs des organismes relevant de son département ministériel mais justement pas au Président de l’Académie des sciences.

    Le coup de pied de l’âne à l’Académie des sciences suit :
    «dans le cas présent, n’a pas éclairé grand chose jusqu’ici à mon sens»
    est bas et petit.
    L’Académie a tenu un débat en 2007, qu’y a-t-il de nouveau depuis sauf le climategate et la révélation des innombrables sottises du GIEC ?

    Quels sont les grands progrès de la science que vous avez apporté ? RIEN

    On reste dans le petit et l’épiphénomène :
    Le Gulf-stream ralentit
    non il ne ralentit pas

    La calotte arctique diminue, non, elle augmente.

    Quand donc messieurs allez-vous avancer un peu ?

    Vos publications pompeusement dites « peer-reviewed » sont de l’écume qui fait du volume dans les revues du grand capital.
    (Oui, Nature, encensé par les « climatologues » a sa ligne éditoriale définie par Verlagsgruppe Georg von Holtzbrinck, 2 milliards de CA annuel !)

  5. plombier Says:

    « C’est une déformation commode du sens de la lettre que de dire qu’elle interpelle les politiques pour qu’ils donnent un avis dans une débat scientifique. »
    Les scientifiques du GIEC Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat sont nommés par les gouvernements .

    Analyse du rapport du Giec par S. Rachafi, physicien, professeur des universités
    j’ai été quelque peu surpris de découvrir que sur ces milliers pages, à peine trente pour cent concernent la science climatique, et le reste des recommandations de nature politique, qui n’ont rien, mais alors rien à voir avec la science.

    Martin Beniston Vice-président du Giec entre 1992 et 1997, professeur à l’Université de Genève .
    Le consensus évoqué au sujet du Giec se situe sur un autre plan. Pour que ses rapports soient ratifiés par les gouvernements, ces derniers doivent se mettre d’accord sur la terminologie et la formulation des conclusions. Un processus assez ardu. Mais il ne s’agit pas d’un consensus scientifique.

    Et quand Martine Tabeaud et Xavier Browaeys, deux universitaires français, professeurs de climatologie et de géographie, publient un article sur le site Rue89 pour dénoncer de nouvelles erreurs élémentaires du GIEC, qui remettent en cause la réalité du danger du changement climatique, il n’y a pas de pétition pour que l’Académie des Sciences soit saisie .
    ————————
    hors sujet
    En ligne sur la UNE le Figaro.fr (66 commentaires)
    Un mathématicien dénonce le «carbocentrisme»
    Benoît Rittaud met en garde contre l’émergence de la «climatomancie»

    http://www.lefigaro.fr/environnement/2010/03/18/01029-20100318ARTFIG00854-un-mathematicien-denonce-le-carbocentrisme-.php

  6. Bernard Says:

    @volauvent

    Un débat à eu lieu en 2007 à l’Académie des Sciences
    Voici ce qu’en reportait « le Figaro »

    http://www.lefigaro.fr/sciences/2007/03/14/01008-20070314ARTFIG90106-climat_polemique_entre_academiciens.php

    Sinon les vidéos se trouvent sur ce lien en 9 parties (Polémique à l’académie des sciences):

    http://www.dailymotion.com/group/165841/1

    Je ne sais pas si ca correspond à votre recherche.

  7. Myke Says:

    @Volauvent et Bernard
    De mémoire, l’intervention de Marcel Leroux avait eu lieu vers mars 2007.
    J’avais questionné le secrétariat de l’académie des sciences il y a deux ans sur l’existence d’une compte-rendu ; j’ai obtenu une réponse évasive et négative (genre « la publication doit être validée etc. »). J’ai malheureusement supprimé l’échange de ma boîte mail.

  8. RanTanPlan Says:

    La posture de victime persécutée d’Allègre et Courtillot fait partie de leur jeu depuis le début.

    En même temps, ils ne disposent en aucune façon d’une tribune à la hauteur de ce que sert le GIEC aux carbocentristes. Et par ce terme, il faut bien entendre ceux pour qui, il n’y a aucun doute, le débat est clos, le seul sujet a traité est celui là : l’augmentation des températures dans le monde est le fait du CO2 émis par l’homme.

    Monsieur Bernard Legras, si vous aviez un semblant d’éthique, vous vous offusqueriez de ce que le GIEC soit ainsi clairement politiquement orienté et qu’à ce titre des scientifiques participent sans aucune « mesure » dans leur appréciation et leur travaux.

    Les publications de V. Courtillot sont parues dans des journaux scientifiques, et vous pouvez donc en toute « éthique » scientifique vous faire critique. Le débat est donc parfaitement ouvert, non ?

    Le livre distribué dans toute bonne librairie n’a pas valeur scientifique mais est une illustration des limites, une dénonciation du dogme et une illustration des pistes non couvertes et alternatives ou/et complémentaires. En ce sens, il participe à ne pas enfermer le quidam dans une croyance et l’invite à prendre du recul.

    Et vous critiquez ce genre d’attitude ?
    Mais alors, pourquoi avoir encensé le film d’Al Gore (ce sont J. Jouzel et H. Le Treut notamment qui l’ont fait) alors qu’il présentait de grave raccourcis et imprécisions scientifiques ?
    La réponse est connue de tous vos contradicteurs : parce que ce film favorisait la pensée unique dans laquelle vous et vos collègues vous êtes enfermés au point d’en perdre tout esprit critique.

    C’est très dommage.

  9. andqui Says:

    Paradoxalement, cette tribune libre doit, à mon sens, être interprétée plus comme une volonté d’ouverture (difficile, douloureuse, au forceps) que comme une affirmation dogmatique de positions établies même si l’auteur ne peut pas s’empêcher de tomber dans d’inutiles provocations et sur la présomption des attitudes des scientifiques mis en cause.

    M. Legras dit qu’Allègre et Courtillot fuient le débat depuis 3 ans, soit.
    – Mais qu’en disent les intéressés?
    – Un débat peut-il, une fois pour toute, régler cette controverse?
    – Ou alors, devra-t-il se poursuivre et dans quelles instances?
    – Ce débat sera-t-il circonscrit à la communauté scientifique française (pour établir une vérité nationale…?) ou alors s’ouvrir à des scientifiques d’autres pays?

    J’ai encore plein de questions mais on va s’en tenir là pour l’instant

  10. Murps Says:

    volauvent dit (5 avril 2010 à 13:16 )
    « […/…] à condition:
    – que les bonnes questions soient posées.[à l’académie des sciences]
    Si les questions sont: le CO2 est il un gaz à effet de serre et son accumulation réchauffe t elle l’atmosphère, la réponse serait évidemment oui.  »

    Voulez vous dire que l’académie répondrait « oui » ou bien que la réponse est effectivement « oui » ?
    Ce n’est pas du tout pareil. Personnellement je pense « non », et que l’absorption dans l’infrarouge du CO2 compte pour du beurre.

    Mais qu’en est-il du point de vue des intéressés ? Sont-ils d’accord pour un débat ?
    Car si on trouve effectivement des troupeaux de Le Treut et de Gallard à l’académie, ça va ressembler à un lynchage…
    Quoiqu’en vérité je ne sais pas du tout à quoi ressemble un débat d’académicien…

  11. Antonio San Says:

    Réponse A la tribune libre de Monsieur Bernard Legras, LMD

    Il faut croire que la pétition des 400 en a dégoûté plus d’un, scientifique ou non, et ne passe pas aussi bien dans l’opinion que ce que les journaleux de services suggèrent pour que des membres du LMD se fendent d’explications qui ne sont pas sans rappeler le prosélytisme des « Bible Schools » : voici comment il fallait interpréter la Parole des 400… Bientôt on nous dira que tout cela était amical.

    Parmi les signataires qui jouaient des coudes pour occuper le devant de la scène, Monsieur Bernard Legras déplore l’absence de débat…
    Et pourtant il a pu s’exprimer librement, en toute agressivité et impolitesse lors de la conférence donnée par Vincent Courtillot à Polytechnique en Mars dernier –la vidéo en témoigne. En terrain a priori miné, Courtillot ne s’est jamais départi de son sang froid et a présenté son travail avec courtoisie. Une leçon à méditer cher Monsieur…

    Plus symptomatique en revanche, l’intervention prudente d’une physicienne du Solaire, à juste titre épouvantée de la polarisation politique du débat climatique, et qui suggérait l’existence timide d’avancées intéressantes…

    Alors comment vous croire Monsieur Legras, vous et votre petit protégé ICE ? Pendant que vous tentez de justifier votre appel à la climatocensure, Monsieur Brézin relayé par Monsieur Puget en remettait déjà une couche !

    Cessez d’offenser notre intelligence! Cet appel vise beaucoup plus Courtillot qu’Allègre. Bien sûr Allègre est une grande gueule qui vend des livres, soit ; mais il ne cherche plus vraiment. Courtillot lui recherche et s’il n’a pas encore mis le doigt sur le mécanisme qui explique les variations annuelles du climat, IL PEUT TRES BIEN TROUVER. Et c’est le danger que la science officielle ne peut se permettre d’ignorer. L’année passée, un Rasmus s’en prenait aux crédits de recherche de Svensmark chez vos amis de Realclimate…

    Vos amis et les intérêts qui les supportent sentent l’urgence : ils sont engagés dans une course contre deux montres: celle de la Nature et son climat revêche à vos édits, et la montre humaine, celle détenue par Courtillot et d’autres chercheurs bien vivants, situés en périphérie de la climatologie du GIEC. Le scientisme, Monsieur, – et l’exposé révélateur de votre collègue modélisateur Olivier Talagrand le trahit bien- dont vous vous faites le serviteur et le Fouquier-Tinville d’occasion ne doit son sursis qu’au délai inconnu qui rythme la fréquence des découvertes majeures.

    Un Candide scientifique

  12. volauvent Says:

    @murps

    Je viens de visionner en partie les videos signalées par Bernard (que je remercie vivement) du débat à l’Académie qui a eu lieu en 2007. Je vous le conseille fortement. Au vu des questions de l’auditoire, je ne suis pas du tout sûr que ce serait un lynchage. Edouard Bard fait vraiment « savant cosinus » et Le Treut ne répond pas vraiment à la plupart des questions. J’ai noté en particulier:
    – il ne nie pas l’optimum du moyen âge, même si il le minimise avec l’histoire du Groenland qu’il conteste. Et il avoue que l’on ne sait pas l’expliquer, et donc qu’on ne sait pas intégrer les variations naturelles dans les prévisions (après avoir dit avant qu’on les intégrait par une analyse statistique du passé… bref cela paraît assez incohérent. )
    – concernant les modèles, il rappelle très bien qu’ils calculent les climats heure par heure avec des modèles identiques aux modèles météorologiques et que c’est l’analyse statistique d’un grand nombre de résultats de ces process chaotiques simulés par le modèle qui donne ce qu’on appelle des climats. Pour moi c’est la question fondamentale: est ce qu’on a le droit de dire cela? C’est pour cela que je pense que les mieux à même de porter un jugement objectif sont des physiciens, éventuellement même de physique fondamentale, voire des mathématiciens.

  13. ardeche07 Says:

    Volauvent,
    Avez vous remarqué comment Le Treut a été embarrassé quand on lui a posé la question sur la géo-ingénierie. Pouvez vous utiliser vos modèles pour calculer la baisse de la T° globale si on réalise le projet américain d’ecrans géostationnaires : Eh, non, ça ne nous interesse pas …
    Tu m’etonnes, son but c’est de faire baisser la consommation d’energie fossile par tous les moyens en désignant le méchant CO2, donc ils ne veulent surtout pas d’une parade technologique …

  14. volauvent Says:

    @ardeche07

    Le Treut donne l’impression de quelqu’un qui est tellement intégré au monde modélisé qu’il a lui même crée qu’il n’a plus de possibilité de prendre du recul.
    Il ne me semble pas qu’il fasse cela par militantisme.

  15. Emmanuel Says:

    Quelques propos de Bruxelles ?
    Le GIEC (ses membres européens…continentaux) vivent actuellement sur la défensive. Leur réseau rejoue la technique de l’enveloppement par effets des masses, soit :

    1° assembler des voix en nombre, avec « étiquettes de notoriété » afin de préserver ce qu’ils obtinrent durant les années écoulées grâce à la même tactique. Années durant lesquelles ils gagnèrent d’abord la complicité des médias (ces demandeurs de scoop et de sensations fortes en faveur de leur audimat).
    Tels deux complices, ils jouèrent à leur tour en direction du monde politique (leurs niveaux favoris : le parlement européen noyauté par les Verts, une Commission U.E. sous influence des lobbies environnementalistes, enfin les gouvernements d’Etats Membres). Parallèlement, ces mêmes influenceurs misèrent sur une culpabilisation des entreprises via la médiatisation outrancière de leurs thèses GIEC. Le tout finissant par forcer les décideurs d’entreprises et les politiques – tous deux pris en étau – à intégrer les thèses sous forme de mesures contraignantes, coercitive, à portée longue et profonde (sans en connaître toutefois les conséquences en termes de coûts et de pertes de compétitivité à l’échelle mondiale). Al Gore en 2007 (et des Michael More & Co d’Hollywood) en firent de même afin de positionner le mental d’un électorat américain en faveur des thèses démocrates. CQFD…..

    2° Profitant toujours de l’influence d’on-dit antérieurs sur le grand public incompétent, ces citoyens lambda facilement influençables, les complices déjà cités comptent maintenant avec la marque du passé récent.
    L’inertie de l’opinion jouant en faveur du maintien des thèses GIEC (jusqu’ici peu dénoncé par nos médias restés fort silencieux).

    3° Ça les amène à tenter le coup de force médiatique via l’Académie des Sciences de France, où opèrent certains ponces gagnés eux aussi par l’influence antérieure. Sous le coup de blessures d’orgueil qui entache leur notoriété, comment ces ponces pourraient-ils agir autrement? Par un mea culpa? Il y a de très gros intérêts en jeu en R&D!

    Rappelons-nous que les scientifiques ne sont eux-mêmes que des citoyens ordinaires. Pas étonnant de les voir s’agiter ainsi contre deux troublions que sont Messieurs Allègre et Courtillot. Clap, CQFD, 2e!
    Bien sûr ce n’est ici que la lecture des évènements par un petit belge. 😛

  16. volauvent Says:

    @Emmanuel

    L’Accadémie des sciences française n’est pas formée que de climatologues.
    Si vous êtes un scientifique sérieux dans un domaine ne touchant pas à ces questions de climat, accepteriez vous d’entacher votre réputation pour défendre des collègues qui par ailleurs pompent des crédits considérables, qui par conséquent m

  17. volauvent Says:

    @Emmanuel

    L’Accadémie des sciences française n’est pas formée que de climatologues.
    Si vous êtes un scientifique sérieux dans un domaine ne touchant pas à ces questions de climat, accepteriez vous d’entacher votre réputation pour défendre des collègues qui par ailleurs pompent des crédits considérables, qui par conséquent risquent de manquer à votre discipline?

  18. Murps Says:

    « Pas que des climatologues à l’académie. » dites vous.

    Précisément. Et c’est là qu’on va enfin voir si la rigueur, le bon sens et surtout l’honnêteté les obligeront à prendre parti… pour les deux vilains petits canards, dont on sait qu’ils ont en fait des soutiens de plus en plus nombreux à l’étranger.
    L’absence d’engagement clair, la prudence dont a fait preuve l’Académie depuis des années doit changer.

    Dans une telle situation, il VA FALLOIR que les singes verts tranchent !
    Si ils ménagent la chèvre et le chou, ça sera forcément au bénéfice de Vincent Courtillot puisque les signataires demandent sa tête et ils ne l’auront pas eu, pire, ils lui auront donné une légitimité scientifique supplémentaire.
    Et je ne les voit pas lui donner franchement tort.

    La suite promet d’être passionnante, comme un feuilleton !
    🙂

  19. araucan Says:

    « La lettre interpelle avant tout les responsables scientifiques et notamment l’Académie des Sciences dont le rôle est d’éclairer le Prince et qui, dans le cas présent, n’a pas éclairé grand chose jusqu’ici à mon sens. C’est aussi à ces autorités de faire respecter les règles du jeu scientifique, en particulier celles relatives à l’éthique. C’est elles que l’on saisit en cas de cas de conflit sur ce point ou en cas de fraude et c’est bien à elles que la lettre s’adresse. »

    Les directeurs d’instituts sont-ils des responsables d’instituts ou des responsables scientifiques ? Cela ne me semble pas être tout à fait la même chose. Car les directeurs des instituts ou organismes de recherche … ne sont pas tous des chercheurs …(ex : BRGM, Ifremer, ou ont fait une grande partie de leur carrière hors des laboratoires …).
    L’appel à la ministre, ou à des directeurs d’organismes nommés par elle ou ses prédécesseurs relève en fait de la même démarche, habituelle en France, qui consiste à demander à ceux qui dirigent de trancher, en leur demandant d’intervenir dans leur haute sagesse pour résoudre un conflit. Je ne vois guère de différence pour l’appel à l’Académie des sciences … On demande un juge un arbitre…
    Et quel est ce conflit ? Manifestement, il s’agit de deux auteurs l’un ancien scientifique, l’autre encore en activité qui ont écrit des livres avec des données qui seraient contestables ou des vues non conformes selon votre approche…
    Vous voulez me faire croire que deux personnes menacent les vues de plus de 400 ? Lesquels 400 ont concouru d’une manière ou d’une autre à éclairer les vues et les politiques du gouvernement et ce depuis plus de 10 ans ?
    D’une part, le rapport de force ne convient pas : ce ne sont pas 3 interviews et deux ou trois livres qui changent les choses, ni même les vues du Prince. Je le répète : il n’y a pas de groupe officiel constitué en France qui soit sceptique ouvertement et qui soit en mesure d’influencer la politique suivie sur le sujet.
    D’autre part, peut-être que le poids de l’Académie des sciences est surestimé : elle n’apporte pas son concours au jour le jour aux politiques ou aux ministères sur les choix à faire. Ceux qui influent sont ceux de vos collègues qui travaillent avec les ministères, ceux qui sont les experts. Auraient-ils changé d’avis ? Vu les signataires, j’en doute.
    Comment se fait-il qu’une communauté scientifique autour d’un sujet puisse avoir peur de quelques interviews, de quelques livres en français (parce que l’essentiel de la mise en cause du GIEC se passe ailleurs, pas en France …) ?
    Considérez juste d’autres sujets par exemple la médecine et le nombre de publications sur la médecine, qui ne sont pas de la science ? Et pourtant il y a toujours des médecins et des chercheurs en médecine : l’Académie des sciences n’est pas appelée à la rescousse tous les mois pour cela.

    Cet appel est une perte de sang-froid manifeste. Y aurait-il dans les financements de la recherche en climatologie des signes comme quoi ils seraient en diminution (d’où la demande d’être rassurés sur la place de cette science dans le cœur de ceux qui vous dirigent ?)

    S’il y a eu fraude (c’est lourd comme mot), pourquoi utiliser une pétition ? Il y a des instances disciplinaires pour cela. Mais elles ne sont pas utilisables dans le présent cas.

    Enfin « Il ne s’agit bien évidemment pas de censurer la science. » Bien sur que non, juste de censurer des livres qui parlent de sciences sans autorisation officielle ou sans redire ce que dit le GIEC.
    S’il ne s’agit pas de censurer la science, alors que des crédits de recherche aillent aussi travailler sur la théorie de Svensmark par exemple (quitte à la réfuter …). Merci de ne pas me répondre qu’il n’y a pas assez de crédits, il suffit de prendre 10 % des budgets des recherches qui prennent pour point de départ que « lerechauffementàcauseduCO2vadurer100ansetilfautquantifierlacatastrophe » pour travailler sur la physique de l’initiation des nuages et puis aussi sur les aérosols. Cela permettrait effectivement de ne pas « censurer » la science …

    J’allais oublier le magnétisme solaire aussi ! (et ses effets sur le climat) 😉

  20. Sirius Says:

    Sur le vif.

    D’abord je cite M. Bernard Legras:

    « Il ne s’agit bien évidemment pas de censurer la science (sic). Un débat scientifique est demandé et ce débat, MM. Allègre et Courtillot le fuient depuis 3 ans car ils sont assurés d’être défaits. J’entends par débat une vraie discussion scientifique approfondie devant des pairs indépendants avec le temps de discuter et vérifier les arguments. Cela ne se tient pas sur un plateau de télévision. »

    À quoi veut-il en venir? Car manifestement il ne lit pas ni n’écoute ses interlocuteurs. La discussion se fait actuellement, veut veut pas, d’abord en privé dans les chaumières (ce qui a énormément de poids en préliminaire) mais aussi via les publications de toute sorte (résultats des préliminaires).

    Ce n’est pas le professeur Vincent Courtillot qui ne veut pas échanger les idées, lui qui publie des livres instructifs, rigoureux et documentés, destinés au public cultivé; c’est plutôt les autres, ces branleurs dans leur tour d’ivoire (c’est l’expression idoine ici, oui, oui) qui ne veulent rien savoir parce qu’ils pensent tout savoir, en dépit du fait qu’ils exultent dans leur monde en grande partie construit à travers leurs modèles virtuels de la réalité. La frontière entre l’imagination et la réalité physique est immense, messieurs les savants modélisateurs. Pensez-y une minute seulement.

    Je ne suis pas méchant de nature, mais ici, des clous. Je dis donc paf!

  21. Clem Says:

    Je suis bien d’accord avec Sirius … c’est effectivement une GROSSE blague d’entendre ces gens qui il y a quelques semaines encore DECLARAIENT LE DEBAT CLOS aujourd’hui se plaindre de cette manière…
    Quand on sait la difficulté que les sceptiques ont eu as se faire entendre, l’ostracisme dont ils ont été victimes, etc… bref je vais pas refaire l’histoire de ces dernières années que nous connaissons tous…
    j-u-s-t-e une grosse blague…

  22. Sirius Says:

    À Clem,

    Bien compris. Excellent même.

    Comment en effet demander des débat et des échanges d’idées quand en même temps, toutes ou quasiment toutes les instances scientifiques partageant le même paradigme dominant s’y refusent? Réponse: impossible à court voire même à moyen terme. Mais on y travaille…

    A+

  23. jean l Says:

    Au sujet du débat entre académiciens (2007),

    D’accord avec la première analyse de Volauvent. Courtillot très au-dessus du lot comme d’habitude. Le Treut trop intelligent pour croire à ses propres arguments et ne convainquant pas. Bard, blanc-bec, agressif, embrouillé, em… bêté, insignifiant.
    Non, c’est loin d’être gagné pour les Giecquistes de france, si un débat sur le sujet devait se refaire.
    Perso, je mise à fond sur Courtillot.

  24. andqui Says:

    S’il y a débat organisé (ce qui est souhaitable) il faut qu’il n’y ai ni gagnant ni perdant et les égo devront rester au vestiaire. Pour pouvoir faire avancer les idées des sceptiques, il ne faut pas que les carbocentristes (la plupart sont sincères) perdent la face, ce qui n’entraîne que l’affrontement stérile.
    Ensuite, l’arbitrage devra conclure à la mise en place d’une recherche organisée vers la compréhansion de la réalité et pas vers la victoire des hypothèses. Pour cela, les différents pistes déjà évoquées: CO2, activité solaires, role thermodynamique des océans, grandes oscillations, nuages, modèles, observations et expérimentations, tests et choix de proxies, et tutti quanti, devront être recensées et les labo et centres de recherche devront choisir les thèmes qu’ils approfondiront. Le volet « conséquences du réchauffement » devra être totalement abandonné.
    Il faudra imaginer une structure, sous le contrôle de l’académie, qui suivra ces travaux (modalités de suivi et de contrôle à créer) et en fera les synthèses périodiques.
    Les crédits seront distribués selon ce programme qui devra être chiffré au préalable.
    Je ne suis évidemment pas convaincu de l’efficacité scientifique d’une telle usine à gaz, mais je suis, en revanche, sûr qu’elle contribuera à calmer les esprits et qu’elle sera plus productive que le système actuel, complètement sclérosé.
    En entreprise, c’est un peu comme ça qu’on résoud les problèmes et qu’on fait face aux défis.

  25. Bernard Says:

    Il y a tout de même une affaire personnelle dans cet appel.
    Courtillot est visé mais c’est Allegre qui est la cible principale.
    Il n’était pas présent en 2007.

    Le manque de dignité des ces signataires n’en est que plus évident.

    La justice est sans doute le meilleur recourt si c’est le cas.Ou bien se souvenir du proverbe arabe: les chiens aboient et la caravane passe!

  26. Bernard Says:

    Une interview récente de Jean-Louis Le Mouël à lire ici:

    http://www.letelegramme.com/ig/generales/regions/cotesarmor/climat-contre-le-clan-de-la-pensee-unique-06-04-2010-858136.php

  27. Mr Hulot [celui de J Tati ! !) Says:

    @Clem
    « Je suis bien d’accord avec Sirius … c’est effectivement une GROSSE blague d’entendre ces gens qui il y a quelques semaines encore DECLARAIENT LE DEBAT CLOS aujourd’hui se plaindre de cette manière… »

    Tout est dit !

  28. Laurent Berthod Says:

    Que ce soit par courtoisie ou par préséance, quand on écrit au Ministre, on écrit au Ministre. Si on ne veut pas saisir le Ministre d’une question, on ne lui écrit pas. C’est simple à comprendre. C’est de la logique de base. On se demande comment un scientifique ne comprend manifestement pas un principe aussi simple. C’est sans doute qu’en fait il oppose aux critique un argument purement rhétorique. Et il pense que ça va passer ! Comme le montrent d’autres commentaires que celui-ci, ça ne passe pas !

  29. Marot Says:

    «l’Académie des Sciences dont le rôle est d’éclairer le Prince»

    M. Legras relisez avec le doigt le décret fixant Statuts et missions de l’Académie.

    Vous n’y verrez nulle part cette mission.

    http://www.academie-sciences.fr/presentation/statuts_missions.htm

  30. Marco33 Says:

    Question à M. Bernard Legras (si il lit les commentaires) :

    Dans cette lettre que vous avez signé, il est mentionné qu’aucunes des ses affirmations (péremptoires!) passent par les filtres « standard », qu’aucun de ses documents ne sont relus par les pairs….. Or M. Courtillot dément et avance que 6 articles l’ont été (provenant des travaux de son équipe).

    Ma question est simple : qui ment?

    En l’absence de réponse d’ici une semaine, j’aurais ma propre conclusion.

  31. brennec001 Says:

    Je n’ai pas vu que Mrs Courtillot ou Allègre se soient présentés comme des victimes. A ma connaissance seul Mr Courtillot a parlé de ses rapports avec le CRU de Mr Jones, lorsqu’il a demandé la communication des données brutes, et il s’est contenté de citer la réponse, sans faire de commentaire (voir la video de sa conférence a Nantes). Quant a Mr Allègre, je n’ai pas l’impression qu’il se vive comme une victime, il le pourrait pourtant a lire les commentaires diffamatoires qui le concernent. La vérité est que les emails divulgués par le climategate les mettent effectivement en position de victimes, avec les autres scientifiques sceptiques. Mais ce sont les agresseurs qui les font passer pour des victimes.
    Malraux a dit que le 21e siècle serait religieux, ce qui a fait bien rire tout le monde, pourtant il est clair maintenant que un nombre important de scientifiques ont abandonné la recherche de la vérité au profit de la lutte du bien contre le mal, suivant en cela la position d’ong telles que greenpeace (voir l’article précédent).

  32. Robert Says:

    «  » » »Or M. Courtillot dément et avance que 6 articles l’ont été (provenant des travaux de son équipe).

    Ma question est simple : qui ment? » » » »

    La réponse est tout aussi simple, rechercher sur Google Scholar les dernière publications de Courtillot et voir de quel sujet elles traitent.

  33. araucan Says:

    @andqui,

    D’accord avec vous sur les préalables à une telle discussion, mais je doute que les pétitionnaires demandent cela …

  34. Marco33 Says:

    Merci Robert, j’ai trouvé (plus facilement avec wikipédia qu’avec google scholar) et voici les résultats :

    1) Are there connections between the Earth’s magnetic field and climate? Vincent Courtillot, Yves Gallet, Jean-Louis Le Mouël, Frédéric Fluteau, Agnès Genevey. Earth and Planetary Science Letters, Volume 253, Issues 3-4, Pages 328-339, 30 January 2007

    2) Comment on “Are there connections between the Earth’s magnetic field and climate?” by V. Courtillot, Y. Gallet, J.-L. Le Mouël, F. Fluteau, A. Genevey EPSL 253, 328, 2007 Edouard Bard, Gilles Delaygue. Earth and Planetary Science Letters, Volume 265, Issues 1-2, Pages 302-307, 15 January 2008

    3) Evidence for a solar signature in 20th century temperature data from the USA and Europe, J.L. LE MOUEL, V. COURTILLOT, E. BLANTER, M. SCHNIRMAN, Comptes Rendus Geosciences, 340, 421-430 (2008)

    4) Evidence for Solar Forcing in Variability of Temperatures and Pressures in Europe, J.L. LE MOUEL, E. BLANTER, M. SCHNIRMAN, V. COURTILLOT, Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 71, 1309-1321 doi:10.1016/j.jastp.2009.05.006 (2009)

    5) Evolution of Seasonal Temperature Disturbances and Solar Forcing in the US North Pacific, V. COURTILLOT, J.L. LE MOUEL, E. BLANTER, M. SHNIRMAN, Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 72, 83-89 doi:10.1016/j.jastp.2009.10.011 (2010)

    6) A solar pattern in the longest temperature series from three stations in Europe, J.L. LE MOUEL, V. KOSSOBOKOV, V. COURTILLOT, Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, Journal of Atmospheric and Solar-Terrestrial Physics, 72, 62-76 doi:10.1016/j.jastp.2009.10.009 (2010)

    Donc les rédacteurs de cet « appel » (au secours?) sont au mieux des scientifiques tellement arrogants et suffisants qu’ils n’ont même pas pris le temps de faire une vérification élémentaire, au pire de stupides menteurs.

    Faites votre choix, mesdames, messieurs….

  35. Murps Says:

    « Donc les rédacteurs de cet « appel » (au secours?) sont au mieux des scientifiques tellement arrogants et suffisants qu’ils n’ont même pas pris le temps de faire une vérification élémentaire, au pire de stupides menteurs.

    Faites votre choix, mesdames, messieurs…. »

    Ben… L’un n’empêche pas l’autre !
    Voyons que choisir… Menteurs, arrogants ou menteurs et arrogants ?
    J’hésite, j’hésite…

    Je sais, c’est un peu facile, mais je m’y suis laissé prendre.

  36. Manu95 Says:

    – Arrogants, menteurs ou stupides ?
    – Les trois, Mon Général !

    Il est à noter qu’on parle de cette lettre sur les sites anglophones et que les « scientifiques » signataires n’en sortiront pas grandis. Par contre cela fait une énorme publicité pour Allègre et Courtillot.

  37. yvesdemars Says:

    les signataires de l’appel des 400 ans devraient lire les récentes délcarations
    de J Lovelock père de l’écologisme moderne sur la science du GIEC »
    « Les grands centres de recherche sur le climat, tout autour du monde, sont plus que conscients à quel point leur science est faible. Si vous leur parlez en privé, ils ont une peur bleue du fait qu’ils ne savent pas réellement ce que font les nuages et les aérosols. Ils pourraient être absolument décisifs pour toute cette affaire. Nous n’avons pas encore compris cette physique. Un de leurs chefs m’a dit un jour qu’il était d’accord qu’ils devraient inclure la biologie dans leurs modèles, mais il m’a dit qu’ils n’ont pas encore la physique correcte à ce sujet et qu’il faudrait encore cinq ans pour y arriver »
    et il fait référence aux erreurs passées sur le trou de la couche d’ozone et le maquillage des données quand elles ne collaient plus avec les modèles …
    voir pensée unique

  38. JG2433 Says:

    Cela ne coûte rien et ne peut pas faire de mal (au contraire).
    Je remet le lien vers l’entrée de J. Martin sur pensée-unique.fr, à propos de James Lovelock

    http://www.pensee-unique.fr/paroles.html#lovelock

  39. Laurent Berthod Says:

    Pour Henrik Svensmark c’est bien les nuages qui ont tiennet le rôle essentiel. Pour lui, ce n’est pas le climat qui fait les nuages mais les nuages qui font le climat et les nuages sont faits par les rayons cosmiques, dont les variations dépendent notamment de l’activité solaire.

    Dans le documentaire diffusé par Arte, Henrik Svensmark déclare avoir fait l’objet à plusieurs reprises de refus de publication injustifiés par des revue à comité de lecture, confirmant ainsi les accusations portées par Richard Lindzen.

    http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-galilee-en-appelle-au-saint-office-contre-ses-mechants-collegues-47911215.html

    http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-rechauffement-climatique-la-science-sacrifiee-sur-l-autel-de-la-pensee-unique-37873266.html

    http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-31372613.html

  40. Laurent Berthod Says:

    Correctif :

    …c’est bien les nuages qui tiennent le rôle essentiel…

    Avec mes excuses pour cette coquille.

  41. Marot Says:

    La conférence de R. Lindzen est ici :
    http://www.pensee-unique.fr/LindzenVF1.pdf

  42. Marot Says:

    P.S. conférence sur la « science climatique » et en particulier sur
    ..le pourrissement des revues à comité de lecture, leurs refus et leurs manœuvres;
    ..la subversion des sociétés savantes.

  43. Laurent Berthod Says:

    Pour ceux qui n’ont pas le temps de lire les 37 pages de la Conférence de Richard Lindzen, j’en ai fait un résumé :

    http://laurent.berthod.over-blog.fr/article-rechauffement-climatique-la-science-sacrifiee-sur-l-autel-de-la-pensee-unique-37873266.html

  44. rouv Says:

    posté dans la mauvaise file toute à l’heure dsl
    rouv dit :

    6 avril 2010 à 22:54
    merci beaucoup à vous, Benoît Rittaud, de prendre le relais de skyfall car ce site me manquait beaucoup et je ne pense pas être le seul. je peux ainsi continuer à me forger une opinion librement en écoutant tous les avis, des uns et des autres. Merci d’ouvrir le débat à des personnes qui ne pensent pas tout à fait comme vous (et comme moi d’ailleurs). Pouvoir s’informer librement est une nécessité pour la science mais c’est malheureusement devenu un véritable luxe. Dans cette affaire du réchauffement climatique, ce n’est pas les opinions des uns et des autres qui posent problème. Si le réchauffement anthropique est définitivement rejetté, je serais le premier à douter. Ce qui pose problème, c’est le refus du débat et l’anathème jetté sur ceux qui pensent autrement, ce sont les tentatives pour museler l’autre, comportements qui n’ont rien à voir avec la science. Je pense aussi que nombreux sont les chercheurs qui pensent que le réchauffement est anthropique et qui font du doute leur base de travail …mais on les entend hélas trop peu. Quant à cette lettre, je m’en étonne moi aussi, au moment où les scientologues sont reçus à l’Elysée. Si Claude Allègre dit des bêtises, démontons les arguments avec des faits…Décidément, science et politique ne font pas bon ménage…d’un côté comme de l’autre…

  45. Argus Says:

    @rouv

    Vous avez raison. Quelqu’un a écrit que quand la science et la politique interfèrent, la science n’a qu’un strapontin.
    Mais, moi, ce qui m’inquiète c’est que pendant que de nombreux scientifiques font progresser la science à pas de géants dans d’autres domaines, et dans le silence le plus total, un certain nombre d’entre eux signent des pétitions qui font la une…
    Et l’on ne parle que d’eux.

    S’ils étaient si sûrs de leur fait et que leur science soit réellement établie auraient-ils besoin d’en appeler aux autorités ? l’autorité de la science ne vient-elle pas d’elle-même, de faits incontestables, prouvés et vérifiés ? Faut-il en appeler au Ministre pour qu’il vienne confirmer votre théorie ?

    A les entendre, à les voir à la télé, à lire leurs déclarations péremptoires et parfois embrouillées sur un sujet qui reste encore largement à découvrir et où les inconnues sont encore légion, je m’inquiète de l’image de la science et des scientifiques qu’ils donnent à leurs contemporains.

    Pas brillants ! Vraiment pas brillants.

  46. Marco33 Says:

    Pour Benoît, à tous les contributeurs, et aussi à Mizaël FAUCON :
    Lorsque cette dernière vient troller aussi ouvertement, (même sans pseudo), venant ainsi rendre moins lisible les fils des discussions je suggère cette solution :
    – créer un fil de discussion avec comme article d’introduction les articles et liens résumant nos positions.
    -basculer les « commentaires » de ces « nouveaux venus carbocentristes » sur ce fil afin d’éviter une pollution bien gênante à la compréhension du sujet abordé.

    Ainsi, pas de censure, mais une re-direction volontaire qui permettrait de limiter les intrusions intempestives de trolls dans les divers sujets.

  47. Myke Says:

    @Bernard
    Grand merci pour votre lien sur les vidéos de l’académie des sciences.
    Je viens de les visionner, c’est passionnant.
    Mais j’en tire entre autres la réflexion suivante : il faut se pincer pour réaliser que cette discussion a eu lieu il y a trois ans. Rien ou presque n’a évolué depuis, les positions des uns et des autres sont restées les mêmes.
    Je commence à comprendre le découragement de Charles Muller (voir son adieu sur http://climat-sceptique.over-blog.com/ « sapere audere ».
    Moins sérieusement : même la température « globale » n’a pas varié (hi!hi! je ne sais pas insérer un smiley)

  48. Marot Says:

    @Myke
    C’est depuis plus de trois ans que rien n’avance chez les carbocentristes.
    Déjà en 1978 le rapport Charney répondait à la question centrale :
    Quel réchauffement pour un doublement de CO2 : 1.5 à 4.5°C

    Quels progrès depuis : aucun, rien que des papiers qui triturent des données.

    Les seules nouveautés à mon avis sont :
    .l’effet iris de Lindzen
    .la piste des rayons cosmiques de Svensmark et Shaviv
    .le décalage réchauffement-CO2 issu des carottes de glace.

    Pour le smiley tapez sa valeur en caractères 🙂
    avec 2 points-tiret-parenthèse fermante.

  49. Myke Says:

    @Marot
    Oui, et très peu de temps après (1981) Sherwood B. Idso avait déjà fait une critique en règle des « modèles », qualifiés dans sa conclusion de « odds with reality ». (Carbon dioxyde – An alternative view)
    Merci pour le smiley 🙂

  50. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    Andqui, vous dites : « Ce débat sera-t-il circonscrit à la communauté scientifique française (pour établir une vérité nationale…?) ou alors s’ouvrir à des scientifiques d’autres pays? » Le fait est que jusqu’à présent, on pourrait croire qu’il s’agit d’une affaire franco-française – si ce n’est qu’un ou deux signataires soient américains (Pierrehumbert l’est-il ?)- entre les chercheurs de nos institutions nationales et les deux sceptiques visés, comme si le reste du monde, tant carbo-réchauffiste que sceptico-réaliste, n’existait pas ! Les pétitionnaires font mine d’être visés collectivement, eux, les chercheurs français, et eux seuls, par nos deux Têtes de Turc ! Comme si les critiques à l’égard du GIEC ne concernaient pas le monde entier , et en particulier américains de type NASA/Goddart ou Anglais de type Met Office/CRU, et aussi Australiens, etc. Bizarre comme le fait de s’attribuer la palme du martyre leur fait escamoter les plus célèbres de leurs confrères, bien en difficulté depuis quelque temps : serait-ce une charge de diversion ? Le grand Blaise, en sus d’avoir remis la brouette sur une roue et d’avoir vanté les mérites du boulier, a permis à Benoît Rittaud une belle démonstration et a aussi laissé une éternelle maxime, qui devrait figurer en tête de cette pétition : « Vérité en deça des Pyrénées, erreur au-delà ! »

  51. volauvent Says:

    Bonjour à tous.
    Pétition:
    Sur le site de Libération, on peut voir une avis de Fuchs, PDG du CNRS, qui veut saisir le comité d’éthique du CNRS, et un soi-disant communiqué de presse de AllEnvi, alliance des organismes de recherche étatiques, signé Genêt, et j’arrive pas à retrouver tout cela ailleurs sur le web.
    Quelqu’un en sait il plus? Est ce une fois de plus un arrangement de SH avec le monde réel?

  52. Laurent Berthod Says:

    Le Comité prétendument d’éthique du CNRS, Allègre s’en fout complètement, il est à la retraite. C’est donc un scud contre Courtillot. Je pense qu’il mettra en déroute les staliniens de la science officielle !

    Je me demande ce que veut dire éthique en science, sauf en ce qui concerne, bien sûr la recherche médicale. Un comité d’éthique c’est une sorte de bureau politique de la science ? De KGB chargé de faire avouer les hérétiques de la science dans les caves de la Loubianka ? De comité de censure ? Ah ! La bien-pensance postmoderne, la vérole de la pensée !

  53. Marot Says:

    @Myke merci pour ce signalement

    La référence de l’article d’Idso, publiée dans le New scientist le 12 novembre 1981 est plus que remarquable.
    Il n’y a quasiment rien à ajouter ni à retrancher.
    http://www.fortfreedom.org/s22.htm
    Les « modèles », le CO2, la vapeur d’eau, tout y passe.

    Comme quoi il n’y a rien de nouveau non plus dans les critiques.

  54. Marot Says:

    @Laurent Berthod
    La prétendue « éthique scientifique » est fortement poussée par l’Unesco qui rêve toujours d’un contrôle mondial de la science.
    Ce « machin » a déjà créé une administration pour cela et un prix à l’initiative de l’Iran (sic!) en 1998.
    Division de l’éthique des sciences et des technologies
    Ils veulent définir des « règles » avec ce que cela implique de surveillance et de sanctions
    http://portal.unesco.org/shs/fr/ev.php-URL_ID=1373&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

  55. Laurent Berthod Says:

    Marot,

    Oui, c’est ce que j’avais failli écrire : « un bureau politique du Komintern de la science ». J’avais retenu ma plume pour le mot Komintern, mais gâce à vous je me rends compte que j’ai eu tort !

  56. Clem Says:

    Signalé par Marot sur Skyfall :
    Interview d’Axel Kahn qui dénonce la pétition :

    http://www.marianne2.fr/Axel-Kahn-la-petition-contre-les-climato-sceptiques-est-infantile_a190144.html

  57. Marot Says:

    Je vois que le processus d’enrichissement réciproque des deux sites commence à fonctionner.
    Vous donnez mon signalement sur skyfal
    que j’avais pris ici https://lemytheclimatique.wordpress.com/glane-dans-les-actualites
    donné par chch

  58. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    Heureusement que Marianne donne la parole au frère du patron : rappel : http://www.marianne2.fr/Axel-Kahn-la-petition-contre-les-climato-sceptiques-est-infantile_a190144.html signalé par Clem. Le patron (seul élu Modem en Alsace) aurait-il décidé lui aussi de mettre son journal dans la mêlée pour concurrencer ceux d’en face, Le Monde, Libé, Figaro plus neutre, etc, ? ça peut être un bon créneau éditorial, si l’on en croit les sondages qui semblent indiquer une majorité de Français séduits par le climato-scepticisme… à suivre. Bien d’accord avec l’analyse socio-culturelle d’Axel Kahn qui a bien suivi les marqueurs pro et anti techno dans la population : inutile de dire que les gens que je fréquente en général se placent dans le groupe des anti-techno ! D’où leur facilité « naturelle » à se réchauffiser sans difficultés et leur bien plus grande méfiance, quasi-limbique, envers les sceptiques qui sont à l’aise avec la techno-industrie

  59. Laurent Berthod Says:

    Cher Patrick Bousquet de Rouvex,

    Votre commentaire ne me laisse pas indifférent.

    Je suis de formation, de culture familiale, de par mon métier, fondamentalement ingénieur, donc protechno. Je pense que la techno n’est pas suffisante mais qu’elle est indispensable pour assurer le progrès social, qui est une de mes valeurs de base fondamentales. C’est pourquoi cela fait longtemps que je ne peux plus voter à gauche (voir la fin de l’interview d’Axel Kahn, dont je ne sais de quel côté il vote). Quoiqu’il en soit, merci à lui pour avoir, comme vous dites, « bien suivi les marqueurs pro et anti techno ».

    Bien à vous.

  60. JG2433 Says:

    Laurent Berthod | 10 avril 2010 à 00:08

    Jacques Monod (Le Hasard et la Nécessité), cela date un peu.
    Il n’en reste pas moins que ce qu’il disait, vers 1970 :

    « Ce n’est pas de trop de technologie dont le monde souffre, mais au contraire de son insuffisance. »

    … est (à mon humble avis) une formulation qui reste de nos jours parfaitement valable.
    C’est exactement ce que vous-même rappelez ici.

  61. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    JG2433 dit :
    10 avril 2010 à 08:35 « de son insuffisance » ? Difficile d’aller plus vite que la musique ! Nous sommes quand même à la pointe, malgré l’engloutissement de crédits sur de mauvais créneaux depuis quelque temps (je ne cite personne…) Les gens souffrent plus ici du fait que l’être humain est toujours conformé à la chasse (voir les résidus genre CPNT) et à la cueillette (voir les ramasseurs de champignons sur le Plateau de Millevaches : plus qu’une passion, un besoin limbique !) et en général à la vie rustique (les bobos qui se précipitent à grands frais à la campagne chaque w.e., pour l’escalade, le surf, la rando, et au-delà le trekking, la route de Compostelle, etc.), sans compter le besoin d’espace verts en ville qu’à l’urbanité et à l’industrie comme lieu de vie !

  62. La « dissonance communicationnelle » des « porteurs de l’alerte » climatique | Réflexivités Environnementales Says:

    […] B. (2010), Tribune libre de Bernard Legras, avril 2010, https://lemytheclimatique.wordpress.com/2010/04/05/tribune-libre-de-bernard-legras-2/ (Consulté le 5 juin […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :