« En liaison avec tes prises de position récentes… »

by

Regards fuyants, mots hésitants, explications dilatoires… mes interlocuteurs d’avant-hier n’étaient pas fiers. À leur décharge, ce n’est sans doute pas tous les jours qu’ils ont l’occasion de censurer quelqu’un pour délit d’opinion. Lisez la suite de cette entrée sur Skyfall…

Publicités

37 Réponses to “« En liaison avec tes prises de position récentes… »”

  1. Antonio San Says:

    Cher Benoît,

    Désolé d’apprendre cet épisode peu reluisant… pour eux.
    Inoffensif s’appliquait au fond à la solution au problème posé: offriez-vous une démonstration scientifique en réponse à la pensée dominante et l’affligeante philosophie des sciences qui la sous-tend ? Pas vraiment et c’est bien en cela que votre livre comme d’autres, bien qu’excellentes réflexions sur le sujet, sont à mon avis somme toute « inoffensifs » pour les stars du réchauffement gouvernemental. Ainsi, je proposais l’hypothèse que vous courussiez le risque au fond d’être malgré vous le faire-valoir médiatique du monsieur de la Haute. Comme je le postais récemment, la conférence au Bureau des Longitudes de Pierre Morel, fondateur du LMD est à mon sens plus dommageable pour les apprentis sorciers. C’est sans doute pour cela que les anciens du LMD bloggant sur TV5 Climat et le moderne petit ICE cube se sont bien gardés d’en faire part. Et tu Brutus ? Mais peut-être l’aviez-vous cité ?

    Je vous rassure : la censure éditoriale elle se fait en amont. Nous y reviendrons en temps utile. Pendant ce temps où les avions sont cloués au sol par les cendres de Leroux –si je puis me permettre cette fulgurance poétique mais au fond comme le prouve l’animation ci-jointe, c’est la propagation d’un AMP qui régit la dispersion des cendres islandaises- je crois pouvoir dire que je ne mesurais pas le potentiel offensif de votre livre par rapport aux deux ouvrages et auteurs que vous citez…

    http://www2.dmu.dk/atmosphericenvi […] eu_ani.gif

    Mais voilà, depuis la pétition Masson-Delmotte (PMD), votre potentiel offensif s’est trouvé surmultiplié ! Affirmer sa différence, pourtant si politiquement correct en notre pays lorsqu’il s’agit de tout sauf de climat, est une action dangereuse, et c’est pour cela que notre 1/2500 ème de Prix Nobel de la Paix, intitula son credo « Le Climat : Jeu dangereux ». Je me fendrais d’une critique détaillée de cet ouvrage encensé par Jancovici car depuis PMD –cela sonne comme une maladie honteuse…- il faut rendre à César ce qui lui appartient et donc se faire un devoir de passer au crible les écrits de signataires dans leurs livres grand public.

    Alors justement, maintenant que vous avez un peu de temps libre et un projet de moins, il y a quelques chauds monuments littéraires récents qui méritent qu’on les épluche afin de voir si une fois débarrassés de leur gangue, il demeure encore un peu de pulpe comestible…

    Bon courage !

  2. Antonio San Says:

    Voici le lien correct!

  3. plombier Says:

    Les « carbosontristes  »

    TOKYO (AFP) – La neige est tombée samedi matin sur Tokyo, en plein printemps, un phénomène climatique inédit depuis plus de 40 ans, qui est dû à une vague de froid venue du nord, a indiqué l’Agence météorologique japonaise.

    Peu avant l’aube, le thermomètre a chuté à 1,4 degrés et une neige fine a fait son apparition, entraînant la suspension du trafic des trains à grande vitesse Shinkansen et la fermeture de routes dans plusieurs régions du nord et de l’est du Japon.

  4. Hacène Says:

    @Antonio San. Entièrement d’accord avec votre analyse sur la propagation des cendres, c’est précisément la réflexion que je m’étais faite. On voit clairement un premier AMP qui prend en charge les premières cendres, rapidement rattrapé par un second, très bien « matérialisé » par le nuage de poussières : d’abord et avant tout sur son front, puis, puisqu’il est pelliculaire, au-dessus de lui…
    Belle journée.

  5. Bernnard Says:

    @Antonio san
    Question: cette animation résulte de calculs en projetant les premières données physiques visuellles du nuage volcanique visible ou bien par le suivi des molécules (par exemple le SO2 qui pourrait servir de traceur) une fois que la dilution rend le nuage invisible?

    La molécule traçante si c’est le SO2 doit tout de même se comporter différemment par rapport aux particules qui sont soumises à la gravité. Le nuage de cendre est t-il confondu avec les molécules suivies?

    Ces questions me préoccupent car j’ai deux de mes filles coincées en Sardaigne. La compagnie Irlandaise bien connue leur a promis un vol de retour de Cagliari à Marseille pour le 20 et si j’en juge par cette animation je pense qu’elles feraient mieux de penser aux Ferries

  6. Antonio San Says:

    Bernnard,
    Le site Météo France offre cette vue satellite:
    http://comprendre.meteofrance.com/pedagogique/experts?14460.path=coinexpertsanimationsatellite%252Fimgsatccgf%252FZONE_EUROPE

    Il semble que le premier système soit passé sur la France (le ciel clair d’anticyclone est au dessus du pays pendant que la dépression associée s’est déplacée sur l’Europe de l’Est/ Ukraine/Russie) mais on voit à partir de Samedi qu’un second AMP est en train de traverser l’Ecosse et la Scandinavie est touchée par la dépression associée et comme les nouvelles d’Islande suggèrent une intensification de l’éruption…

  7. Bernnard Says:

    Antonio San,

    Merci de ce lien. Je comprends bien ce qui se passe. Je vais surveiller ça de prés!

  8. Antonio San Says:

    Une petite diversion…
    Extrait du Figaro, Pierre Fliecx journaliste: on croit vraiment rêver en lisant ceci !

    http://www.lefigaro.fr/environnement/2010/04/16/01029-20100416ARTFIG00514-jean-louis-etienne-mon-voyage-au-bout-du-desert-blanc-.php

    « C’est pourtant un bruit qui constitue la plus grande surprise de son aventure polaire : le vacarme de la dérive de la banquise et des blocs de glace qui s’entrechoquent entre eux ou contre la côte. Un son irréel… qui n’empêche pas un retour à la réalité écologique : «Quand deux plaques se rencontrent, cela forme un bourrelet : la crête de compression. En 1986, elles faisaient 5,6 voire 8mètres de hauteur. Aujourd’hui, elles atteignent péniblement 4mètres. On est en train de perdre le frigo de la Terre. Au moins celui de l’hémisphère Nord. Et l’homme a une responsabilité évidente.»

    Ainsi notre Tournesol polaire volant à 300 m d’altitude doit avoir un regard d’aigle bionique : il est en effet capable d’estimer la hauteur des rides de compression, « péniblement 4 mètres » nous dit-il alors qu’en 1986, vues du sol elles montaient jusqu’à « 5,6 voire 8 mètres ». C’est-à-dire qu’à 300m d’altitude il peut mesurer une différence de 1 mètre ! Sans compter que la vitesse du ballon, la route suivie par le ballon ne copiait pas la route suivie en 1986, que le régime des vents responsable des rides de compression a pu varier etc.

    Et c’est au fond LE moment de « réalité écologique » et bien sûr, la responsabilité de l’homme est « évidente ».

    « …notre jeune homme de 63 ans s’est penché sur son nouveau grand projet : un bateau océanographique, véritable université flottante, dont la mise à l’eau est prévue pour 2013. »

    Et voilà, après tant de résultats scientifiques pour un ballon dont le coût reste soigneusement secret, notre Amundsen d’opérette part en croisière en 2013… Qui paye cet histrion polaire ?

  9. plombier Says:

    @ Antonio San

    J’ai carrément zappé l’article , pour ne pas lire des stupidités . D’ailleurs je crois qu’il n y a pas de commentaire .

  10. Antonio San Says:

    Au fait le Temps, journal Suisse publie ceci de Meteo France:

    « En France, le centre d’observation de Toulouse indique que la situation n’évolue pas de façon significative et que la zone à risque descend lentement vers le sud du pays. Elle devrait englober tout le pays samedi en fin de journée, vraisemblablement à des altitudes de 3000 à 4000 mètres. La quasi-totalité de la France devrait se trouver dimanche matin sous une zone touchée par les poussières volcaniques venues d’Islande, qui continuaient samedi de progresser lentement vers le sud du pays, selon Météo France. «Les régions méditerranéennes seront touchées d’ici dimanche matin, à l’exception sans doute de la Corse», a indiqué à l’AFP Etienne Kapikian, ingénieur à Météo France. «Le nuage progresse très lentement vers le sud en raison de vents très faibles. La France se trouve actuellement pile sous un anticyclone et les zones déjà touchées le resteront», a-t-il précisé. Lundi «quelques pluies devraient remonter de l’Aquitaine aux Pays de la Loire avec un léger vent de sud. A priori, les poussières ne devraient pas aller plus loin que l’Espagne», a-t-il ajouté.
    Un nouveau nuage se dirige vers l’Irlande et le Royaume-Uni, se déplace vers le sud-est et devrait affecter la région jusqu’à 05h00 (locale) dimanche». Cette nouvelle formation a déjà contraint les deux pays à rétablir samedi matin les mesures de fermeture de leurs espaces aériens. En ce qui concerne la journée de dimanche, «il faut attendre de voir comment évolue l’éruption du volcan samedi mais rien ne laisse présager un changement des tendances météorologiques», relève le Met Office. »

    Une analyse des AMPs par images satellite permet de corriger un autre Etienne… C’est dans un tel cas que l’on sent le vide intellectuel des plantons de services!

  11. Antonio San Says:

    Islande

    Une autre perle signée Météo France relevée dans Le Point :

    « « Le paquet de poussières en suspension va aborder samedi en soirée les limites de la zone Méditerranée et les Pyrénées. Samedi vers 9 heures 30, ces poussières atteignaient en France un axe Bordeaux-Lyon », a expliqué à Michel Daloz, ingénieur à Météo France.
    Le volcan islandais continuant de cracher, le nord du pays ne sera pas pour autant totalement épargné par l’extension des poussières vers le sud, a-t-il relevé. « Un flux de sud, une dépression en formation au sud de l’Espagne et du Portugal, risque aussi de contrarier le flux de nord en cours et les poussières risquent de stagner sur l’Europe. Rien n’est encore sûr et nous y verrons plus clair dans l’après-midi », a-t-il indiqué. »
    Si cela ne confirme pas le massacre polytechnicien de la météorologie française ! Incapable de prévoir sur 24, 48 heures !

  12. Antonio San Says:

    Une image magnifique qui montre encore une fois que la propagation des cendres est régie par un XXX (censuré)…

  13. Laurent Berthod Says:

    Antonio San, 17 avril 2010 à 19:09

    On se demande si les vrais prométhéens sont les scientifiques, ingénieurs et techniciens, qui cherchent à rendre l’homme « COMME maître et possesseur de la nature » selon le mot de Descartes et comme les en accusent les écolos , ou les « écolos qui se prennent pour des scientifiques » !

    En attendant de trancher, la vérité révélée par cet épisode volcanique est que nul n’est maître de la nature !

  14. Marot Says:

    Si je comprends bien :
    1) un vent de N ou NNO traverse l’anticyclone (Le Temps)
    2) une dépression repousse (contrarie) le flux qui traverse l’anticyclone (Le Point)

    ou je n’ai rien compris, à l’aide svp.

  15. plombier Says:

    Volcan : impacts sur le climat ?

    http://actualite.lachainemeteo.com/actualite/meteo/volcan—impacts-sur-le…_6457_2010-04-17.php

  16. Patrick Bousquet de Rouvex Says:

    plombier, j’aime bien quand les « climatologues  » trouvent quelque chose de « bénéfique : « De ce point de vue, elles sont bénéfiques.
    En 1783, une éruption volcanique majeure en Islande avait provoqué de grandes famines en Europe.

    Le 8 juin 1783, Le volcan islandais Laki entre en éruption, déversant son flot de lave et de poussière sur la terre et dans le ciel. L’éruption gigantesque est catastrophique pour tout l’hémisphère nord et entraîna une modification profonde du climat pendant plusieurs années.

    Cette éruption de 1783, est en partie à l’origine de la révolution française ! Il a généré un tel bouleversement climatique des années durant que les peuples affamés se sont révoltés. »
    Chouette ! Vivement que des trucs comme ça nous arrivent !! Le pied !!!

  17. Antonio San Says:

    Marot,

    Cette éruption représente une opportunité d’améliorer nos connaissances fondamentales et de proposer des scénarios d’alerte adaptés aux phénomènes naturels et à de possibles catastrophes industrielles futures, minimisant leur impact économique et humain. Ni l’idéologie et les Xdéologues de services ou de fonction ne peuvent faire taire la nature et sa compréhension.

    Les cendres pour le coup se comportent comme un « traceur » naturel dont la distribution témoigne comme dans un cas d’école de l’influence des AMPs qui les propagent. Un rappel des notions de base est toujours accessible ici :

    http://lcre.univ-lyon3.fr/climato/amp.htm

    http://lcre.univ-lyon3.fr/climato/ampmeteo.htm

    On pourrait d’ailleurs s’affairer à créer une série de coupes zonales du nuage montrant la dissipation des cendres le long de l’anticyclone et de son cortège dépressionnaire afin d’établir une représentation en 3D prévisionnelle de la concentration des particules.

    Des mesures par ballon ou bien par avion –à hélice bien sûr pour la sécurité- de la concentration des cendres compléteraient l’analyse et seraient comparées à l’estimation conceptuelle. On pourrait alors déduire de la conformité ou non-conformité entre mesures et concept des améliorations conceptuelles et appliquées. Bien coordonnée à un niveau européen cette analyse devrait ne prendre que 48 heures.

    Si les résultats s’avéraient satisfaisants, cette recherche pourrait rapidement proposer aux décideurs et à l’industrie aéronautique un éventail d’actions adaptées qui minimiserait l’impact économique de l’éruption plutôt que de recourir à l’application indiscriminée d’un principe de précaution fourre-tout, coûteux et au fond non déterministe qui ne nous apprend rien en particulier si l’éruption devait se prolonger sur des mois. D’autre part, que les conditions météo demeurent ou bien qu’elles évoluent, la qualité des alertes données en serait nettement augmentée.

    Voila ce qu’une recherche en météorologie, appliquée et réactive, dynamique devrait offrir aux décideurs. Si les échos de Météo France filtrant dans la presse sont une indication de la vision de l’institution, il semble que l’on n’en prenne pas le chemin.

  18. Antonio San Says:

    http://www.esa.int/esaCP/SEMKDU9MT7G_index_0.html

    Ce lien montre la propagation du nuage de cendre. ESA toujours un temps d’avance sur MF…

  19. Marot Says:

    @Antonio San
    Je me doutais bien, et je vous remercie de m’en administrer la preuve, que vous considérez essentielle la notion d’AMP.
    Ceci me réjouit.
    Mais à quoi bon proposer un second Fastex à des ânes qui n’ont pas soif ?
    Comme on le déduit aisément des discours et des cartes, il n’y a pas d’AMP, il y a des vents !
    Des vents dûs à quoi ? à rien, c’est du vent (jeu de mot inclus).

    Bonne soirée et paix aux cendres du regretté Marcel Leroux.

  20. plombier Says:

    Patrick Bousquet de Rouvex

    Le Laki 33 000 en GB et mortalité en augmentation en France .
    En Islande Environ 21% de la population mourut de famine de 1783 à 1784. Environ 80% du cheptel de moutons, 50% du bétail, 50 % des chevaux moururent à cause de fluorose dentaire ou osseuse dues aux 8 millions de tonnes de fluor rejetées

    Hihihi Hervé Kempf et Hervé Morin

    Le climat ne devrait pas être affecté par l’éruption

    http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/04/17/le-climat-ne-devrait-pas-etre-affecte-par-l-eruption_1335159_3244.html

    Peut-étre mais s’il ne montre aucun signe d’activité, le Katla, un volcan plus grand et plus dangereux, voisin de celui qui crache depuis mercredi des cendres, s’est souvent réveillé par le passé un an ou deux après .

  21. plombier Says:

    Le Laki 33 000 morts en GB et mortalité en augmentation en France

    Préparez-vous à des décennies de feux d’artifice islandaise

    http://www.newscientist.com/article/dn18786-get-ready-for-decades-of-icelandic-fireworks.html

  22. Marot Says:

    @plombier
    La chute du Monde s’accélère.

    Le climat est prédit par
    un journaliste activiste
    et
    un politique issu de sciences po.

    Encore bravo, le dépôt de bilan n’est plus très loin.

  23. dm75 Says:

    Désolé de faire du (apparemment) hors-sujet, mais j’ose espérer que Airparif (vous savez, cette institution chargée d’observer la qualité de l’air en Ile de France) profitera de la fermeture des aéroports de Roissy et d’Orly pour évaluer la part des avions dans la production de monoxyde de carbone, d’hydrocarbures imbrûlés, d’oxydes d’azote et donc d’ozone dans la région, et que le résultat de ces observations sera porté à la connaissance du public. Une expérience en vraie grandeur pour améliorer des modèles, ça ne se refuse pas…

  24. Antonio San Says:

    Plutot que de lire les divagations de Kempf, la visualisation danoise est plus interessante:

    http://www.dmu.dk/International/News/vulcanicplume.htm

  25. plombier Says:

    Dans le cas islandais, les particules volcaniques n’ont pas atteint la stratosphère, restant entre 6000 et 11000 m au maximum. Elles devraient n’avoir qu’un impact limité sur le rayonnement solaire, mais selon certains climatolgues, la température moyenne au-dessus de l’Europe pourrait baisser de 0.2° à 0.3°C dans les prochaines semaines. De quoi tout de même engendrer un été  » maussade « , frais et humide, car les particules volcaniques, outre le fait d’intercepter le rayonnement solaire, agissent comme des  » noyaux de condensation  » et multiplient la formation des gouttes de pluie : autrement dit : il pourrait pleuvoir ou neiger davantage pendant les prochaines semaines !

    http://actualite.lachainemeteo.com/actualite/meteo/le-volcan-islandais-va-t-il…_6458_2010-04-17.php

    L’éruption du volcan Eyjafjöll se poursuivait ce dimanche. Sa dernière éruption en 1821 avait duré deux ans.
    Si, actuellement, le panache de cendres est repoussé vers le sud de l’Islande, c’est à dire en plein océan Atlantique, obligeant les lignes aériennes en provenance d’Amérique du Nord a faire une route plus au sud, nos prévisions météo font état d’une nouvelle orientation des vents au secteur Nord-Ouest dès mardi : cette configuration ressemblera alors à la situation de jeudi dernier : le panache volcanique devrait alors revenir vers les îles britanniques puis la Mer du Nord, le Bénélux et la France dès mercredi matin.

    Ce n’est qu’à partir de vendredi que des vents de secteur sud-ouest devraient chasser durablement le nuage de cendre loin vers le Nord, c’est à dire en Mer de Norvège et vers les zones arctiques.

    http://actualite.lachainemeteo.com/actualite/meteo/cendres-volcaniques—nouvelle…_6453_2010-04-15.php

  26. plombier Says:

    Aux Etats-Unis : Les Verts affirment maintenant il y a «pénurie sérieuse» de la pollution de l’air! ‘ «Un air plus pur pourrait accélérer le réchauffement climatique … Le monde est à court de pollution de l’air!

    http://www.latimes.com/news/opinion/commentary/la-oe-kintisch18-2010apr18,0,3774828.story

  27. Antonio San Says:

    LE SILENCE DES AGNEAUX

    Le billet de Kempf et Morin –il fallait que ces deux lumignons de la pensée moderne s’alliasse pour quelques lignes- cite Hervé Le Treut le Directeur de l’IPSL, membre du GIEC, qui estime l’effet possible des cendres sur le climat « « Pour savoir si l’éruption islandaise aura un effet, le point crucial est de déterminer la quantité de ce qui a été injecté dans l’atmosphère, et si cela peut atteindre la stratosphère » ».

    Une petite phrase bien inoffensive, bien réservée quand on la compare avec les catastrophes que le même modélisateur nous prédit pour 2100. Mais depuis la conférence « no bullshit » de Pierre Morel, fondateur du LMD au Bureau des longitudes l’automne dernier, les interventions des modélisateurs agrées prennent un relief nouveau et beaucoup moins flatteur. Il semble en outre que de nos jours, le « dynamique » du sigle LMD ait tendance à s’évaporer de manière inversement proportionnelle à la longueur du terme, c’est-à-dire lorsque les prévisions peuvent être vérifiées…

    Enfin quoi, le silence des augures climatiques est assourdissant : Météo France demeure vague déferant à ESA une animation montrant la dispersion des produits sulfurés et Le Treut n’a rien de plus à dire, ne précisant même pas qu’à la latitude de l’Islande, la stratosphère est plus basse et donc plus facilement accessible au nuage cendreux.

    Comme on ne peut taxer Kempf et Morin de laxisme journalistique surtout lorsqu’il s’agit de rapporter fidèlement la parole du GIEC un dimanche, il est clair que quelque chose doit ennuyer nos dynamiques météorologistes !

    En effet, les cendres pour le coup se comportent comme un « traceur » naturel dont la distribution témoigne comme dans un cas d’école de l’influence des Anticyclones Mobiles Polaires qui les propagent. Le concept fut publié en 1993 par Marcel Leroux dans une revue à comité de lecture: “The Mobile Polar High: a new concept explaining present mechanisms of meridional air-mass and energy exchanges and global propagation of palaeoclimatic changes” Marcel Leroux, Global and Planetary Change, 7 (1993) 69-93 Elsevier Science Publishers B V, Amsterdam.

    Et c’est un coup dur pour les perturbations idéales qui parsèment les polycopiés du LMD et régissent les prévisions de Météo France : tout se passe comme le montrent les clichés du panache volcanique, en basse couche le long des lignes de flux d’advection d’air froid (panache linéaire) et au front des AMPs, dans le couloir dépressionnaire où la dispersion des cendres est quasi symétrique de part et d’autre de l’axe central. L’animation ESA et celle de l’Université Danoise sont sans appel et montrent clairement que les dépressions latérales ne précèdent pas l’advection d’air froid anticyclonique mais en sont la conséquence. Les fermetures successives des aéroports d’Europe de l’Est et d’Espagne tracent l’élargissement de l’AMP initial. Le second AMP dont le front se déplace actuellement sur les îles Britanniques promet une dispersion similaire des cendres récentes.
    On aurait d’ailleurs pu s’affairer à établir une représentation en 3D prévisionnelle de la concentration des particules grâce au concept AMP. Bien coordonnée à un niveau européen cette analyse n’aurait pris que 48 heures.
    Si les résultats s’étaient avérés satisfaisants, cette recherche aurait rapidement proposé aux décideurs et à l’industrie aéronautique un éventail d’actions adaptées qui aurait minimisé l’impact économique de l’éruption plutôt que de recourir à l’application indiscriminée d’un principe de précaution fourre-tout, coûteux et au fond non déterministe qui ne nous apprend rien en particulier si l’éruption devait se prolonger sur des mois. D’autre part, que les conditions météo demeurent ou bien qu’elles évoluent, la qualité des alertes données en aurait été nettement améliorées.
    Une météorologie moderne, appliquée et réactive, réellement dynamique offrirait ainsi aux décideurs des options réalistes immédiatement vérifiables, justifiant ainsi ses crédits de recherche, une sorte de Laboratoire de Climatologie, Risques et Environnement par exemple… celui-là même qui fut soigneusement rayé de la carte l’année dernière.

    Mais au lieu de cela, silence !

    Les mêmes cassandres qui nous abreuvent de sécheresses et tempêtes à l’horizon 2050 se taisent et préfèrent laisser le soin aux bureaux étrangers de veiller sur le ciel de l’Europe quand il s’agit de prévoir l’évolution à court terme d’un nuage de cendres, au sein de systèmes météorologiques parfaitement compréhensibles et identifiés. On ne parle pas de ce qui fâche et l’AMP fâche encore et toujours si l’on en juge par l’acharnement de certains à défigurer l’héritage du géographe climatologue de Lyon III. Mais voilà ni l’idéologie, ni le corporatisme polytechnicien ne changent la nature et la justesse des déductions de ceux qui savent l’observer.

    Le silence des agneaux : l’aveu piteux d’une carence programmée.

  28. Marot Says:

    Ah Antonio San, la météorologie dynamique !

    Elle est restée à
    l’«anticyclone des Açores» (fin XIXe) aux pressions improbables
    L’école norvégienne (1920) et son « front polaire ».
    L’école dynamique (1939) et ses « ondes de Rossby ».

    Soixante dix ans d’immobilisme scientiste.

  29. plombier Says:

    AFP (extraits) WASHINGTON – La génétique a révélé un univers microbien océanique d’une immensité et d’une diversité insoupçonnées qui va permettre de mieux comprendre le rôle clé joué par ces micro-organismes dans l’écosystème terrestre, selon des travaux publiés dimanche.

    « Le nombre total d’espèces microbiennes marines, y compris les bactéries et les archaeas (microorganismes unicellulaire sans noyau, ndlr) est probablement proche du milliard selon leurs caractéristiques moléculaires », estime John Baross, biologiste de l’Université de Washington à Seattle (ouest) qui participe à ce projet international de recensement des espèces marines microscopiques.

    Le monde microbien constitue de 50 à 90% de la biomasse océane. Les cellules microbiennes marines pèseraient collectivement l’équivalent de 240 milliards d’éléphants africains soit « 35 éléphants de microbes marins » par habitant de la Terre.

    Ces microbes sont de véritables usines de recyclage du CO2 absorbé par les océans qu’ils transforment en carbone retombant dans les fonds marins.

    Ils digèrent aussi l’azote, le soufre, le fer, le manganèse et bien d’autres composants faisant que cette faune microbienne marine régule la composition de l’atmosphère terrestre, influence le climat, recyclent les nutriments et décomposent les polluants .

    L’article entier sur :

    http://www.romandie.com/infos/afp/display.asp?id=100418160006.ak0xb9ov.asp

  30. Marot Says:

    Merci plombier pour le signalement

    Le site de ce programme d’exploration de la vie en mer est ici :

    http://www.coml.org

    La galerie d’images est époustouflante.

  31. Antonio San Says:

    Ca ne s’invente pas (titre d’un célèbre bouquin de F. Dard) :

    Le Figaro reportait le travail extraordinaire de Météo France:

    “«Les trois quarts du pays restent sous les zones des cendres volcaniques, mais la situation s’améliore dans le sud-ouest et, d’après nos modèles, le nuage semble remonter vers le nord», affirme Météo France. Et d’expliquer : «Nous sortons un modèle mathématique toutes les six heures, basé sur l’observation du nuage qui sort du volcan et les calculs de sa trajectoire».

    Dans le même temps, les pilotes et les compagnies aériennes eux ne semblaient pas recevoir le fruit des calculs géniaux de Météo France:

    « Le SNPL a demandé qu’il soit tenu compte du résultat des essais afin que ceux-ci ne soient pas « un coup d’épée dans l’eau ». « Je ne comprends pas que l’on n’ait pas fait des vols tests avant samedi soir, ni envoyé des avions-renifleurs ou des ballons. Les compagnies ont fini par y aller toutes seules, mais il n’y a pas eu jusque là de travail de fond sur le risque des poussières volcaniques », a estimé pour sa part Gérard Feldzer,
    directeur du Musée de l’air et de l’espace du Bourget et ancien pilote d’Air
    France. »

    Et si l’en était besoin:

    « Le vol à vide à bord d’un A319 neuf a duré au total une heure et quart. L’appareil est monté vers Mulhouse, redescendu vers Lyon, passé au-dessus de Dijon, avant de rentrer vers la région parisienne.

    « On a vraiment fait en sorte de vérifier les pires conditions », à des « niveaux où l’on pensait qu’il pouvait y avoir des concentrations de poussières », explique-t-il. Mais « on a rien remarqué de visible » et « le vol s’est déroulé parfaitement ». »

    “Niveaux où l’on pensait qu’il pouvait y avoir des concentrations de poussières » alors cela signifie que les pilotes n’avaient pas l’information !

    Je sens que dans les prochains jours, nous allons assister à une grande opération séduction de Météo France à grand renfort de modèles informatiques et d’interventions médiatiques dans des journaux bien pensants pour nous expliquer que le nid d’X savait tout et que maintenant il sont en mesure de prédire… ce qui vient de se passer !

    LMD et MF : science sous X !

  32. Clem Says:

    Vous rappelez-vous, Benoit, quand je vous ai demandé si, avec votre honnêteté, votre mesure et votre intégrité, vous vous croyez à « l’abri », et que vous m’aviez répondu « Qu’ils y viennent ! » 😉

  33. Clem Says:

    (j’écris de plus en plus mal moi, désolé pour les fautes d’orthographe et les oublis de ponctuation ! 😦 )

  34. Benoît Rittaud Says:

    Oui, Clem, je me souviens. Ils sont venus, effectivement. Et ils m’ont vraiment fait pitié. Je préférerais éviter que d’autres viennent, non pas parce qu’ils me feraient peur, mais parce que faire à nouveau face à une telle lâcheté risquerait à la longue d’accroître mon penchant au cynisme.

  35. Clem Says:

    J’ai (à titre personnel mais on s’en fou un peu) perdu pas mal d’illusions au contact de ces gens là. Ne prenez pas ce chemin (celui du cynisme), et restez comme nous vous connaissons ! (Ça fait un peu tarte à la crème mais c’est sincère. 🙂 )

  36. plombier Says:

    Marot à 01:41

    Merci ,super !

  37. ebook and paperback/hardcover - Le mythe climatique - Benoît Rittaud » Phone Reader Says:

    […] à la fiche produit Source : « en liaison avec tes prises de position récentes… » « le mythe … var dd_offset_from_content = 40; var dd_top_offset_from_content = […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :